Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Le M2M (machine to machine), une solution pour diminuer les coûts ?


Le développement des capacités technologiques des terminaux mobiles que ce soient, par exemple, les ordinateurs portables, les téléphones mobiles ou les organiseurs, associé au déploiement des nombreuses solutions de transmission des données numériques font que les échanges entre systèmes informatiques et électroniques, le « machine-to-machine » (M2M), se développent de plus en plus.



Gilles de Chezelles
Gilles de Chezelles
Wi-Fi, GPRS, Bluetooph, … le monde du « sans fil » nous entoure déjà et son usage est de plus en plus courant dans de nombreuses applications. C’est grâce à la conjonction du développement rapide des solutions « portables » et des technologies de communication « sans fil » que le « machine-to-machine », vieux concept datant de la fin du siècle dernier, est revenu à la mode.

Un concept lancé trop tôt
Lancé à une époque où la technologie n’était pas encore à un niveau satisfaisant et alors que la vitesse des échanges était encore assez faible, le concept du M2M n’a pas rencontré le succès escompté dans ses premières années de vie au grand désespoir des acteurs de l’époque.
Contrairement à de nombreux projets dans le monde des nouvelles technologies, le concept du M2M a réussi à être relancé au grand bénéfice des millions d’utilisateurs de solutions informatiques et électroniques de type nomade.
En effet, alors que depuis plusieurs années, en France comme dans de nombreux pays d’Europe, il se vend bien plus d’ordinateurs portables que d’ordinateurs de bureau, il est logique que les utilisateurs se retourne vers des solutions simples et facile à mettre en œuvre pour raccorder leurs ordinateurs aux différents réseaux qu’ils utilisent au quotidien (internet, réseau local, Wifi, réseau d’entreprise, …).

De plus en plus de « sans fil »
Ces dernières années ont vu le « sans fil » gagner de plus en plus de terrain à un point tel que la plupart des fournisseurs d’accès internet fournissent maintenant, en standard dans leurs « box », des solutions « clé en main » de type Wi-fi.
De même, grâce à la mise au point et la normalisation de la solution Wifi, technologie livrée maintenant en série sur les ordinateurs portables, l’échange de données entre un ordinateur et un organiseur devient un véritable jeu d’enfant.
C’est ainsi que le développement global et tout public du « sans fil » ouvre la voie royale au déploiement du machine-to-machine (M2M).

Le « machine-to-machine » du futur
Si aujourd’hui le M2M est surtout utilisé dans le cadre d’une utilisation « consentie », la première finalité de ce concept était, en réalité, de permettre l’interfaçage et la communication entre deux systèmes sans aucune intervention humaine ...
Le but ultime étant alors que les différentes machines puissent se reconnaître, dialoguer ensemble et ainsi tisser de véritables liens entre elles, tout cela, bien sûr, sans aucune intervention humaine …
Aujourd’hui le concept revient et c’est ainsi que ces futures machines « auto-communicantes » auront alors à leurs dispositions des logiciels spécifiques de communication qui leur permettront de pouvoir utiliser tous types de réseaux, qu’ils soient de type filaire (téléphonie, réseaux câblés, …) ou de type « sans fil » comme le GSM, le Wi-Fi, …
Mais cela va plus loin encore et les experts comme les spécialistes du M2M ont pour objectif d’aller bien au-delà de la simple connexion entre différents appareils. Les développeurs ont pour ambition, en effet, de trouver des solutions techniques qui permettront à chacune des « machines » de trouver elle-même la solution la plus efficace et la plus performante pour pouvoir dialoguer avec une autre. Pour ce faire, il faut développer des applications spécifiques qui permettront à chaque appareil d’apprendre à passer d’un réseau à l’autre, qu’il soit de type audio, radio ou filaire, pour se connecter avec telle ou telle « machine » pour échanger et partager des informations.

Le supermarché du futur fonctionne déjà …
L’une des applications futures la plus spectaculaire sera, certainement, le remplacement des codes barres dans le marquage des marchandises et produits de consommation par des puces communicantes. Les avantages sont très nombreux comme la lecture sans contact, au travers des emballages et à grande distance. Un autre avantage sera également la possibilité de facilement mettre à jour les informations embarquées dans l'étiquette comme, par exemple, la mise en œuvre des offres promotionnelles.
Acheter deviendra très simple, il vous suffira de remplir votre caddy comme vous le faites déjà aujourd’hui, puis de passer à la caisse. Celle-ci sera constituée d’un portique électronique qui, en recherchant chacune des puces communicantes associées à chacun de vos achats, déterminera automatiquement le montant du contenu de votre caddy. Il ne vous restera plus qu’à payer, électroniquement bien sûr …
Alors me direz-vous, avec un telle solution, la déshumanisation des magasins va encore s’accentuer !

Et le respect de la vie privée ?
S’il est évident que le supermarché du futur permettra de fluidifier le « passage à la caisse », il est tout aussi évident que le traçage des marchandises de votre panier deviendra alors très facile à faire aussi bien dans le magasin que sur le parking, voire même chez vous. En effet, les marqueurs présent sur chacun de vos achats permettront très facilement de pouvoir réaliser un « profiling » à votre insu.
Pour le magasin, il sera très simple à tout moment d’établir votre profil de consommateur qui pourra alors être utilisé à des fins promotionnelles.
De la même façon, par la répétitivité de certains de vos achats, les magasins auront accès à des informations sur vos éventuelles maladies ou tout autres informations qui vont sont personnelles et qu’ils pourront utiliser ou même, éventuellement, revendre …
Dans un autre domaine, un projet américain se propose d'injecter un identifiant de son dossier médical à chacun des citoyens américains. L’objectif est de ne plus risquer de donner des traitements contre-indiqués ou incompatibles à des patients ou des accidentés inconscients. En parallèle, il est assez facile d’imaginer que les dérives que permettraient ce système sont tout à fait effrayantes ...

Toujours plus …
Dans les toutes prochaines années, de nombreux métiers mettront en place des solutions utilisant des puces communicantes. On peut citer, par exemple les compagnies aériennes pour la gestion des bagages, les transporteurs pour le marquage des colis, les laboratoires pharmaceutiques pour la traçabilité des médicaments, ...
Bien qu’il semble que de nombreuses utilisations de ces technologies restent encore à découvrir, il est fort probable que nous rencontrerons, jour après jour, de plus en plus de puces communicantes qui, d’une façon ou d’une autre, réduiront les coûts de certains services tout en nous simplifiant notre vie au quotidien.

Gilles de Chezelles
Mail : gdc@ag-pm.com
Site : www.ag-pm.com

Jeudi 14 Janvier 2010
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies