Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Mardi 20 Juillet 2021

Le Banking as a service (BaaS) devrait avoir un impact significatif sur les services financiers au cours des 12 prochains mois


Une enquête de Finastra révèle que le Banking as a service (BaaS) devrait avoir un impact significatif sur les services financiers au cours des 12 prochains mois.



• 85% des personnes interrogées au sein d’institutions financières mondiales pensent que le Banking as a service (BaaS) aura un impact au cours de l’année qui vient ; 40% sont convaincus de l’importance de cet impact
• Plus de 9 répondants sur 10 conviennent que l’Open Banking est important pour leur organisation ; 97 % de ceux qui utilisent déjà l’Open Banking reconnaissent ses bénéfices pour leur entreprise
• La France prévoit que l’Open Banking va révolutionner le secteur des paiements (46%)

Une étude de Finastra révèle que le Banking as a Service (BaaS) et les services bancaires intégrés (embedded) devraient avoir un impact notable sur le secteur au cours des 12 prochains mois. Alors que tous les marchés (85% des répondants dans les institutions financières mondiales) anticipent globalement cette tendance, Hong Kong (92%), les EAU (90%) et Singapour (87 %) en sont les plus convaincus. La France adopte une approche plus prudente, mais toujours significative (81%).

L’étude « Financial Services : State of the Nation Survey 2021 » souligne également que la plupart des organisations tirent désormais parti des avantages de l’Open Banking et de l’Open Finance, cette dernière étant considérée comme l’évolution naturelle du secteur. À l’échelle mondiale, 94% des personnes interrogées affirment que l’Open Banking est important pour leur organisation, 63% déclarant qu’il leur a permis d’améliorer l’expérience client et 59% qu’il a aidé à recruter de nouveaux types de clients.

L’étude a été menée auprès de 785 professionnels au sein d’institutions financières et de banques en mars 2021 aux États-Unis, au Royaume-Uni, à Singapour, en France, en Allemagne, à Hong Kong et aux Émirats arabes unis, avec 105 répondants français. Elle explore l’environnement de l’Open Banking et de l’Open Finance, la technologie et les initiatives envisagées pour avoir un impact sur les services financiers au cours de l’année prochaine, et les conséquences de la Covid-19 sur le secteur.

Parmi les autres enseignements :
• Outre le BaaS, la banque mobile et l’intelligence artificielle sont identifiés comme les autres grandes technologies qui seront améliorées ou déployées au cours des 12 prochains mois. 95% des organisations prévoient qu’elles chercheront à améliorer ou à développer la technologie au cours de cette période. Les EAU (44 %) et Hong Kong (42 %) sont en tête en matière d’intérêt pour les services bancaires mobiles, à rapporter à une moyenne de 36 % sur les sept marchés. La France se focalise en priorité sur l’Intelligence Artificielle.
• La collaboration demeure importante pour 94 % des entreprises de services financiers, bien que subsistent de nombreux obstacles, existants et nouveaux, autour de la réglementation, de la sécurité et de la technologie. Les réglementations complexes sont identifiées comme un obstacle important pour 40% des répondants mondiaux. C’est la barrière citée en première position pour la France (47 %), Singapour (45 %) et l’Allemagne (44 %). Une augmentation du risque lié à la sécurité a été identifiée comme l’obstacle prépondérant par les banques aux États-Unis, à Hong Kong et aux Émirats arabes unis (40 % chacun), tandis que les systèmes existants et l’informatique ont été cités comme le principal obstacle à la collaboration au Royaume-Uni (48 %).
• La COVID-19 a agi comme un accélérateur pour que les entreprises s’adaptent et investissent dans les nouvelles technologies et l’innovation, selon 8 organisations mondiales sur 10. Les répondants à Singapour (87 %), au Royaume-Uni (82 %) et aux Émirats arabes unis (82 %) sont les plus susceptibles d’être d’accord.
• La France prévoit que le secteur le plus impacté par l’Open Banking sera les paiements (46%), suivi par la banque de détail qui atteint près de 40%.
• Les entreprises de services financiers se penchent de plus en plus sur leur raison d’être . 86% conviennent que « les services financiers et bancaires ne se contentent pas de financer, et nous avons le devoir de soutenir les communautés que nous servons ». Chez Finastra, nous appelons cela redéfinir la finance pour le bien Finance for good.

« Nos résultats montrent comment les institutions financières bénéficient déjà de l’Open Banking et, fait nouveau, du rôle croissant du BaaS. Nous sommes convaincus que ces initiatives ont déjà commencé à ouvrir la voie à une véritable finance ouverte (Open Finance), en aidant les entreprises de services financiers à développer et améliorer les services fournis à leurs clients », déclare Eli Rosner, Chief Product and Technology Officer chez Finastra. « Plus particulièrement, 81 % des répondants dans le monde voient dans le BaaS un moyen de développer leurs activités, permettre un délai de mise sur le marché plus rapide, et rationaliser les opérations de leur entreprise. Les précieux renseignements fournis par autant d’institutions financières donnent le « la » en matière d’évolution des services financiers, alors que les banques et leurs clients s’adaptent par-delà la pandémie, et que le secteur s’implique pour mieux soutenir les communautés que nous servons tous. ».

Méthodologie de l’enquête :
1. 785 cadres dirigeants au sein d’institutions financières et de banques en France, en Allemagne, à Hong Kong, à Singapour, aux Émirats arabes unis, au Royaume-Uni et aux États-Unis, ont été interrogés dans le cadre de notre recherche 2021. Ces institutions financières représentent un chiffre d’affaires brut d’un peu plus de 34 milliards de dollars américains au cours des 12 derniers mois, emploient environ 2,4 millions de personnes et entretiennent environ 237 millions de relations client/client/membre.
2. En raison de l’arrondi des pourcentages de résultats, les réponses à certaines questions peuvent ne pas toujours atteindre exactement 100 %. Les répondants ont également pu choisir plus d’une réponse à certaines questions.
3. Une analyse comparative a été effectuée à partir des résultats d’enquêtes similaires menées par Finastra en janvier 2020 et mars 2019, qui ont également été menées en ligne auprès d’institutions financières et de banques sur les mêmes marchés (l’enquête de 2019 n’incluait pas les Émirats arabes unis ou Hong Kong).
4. La recherche a été menée par Savanta via un panel en ligne (en mars 2021).

A propos de Finastra
Finastra construit une plateforme ouverte qui accélère la collaboration et l'innovation dans les services financiers, créant ainsi de meilleures expériences pour les personnes, les entreprises et les communautés. Fort du plus large choix de logiciels de services financiers au monde, Finastra fournit une technologie vitale aux institutions financières de toutes tailles et dans le monde entier, dont 90 des 100 premières banques mondiales. Grâce à notre architecture ouverte, nous réunissons de nombreux partenaires et innovateurs. Ensemble, nous montrons la voie en matière d’écriture, de déploiement et d’utilisation des applications dans les services financiers, en phase avec les évolutions des besoins des client.
finastra.com

Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS