Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Le micropaiement : un moyen de paiement qui grandit


Le micropaiement électronique est un moyen de paiement en ligne permettant l'achat de services ou de biens dont la valeur unitaire est faible. Ceci concerne en premier lieu des biens immatériels comme l'information (article de journaux, consultation d'une base de donnée), les jeux en ligne, l'accès aux contenus payants d'un site internet, le divertissement, notamment le téléchargement de musique en ligne, les sonneries de téléphone, etc.



Le micropaiement : un moyen de paiement qui grandit
Qu’est-ce que le micropaiement ?
Pour faciliter leur émergence, la Directive européenne sur les Services de Paiement (DSP) a fait une place à part au micropaiement et à la monnaie électronique en leur permettant d’alléger les exigences en matière d'informations. La DSP limite le micropaiement aux opérations de paiement n'excédant pas 30 EUR unitairement ou qui ont soit une limite de dépense de 150 EUR, soit stockent des fonds dont le montant n'excède à aucun moment 150 EUR. Ces montants représentent cependant la fourchette haute dans le monde du micropaiement car il s'agit la plus part du temps de montants beaucoup plus modestes, de l'ordre de quelques euros. Pour Paypal, le micropaiement est un montant inférieur à 12 dollars US.

Côté utilisateurs : des solutions diverses
Sous l'appellation micropaiement est regroupée une large gamme de solutions de paiement électronique à intégrer à un site internet : audiotel par appel à un numéro de téléphone surtaxé en 4 chiffres ou commençant par 0899, SMS+ par l'envoi d'un message SMS surtaxé, Internet+ (débit sur la facture du fournisseur d'accès à internet), carte prépayée ou porte-monnaie électronique. L'utilisation reste très simple : pour obtenir un code permettant d'accéder à un contenu « premium » protégé, le visiteur d'un site internet proposant une solution micropaiement doit appeler un numéro surtaxé ou envoyer à un SMS à un numéro spécifique également surtaxé. La réception du code d'accès entraine une facturation via l'opérateur télécom ou le fournisseur d'accès à internet. Il n'est donc pas nécessaire de fournir un numéro de carte de crédit ou des coordonnées bancaires, ce qui est rassurant pour une très grande majorité des internautes, notamment lorsqu'il s'agit de petits montants. Par ailleurs, tout achat par ce moyen reste complètement anonyme car aucune donnée personnelle n’est exigée ou stockée sur le site marchand et aucune information sur le site web consulté n’est mentionnée sur la facture téléphonique.

Côté commerçants : implémentation simple
Côté marchands, tous ces systèmes de micropaiement se caractérisent par une grande simplicité de mise en œuvre. Tout webmaster peut, sans compétence technique particulière, installer et configurer un système de micropaiement qui consiste la plupart du temps à ajouter quelques lignes de code aux pages concernées du site web.

Un moyen de paiement répandu...
Si ce mode de paiement a prospéré de façon marginale dans des niches économiques comme la voyance en ligne, l'astrologie, les sites de dialogue et de rencontre, les tests psychologiques ou le contenu pour adultes d'une part; et la sonnerie de téléphone mobile, les astuces et les codes de jeux informatiques pour les adolescents d'autre part, il intéresse aujourd'hui d'autres acteurs majeurs du web qui pensent désormais que le micropaiement est un complément de revenu non négligeable à côté de la publicité en ligne. En effet, la crise actuelle a durement affecté le marché de la publicité en ligne et, par conséquent, remet en cause l'équilibre financier de certains sites d'information, notamment la presse en ligne qui se tourne sérieusement vers le micropaiement. Dans ce domaine, Google a fait connaître son intention de répondre à l’appel de la Newspaper Association of America qui réfléchit à la possibilité de monétiser le contenu des journaux en ligne autrement que par la publicité. Dans un document décrivant sa position, Google repositionne sa plateforme de paiement en ligne Google Checkout lancée il y a environ deux ans. Rappelons également que le groupe Arnault est actionnaire du groupe Rentabiliweb, un des acteurs du micropaiement, et que le groupe Lagardère, via sa filiale Cellfish, a lancé Cellpass qui commercialise une offre de micropaiement par SMS et audiotel.

… et dynamique
Le micropaiement est un secteur en mouvement. Pour preuve les bons résultats financiers de Rentabiliweb qui affiche un chiffre d'affaires consolidé au cours du troisième trimestre 2009 en forte croissance à plus de 20%. Sur les neuf premiers mois de l'année, la croissance du chiffre d'affaires atteint +8,8%. Dans un contexte de crise dans le marché de la publicité en ligne, ce sont les autres activités de la firme qui enregistrent cette performance, notamment le marketing direct et le micropaiement.

Il reste cependant un bémol à la généralisation de ce mode de paiement: son prix. Du fait de la faible valeur unitaire de chaque transaction, le coût de fonctionnement peut aller dans certains cas, jusqu'à 60% du montant payé par l'utilisateur. L'opérateur qui affirme reverser les taux les plus élevés du marché reverse pour une solution micropaiement SMS 1,25€ au marchand lorsque le client a payé 3€. C'est un peu mieux en solution audiotel puisque le marchand reçoit 1,10€ quand le client paie 1,68€.


CANTON y réfléchit

Experts Services de Paiement : experts du cabinet Canton Consulting, le think tank des nouvelles dynamiques du paiement

Canton Consulting

9-11, Av FD Roosevelt,
75008 Paris
www.cantonconsulting.eu


Mardi 12 Janvier 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News