Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Le goût chinois du Cardinal Louis de Rohan


Les collections extrême-orientales du musée des arts décoratifs de la ville de Strasbourg du 19 septembre 2008 au 4 janvier 2009



Le goût chinois du Cardinal Louis de Rohan
L’exposition présentera la collection de céramiques de Chine et du Japon et des objets d’Extrême-Orient constituée par le cardinal Louis René de Rohan. Ces objets, conservés au château de Saverne jusqu’à la Révolution, demeurent le seul témoignage de l’ensemble d’œuvres d’art et d’objets de curiosités assemblés par le dernier prince-évêque de Strasbourg. Ils sont à la fois le reflet de la richesse de ces collections mais aussi du goût des porcelaines d’Extrême-Orient qui se développe au XVIIe siècle et se poursuit tout au long du siècle suivant dans les maisons royales et les cercles aristocratiques d’Europe. De magnifiques vases chinois et japonais des XVIIe et XVIIIe siècles en forment le fonds essentiel. Après avoir connu bien des déménagements et des vicissitudes, ces objets ornent depuis les années 1930 les appartements du Palais Rohan de Strasbourg.

Le «goût pour la Chine» de Louis René de Rohan sera abordé au travers de l’étude approfondie de la collection et de son histoire mouvementée entre les deux prestigieuses résidences Rohan d’Alsace, mais aussi par l’évocation du kiosque chinois élevé dans le parc de Saverne à la demande du prince-évêque.

Exposition et catalogue s’attacheront à dépeindre la personnalité du brillant prélat bâtisseur, à retracer l’histoire de la construction du château et du kiosque de Saverne élevés à partir de 1780 d’après les plans de l’architecte Nicolas-Alexandre Salins de Montfort, et leur ambitieux programme de décoration intérieure et d’ameublement. La Révolution, qui mit un terme à ces projets grandioses, intégra les céramiques extrême-orientales devenues bien national au Muséum départemental de Strasbourg. Composée d’une cinquantaine de pièces, cette collection sera analysée par rapport à son intérêt artistique et historique. D’abondantes illustrations viendront enrichir le propos et faire revivre l’attrait pour une Chine fantasmée au temps des Lumières sur leur déclin.

www.musees-strasbourg.org/

Mercredi 1 Octobre 2008
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News