Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Les banques, encore et toujours…


Lettre du 21 février 2019 par Eric Galiègue - VALQUANT.



Il y a dans la problématique actuelle des banques un condensé de tous les problèmes rencontrés par la sphère réelle et la sphère financière.

Dans leurs comptes, les banques reflètent les problèmes de la sphère réelle. La baisse tendancielle du taux de croissance des économies affecte la demande de crédit, base de leur croissance en volume et de leur lien avec la sphère réelle. Le taux parfois élevé notamment en Italie mais aussi en Allemagne, des « non performing loans » est la contrepartie du risque de défaut de leurs clients. Le maintien à des niveaux très bas des taux d’intérêt sape leur capacité bénéficiaire, fondée historiquement sur la transformation (emprunter à court terme pour prêter à long terme).
Les banques sont aussi au centre de la mutation digitale qui façonne nos économies depuis une vingtaine d’années déjà et va en s’accélérant. Cette mutation, par laquelle toutes les opérations bancaires peuvent se faire d’une manière digitale, génère des passifs sociaux et économiques très importants. Une banque n’a plus besoin d’agences et d’agents. Or, les investissements réalisés dans les unes et les autres sont gigantesques. Leur « déclassement » a un coût considérable, notamment sous forme de passifs sociaux : on connait tous le caractère protecteur du fameux « statut bancaire ».
Au cœur de l’économie, les banques ont aussi une activité de gestion pour compte de tiers, qui a été, à une certaine époque, considérée comme rentable et faiblement consommatrice de capitaux propres. C’est désormais faux, en partie en raison des processus d’automatisation de la gestion d’actifs (ce que l’on appelle la « gestion passive » ou en ETFs) mais aussi en raison des risques juridiques, techniques et fiscaux, que désormais UBS connait bien en France. L’amende de près de 4 Mds€ infligée par le tribunal correctionnel de Paris fera date par son montant et par les griefs reprochés. La banque helvétique va naturellement se défendre bec et ongles pendant des années, d’autant que le recours est suspensif. Mais à partir de maintenant, on peut se poser la question de ce type de risque pour toute banque qui exerce cette activité de gestion privée. Danske Bank, dont le cours a chuté de 13% en une journée cette semaine, et a annoncé la fermeture de ses activités en Russie et dans les pays baltes, est aussi tourmentée par une affaire de blanchiment à grande échelle.

Dans leurs cours de Bourse, les banques reflètent les problèmes de la sphère financière. On a remarqué que les comptes des banques ont porté la trace de la volatilité des marchés financiers au quatrième trimestre 2018. Il a suffi de quelques jours de variations significatives mais pas exceptionnelles, pour que les certaines banques subissent des pertes significatives.
Cela montre leur collusion avec les marchés financiers en général. Surtout, les niveaux pratiqués actuellement par les cours des banques sont devenus stupides. Cela fait des années qu’elles cotent en deçà de leurs fonds propres, mais actuellement on est proche des plus bas historiques pour SOCIETE GENERALE, notamment. Elle porte toujours les stigmates de l’affaire Kerviel, et la gigantesque perte sur les marchés financiers subie en janvier 2008. La capitalisation boursière de la banque « rouge et noire » représente actuellement 37% de ses fonds propres. Cela signifie que sur les 57 Mds de fonds propres comptables de la banque, le marché considère que 38 Mds de valent rien.
Le pire n’est pas de constater cette piètre performance boursière des banques, mais de prendre conscience que leur sous-évaluation considérable peut faire mourir une entreprise bancaire. En effet, une banque doit en permanence se refinancer sur les marchés, et le moindre accident peut être fatal : le marché peut se fermer complètement et/ou les taux flamber. Une banque peut mourir de sa faible évaluation, ce qui n’est pas le cas des entreprises industrielles et commerciales « classiques ». C’est pour cela qu’elles bénéficient d’un statut spécial, en tant que courroie de transmission entre la sphère réelle et financière.
L’annonce faite cette semaine par M. Coeuré, économiste en chef et membre du directoire de la BCE, du probable lancement de nouveaux TLTRO vient à point nommé aider les banques. Elles devraient ainsi bénéficier d’une source de financement longue illimitée, à taux très faible, voire négatif (-0,4% pour la dernière allocation de 2017). Officiellement pour éviter une restriction monétaire associée au remboursement des TLTRO passés, la BCE vient apporter une nouvelle aide aux banques.


Spéculateur : toujours aucun signe de retournement de cette tendance haussière de court terme…

Tendance sur les marchés de taux et de devises : les taux souverains ont remonté quelque peu cette semaine, des deux côtés de l’Atlantique.

Tendances récentes sur les matières premières : le cours du pétrole a progressé de 4 à 5% cette semaine.

Investisseurs : nous recommandons aux investisseurs à risque moyen ou faible de sous pondérer les actions pour un CAC 40 compris entre 5 037 et 5 239 points. La tendance à court terme demeure baissière.

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'ACIFTE, association agrée par l' AMF
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr




Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & blockchain
Corporate finance, ICO STO advisory, levée de fonds, stratégie blockchain
France (Besançon - Paris) + Worldwide Partners.

Monday, February 25th 2019
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News