Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Le pétrole et la Bourse…


Lettre hebdo du 23 juin 2017.



Le pétrole commence à inquiéter les marchés financiers. C’est normal : 20$ le baril, c’est 1% du PIB mondial.
Le cours du pétrole a commencé un nouveau marché baissier depuis qu’il a enfoncé sa moyenne mobile un an il y a plusieurs semaines, il affiche actuellement un repli de 20% sur les plus hauts de l’année. Cette inquiétude des marchés est limitée, puisque la résistance du cours des actions est exceptionnelle : les principaux indices ont fait récemment de nouveaux plus hauts historiques, ou sont proches des plus hauts de l’année. Cela montre, d’ailleurs, l’exceptionnelle dynamique du cours des actions, qui pour l’instant n’ont pas réellement réagit à la « menace pétrolière », alors que techniquement une baisse de 6-10 % ne remettrait pas en cause la tendance haussière.

Si les investisseurs s’inquiètent ainsi de ce phénomène baissier, c’est parce qu’il a été associé à une correction des actions vécue de l’été 2015 à l’été 2016.
Il apparait ainsi que la courbe des prix du pétrole a épousé celle du cours des grands indices boursiers. Voilà pourquoi l’inquiétude revient sur le front pétrolier.

Nous ne pouvons, dans le cadre de cette lettre, aborder toutes les dimensions de l’analyse pétrolière, notamment du déséquilibre actuel offre - demande, ou des paramètres géopolitiques. Pourquoi faudrait-il s’inquiéter de la baisse des cours de l’Or Noir, qui souvent rime avec « contre choc » pétrolier ? C’est vrai que l’Europe continentale n’a pas de pétrole et que seuls nos amis britanniques et Norvégiens ont été, de ce point de vue, favorisés par Dame Nature. Toute réduction de la facture pétrolière devrait être saluée comme une stimulation de la consommation des pays importateurs. Nous revenons sur notre analyse en « zone de confort » que l’on peut faire de toutes les variables économiques et financières.

En ce qui concerne la variable pétrolière, nous considérons que la zone de confort du pétrole est probablement entre 45 et 80$ le baril. Dans cette fourchette de prix, consommateur et producteurs sont à l’équilibre.
Dans la sphère réelle, les hausses de prix favorisent les producteurs, alors que les baisses de prix favorisent les consommateurs. Les impacts des évolutions de prix ne remettent pas en cause le cycle économique : la conjoncture explique les variations de prix du pétrole, pas l’inverse.

Dans la sphère financière, les actifs associés au pétrole (fonds propres, dettes, infrastructures d’énergies renouvelables) vivent leur vie d’une manière « normale ». Si les prix du pétrole dépassent la « zone de confort », on assiste à un déséquilibre : la croissance économique est affectée du côté des pays consommateurs : cela fut le cas dans la période 2010-2014.

Si les prix passent sous la zone de confort, les effets négatifs dans la sphère financière l’emportent sur les effets positifs observés dans les pays producteurs.

Ainsi, plusieurs phénomènes néfastes sont possibles :
1/ désolvabilisation massive de certains pays producteurs fragiles : Algérie, Venezuela, Nigéria, et pourquoi pas le Brésil,
2/ aggravation des difficultés budgétaires de certaines monarchies pétrolières du Golfe Arabo Persique, dont l’Arabie Saoudite, dont on sait que la situation budgétaire est très dégradée, et qui a projeté de vendre une partie du capital de sa compagnie nationale, l’ARAMCO,
3/ forte hausses des spreads de marché de tout le segment « high yield » pétrolier et énergétique américain, associé au risque de défaut de nombreux producteurs Outre-Atlantique,
4/ chute de la capacité bénéficiaire des entreprises du secteur pétrolier et énergétique en général, et possible impact sur les révisions de bénéfices des entreprises des grands indices boursier.

Au-delà de ces possibles impacts financiers, la baisse accentuée des cours du pétrole est perçue comme un signe d’affaiblissement du cycle économique et de déflation. Le cours du pétrole reste une composante importante de l’indice général des prix, avec lequel il est très corrélé. La baisse durable des cours de l’Or Noir inquiète sur le sujet de la croissance mondiale. Et si, finalement, le monde était au bord d’une rechute conjoncturelle généralisée ? Et si, finalement, la victoire contre la déflation n’était qu’une chimère, une croyance portée par les marchés financiers ? Les derniers chiffres d’inflation l’attestent : la BCE a revu en baisse ses prévisions d’inflation, aux USA le dernier indice mensuel était négatif.

C’est cela le vrai sujet d’inquiétude porté par la baisse des prix du pétrole.

Tendances sur les taux et les devises : Les taux obligataires sont stables Outre Atlantique, quasiment au plus bas de l’année, à 2,15%. Les taux européens ont à nouveau baissé. Le taux ans 10 ans français est revenu à 0,6%. L’€ a baissé pour la deuxième semaine consécutive, de 0,4% contre $.

Tendances récentes sur les matières premières : Les cours du pétrole ont encore baissé. Cette baisse atteint maintenant 20% depuis les plus hauts de l’année. Le cuivre s’est stabilisé.

Investisseurs : exposition la plus faible aux actions pour un CAC 40 supérieur à 5100 (investisseurs à risque moyen et faible). Les investisseurs qui acceptent un risque élevé peuvent rester sur les actions tant que la tendance haussière demeure affirmée.

Spéculateurs : Le cac poursuit sa consolidation avec un biais baissier.

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Mardi 27 Juin 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News