Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Les DSI doivent se mettre en capacité de maîtriser la valeur du patrimoine applicatif


Les systèmes d'information occupent une place de premier plan dans la stratégie et les budgets des entreprises, pourtant les Directions Générales éprouvent encore des difficultés pour planifier et contrôler les budgets informatiques.



Dans un contexte économique agité avec une forte volatilité des marchés et une concurrence se faisant plus rude, l’équipe dirigeante doit faire bloc et s’assurer encore d’avantage de l’alignement des dépenses avec les besoins de l’entreprise.

Dans le secteur bancassurance, le SI est au cœur de l’outil de production. La DG attend désormais de la DSI une capacité décisionnelle sur les dépenses relatives au patrimoine applicatif et à l’investissement :
- Anticiper et challenger les demandes du métier selon la valeur des investissements SI pour l’entreprise, décaler ou stopper certains projets, à ROI faible ou trop long,
- Connaître la valeur du patrimoine SI et pouvoir le réévaluer suite à un changement d’axe stratégique,

Le pilotage de l’investissement SI, ce qui rentre dans le portefeuille des projets à mener, est critique. Le constat général est que les ROI de beaucoup de projets de grandes entreprises, notamment dans le secteur financier, sont mal ou insuffisamment évalués avant leur lancement et très rarement actualisés. Les bilans post-projets ne sont presque jamais réalisés.

La DSI doit aussi être en mesure de faire progresser en continue la valeur du patrimoine applicatif (les applications en production) pour l’entreprise avec un budget restreint voire en contraction.

Pour l’année 2012, SterWen suggère deux bonnes résolutions pour la DSI :
- Piloter les Investissements
- Evaluer en permanence le patrimoine applicatif

La mise en œuvre de ces « bonnes résolutions » est la clé pour maximiser en continu la valeur du SI pour l’entreprise et conforter le positionnement de la DSI en tant que véritable partenaire dans les décisions de l’entreprise.

Pilotage des investissements SI :
Il s’agit de formaliser le dispositif d’évaluation de la valeur des projets ou de ses composants. Le dispositif comprend des rôles et des outils adaptés à la taille de l’entreprise et des projets ainsi qu’aux nombre de projets à évaluer pour :
- Estimer les gains financiers et non financiers,
- Estimer les coûts du projet et les coûts récurrents, qui perdureront à l’issue du projet.

Durant la vie du projet, son évaluation est révisée à chaque variation majeure des éléments structurants du bilan économique du projet :
- Fonctionnalités ou Périmètre du projet ou de ses composants majeurs
- Coûts
- Délais

Ceci pour prendre la décision éventuelle de :
- Repousser ou d’arrêter le projet si la dérive est trop importante et que le bilan économique est remis en cause,
- Supprimer un composant dont la valeur a trop diminué.

Peu après la clôture du projet les premiers gains sont mesurés pour profiter d’une boucle d’amélioration des estimations de gains et s’assurer de la valeur réelle des composants produits.

Une fois le projet terminé, l’application ou l’infrastructure créée entre en phase de maintenance et intègre le patrimoine de l’entreprise. La valeur d’une application peut varier en fonction de l’évolution des coûts induits et des gains générés (financiers et non financiers).

Evaluation permanente du patrimoine applicatif par domaine fonctionnel :

Il s’agit de mettre en place un dispositif d’évaluation permanent de chaque application pour connaître l’évolution de sa valeur et de la valeur d’ensemble du patrimoine. De cette façon, la DSI est en mesure de prendre la bonne décision pour chaque application ou composants majeurs :
- Réévaluer : décision à affiner ou pas d’action à mener,
- Rafraîchir techniquement ou fonctionnellement : projet ou évolution à prévoir,
- Remplacer par une autre application moins chère et / ou apportant des gains supérieurs : projet majeur à prévoir,
- Retirer du patrimoine une application que les collaborateurs / clients n’utilisent plus par exemple. Il faut prévoir son décommissionnement.

La DSI garantit ainsi la croissance continue de la valeur du patrimoine applicatif de l’entreprise et peut construire/ajuster son plan d’actions en complément du portefeuille de projets.

Par Clément DAVID, Manager SterWen

A propos de Clément DAVID, Manager au sein du groupe SterWen
Clément DAVID est Manager au sein du groupe SterWen. Il s’est spécialisé sur les practices « CIO Advisory » et « Banque de Détail et Services Financiers Spécialisés ».
Il a rejoint le groupe en 2010 et réalise des missions de gouvernance de la DSI pour la branche informatique de leaders mondiaux de l’assurance et de la banque ainsi que pour l’un des leaders des systèmes informatisés de réservations aériennes.
Clément David a débuté sa carrière au sein d’Euriware, filiale informatique du groupe AREVA avant de rejoindre CSC en 2007. Il est diplômé de l’Ecole des Mines d’Alès.

A propos du groupe STERWEN
SterWen, créé en 1996, est un groupe indépendant de conseil en management et organisation. Le cabinet propose à ses clients un accompagnement sur mesure dans leurs grands programmes d’évolution et de transformation, que ce soit dans des contextes de lancement d’activités, de fusions et de rapprochements, de rationalisation ou d’industrialisation, de maîtrise des risques et d’adaptation réglementaire.
L’offre de SterWen couvre du conseil en stratégie jusqu’à l’accompagnement du changement et la formation, en passant par le pilotage de grands programmes et l’amélioration de l’efficacité opérationnelle.
Son positionnement se différencie de ses concurrents par :- son pragmatisme, qui se caractérise par sa volonté d’intervenir dans l’accompagnement opérationnel de la mise en œuvre des recommandations. - son obsession de la satisfaction clientèle ((Etude 2009 : 100% des clients indiquent qu'ils sont prêts à recommander SterWen)
En croissance ininterrompue depuis sa création en 1996, SterWen compte environ 70 collaborateurs et réalise en 2010 un chiffre d'affaires combiné de 15 millions d'euros.
AXA, BNP Paribas, Bouygues, BPCE, Caisse des Dépôts, Cour des Comptes, Crédit Agricole, GAN, GE, France Telecom, La Banque Postale, Malakoff Médéric, Natixis, l’ONU, Société Générale, Vauban Humanis... sont quelques-unes des prestigieuses références clients de SterWen.

Mardi 7 Février 2012
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Alain GUERCIO le 07/02/2012 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Clément,

Tu as raison de souligner que la maîtrise de la valeur des SI fait encore souvent défaut, y compris « dans le secteur bancassurance où le SI est au cœur de l’outil de production ». Il est probable que les DSI ont des marges de progrès à réaliser.

Toutefois, il me semble que les DG et les Directions Métiers (y compris en bancassurance) tardent un peu à comprendre que la valeur d’une application informatique n’existe pas : seul son usage dans l’exécution des processus Métiers peut générer de la valeur.

Sur l’axe « Patrimoine », l’usage du SI pose donc le problème de la finesse du contrôle de gestion sur les processus Métiers. Le coût du SI n’y est souvent que de quelques pourcents. Améliorer la valeur du SI, c’est améliorer l’utilisation qui en est faite. Les économistes parlent d’externalité positive …

Sauf les projets internes à la DSI, l’essentiel des projets sont « Métiers ». Sur l’axe « Investissement », cela justifie que les Directions Métiers doivent défendre le budget de leur projet, et ne laissent donc pas la DSI le faire à leur place pour la seule composante informatique. Pour pouvoir le faire, il faut que les Directions Métiers possèdent une vision relativement claire de leurs besoins, ce qui n’est pas – malheureusement - très souvent le cas …

En France, l’objectif d’IIBA est bien d’améliorer cette maîtrise de la valeur.
(IIBA : International Institut of Business Analysts)

Ci-après un lien vers la Lettre d’Adeli sur la Gouvernance des SI qui intègre le compte-rendu d’une de mes interventions : http://www.adeli.org/contenu/lettre-67-printemps-2007-gouvernance-des-syst%C3%A8mes-dinformation

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite





Cryptocurrencies



Finyear - Daily News