Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



La visibilité des flux de trésorerie compromise par une finance confuse


L’interdépendance accrue des systèmes financiers soulève des inquiétudes sur la visibilité des flux de trésorerie.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
L’interconnexion des systèmes financiers est de plus en plus grande au sein des entreprises et à l’échelle mondiale. Par l’effet de réseau ainsi créé, tout changement apporté à l’un de ces systèmes a nécessairement des répercussions à plus grande échelle. D’après un rapport publié par Basware, un tel renforcement de l'interdépendance porte atteinte à la visibilité des flux de trésorerie et nuit à la confiance des acteurs financiers.

Le rapport 2011 « Cost of Control – Fuzzy Finance », troisième édition du rapport annuel commandé par Basware, donne un aperçu des opinions et des priorités de plus de 550 dirigeants financiers du monde entier, dont la France. Ce rapport compare les tendances actuelles avec celles exprimées dans les rapports « Cost of Control » 2010 et 2009, afin de mesurer la confiance des dirigeants financiers et d’évaluer les objectifs stratégiques qu'ils se sont fixés.

L’inquiétude entourant la visibilité des flux de trésorerie est au cœur du rapport. Cette peur résulte en grande partie de l’interdépendance accrue des systèmes financiers au sein des entreprises et à l'échelle mondiale. Le problème purement technique de « dialogue » entre des systèmes disparates a laissé place à un enchaînement visiblement infini de flux d’activité complexes et interdépendants. L’« effet de réseau » qui en découle affecte l’efficacité opérationnelle des organisations, laquelle se trouve encore compliquée par les interactions avec des systèmes externes tout aussi interdépendants. Par conséquent, 71 % des directeurs financiers mondiaux s’inquiètent du fait qu’une plus grande dépendance entre les différents systèmes financiers entraîne des difficultés en matière de visibilité des flux de trésorerie, contre 82% en France.

Outre cette interdépendance accrue, 59 % des personnes interrogées (70 % en France) pensent que certaines décisions visant à améliorer les opérations financières ont été prises dans leur société sans une bonne compréhension des conséquences engendrées sur la visibilité des flux de trésorerie. Cette inquiétude est renforcée par les déclarations des dirigeants financiers : pour 48 % d’entre eux (58 % en France), les économies de coût sont le plus grand défi auquel ils se trouvent confrontés. Un objectif qui prend de plus en plus d'importance en regard des rapports « Cost of Control » 2010 et 2009 (39 % des dirigeants financiers y étaient sensibles en 2010 et 31 % en 2009). 47 % des personnes interrogées (60 % en France), soit une augmentation de 10 % depuis 2010, réclament une prise de conscience des effets de l’interdépendance des systèmes financiers sur la visibilité des flux de trésorerie. Pour elles, l’intégration des différents systèmes et le progrès technologique en la matière arrivent en deuxième place dans le classement des priorités.

La visibilité des flux de trésorerie compromise par une finance confuse

Avec les défis constants de réduction de coûts sans cesse présents dans l’esprit des dirigeants financiers, il est intéressant d’évaluer le niveau de confiance économique au sein de ce groupe. La confiance globale dans l’économie régionale et mondiale augmente depuis 2009, à raison de 18 % chaque année. La confiance des dirigeants financiers dans les performances de leur société a quant à elle modérément augmenté (+ 7 %), tandis que la confiance dans la performance de la fonction finance reste inchangée.

Esa Tihilä, CEO de Basware commente : « Le climat de ces dernières années a incité les entreprises à revoir en profondeur leurs stratégies pour répondre à la nécessité d’identifier de potentielles économies de coût. La visibilité des flux de trésorerie en temps réel est cruciale pour atteindre cet objectif et les dirigeants financiers doivent avoir une vision holistique de la finance pour réaliser ces économies. L’interdépendance accrue des systèmes financiers au sein des entreprises et dans le monde entier brouille la finance et nuit à la confiance que portent les acteurs financiers sur la capacité de visualiser les flux de trésorerie en temps réel. »

Si l’on observe plus en détail les composantes des systèmes financiers, il apparaît que les comptes fournisseurs sont les plus à même de fournir une vision exacte des flux de trésorerie d’une entreprise. 62 % des personnes interrogées (contre 66 % en France) considèrent qu’une mauvaise gestion des comptes fournisseurs compromet cette visibilité, et 64 % (contre 76 % en France) pensent que les comptes fournisseurs ont un impact plus immédiat sur d’autres composantes de l’entreprise, en raison du taux d’intégration plus élevé entre les différents systèmes.

La visibilité des flux de trésorerie compromise par une finance confuse

La visibilité des flux de trésorerie compromise par une finance confuse

L’automatisation de certaines fonctions, comme les comptes fournisseurs et la facturation électronique, sont particulièrement utiles aux dirigeants financiers pour accéder en temps réel à des informations détaillées sur les flux de trésorerie de l’entreprise. L’investissement dans des technologies de facturation électronique en vue d’augmenter la productivité se classe en tête des activités à entreprendre : 52 % des entreprises (62 % en France) se disent aujourd’hui plus prêtes à s'y atteler qu'il y a 12 mois. En deuxième position, on trouve la réduction de la période de recouvrement des paiements clients (49 % dans le monde, 52 % en France) et l'assouplissement des conditions de paiement pour les fournisseurs (44 % dans le monde, 56 % en France).

Esa Tihilä, de Basware ajoute : « L’automatisation des processus manuels est d’autant plus essentielle que les systèmes financiers sont de plus en plus dépendants les uns des autres et de l’information diffusée par d’autres composantes de l’entreprise. Les entreprises reconnaissent la valeur ajoutée tangible que l’automatisation peut apporter à une organisation, au-delà même des moyens évidents permettant de récolter de la trésorerie, tels que l'allongement des délais de paiements des fournisseurs et la réduction des conditions de paiement des clients. L’interdépendance accrue des systèmes financiers signifie qu’aucun élément du processus financier ne peut être isolé des autres, un changement à une extrémité du spectre ayant nécessairement un impact sur l’autre extrémité. Dès lors, les dirigeants financiers doivent disposer d'une bonne visibilité sur les flux de trésorerie de leur entreprise et d'une compréhension globale de l’interrelation qui lie ces différents réseaux pour que les modifications apportées ne soient pas délétères ».

À propos de l’étude
L’étude Cost of Control menée par Basware rassemble les informations fournies par 550 directeurs financiers interrogés aux États-Unis (100 entretiens), au Royaume-Uni (100), en Scandinavie (100), en Allemagne (100), en Australie (50), au Benelux (50) et en France (50). Les personnes interrogées appartiennent à des entreprises d’au moins 1 000 employés et ont répondu, au nom de leur société, à des questions portant sur le processus décisionnaire et la gestion du budget au sein de leur entreprise. Les personnes ont été interrogées par téléphone et ont participé à un sondage en ligne.

À propos de Basware
Basware est le leader mondial des solutions Purchase-to-Pay avec plus d'un million d'utilisateurs dans plus de 60 pays à travers le monde. Le réseau ouvert de Basware pour la facturation électronique et les transactions d'achat relie plus de 320 000 entreprises dans le monde. Basware permet aux organisations de réduire le coût de l'achat et du règlement de biens et de services, et d'acquérir de la visibilité sur la totalité de leur processus d'investissement, ainsi que la maîtrise de celui-ci, en automatisant les processus manuels, de l'approvisionnement à l'automatisation des factures, en passant par la sous-traitance, la gestion des contrats, l'achat et la collaboration avec leurs fournisseurs. Les solutions et services de Basware permettent aux entreprises d'améliorer leur trésorerie, d'optimiser leur fonds de roulement et la souplesse de leurs opérations financières tout au long du cycle allant de l'approvisionnement au paiement. Ces solutions sont distribuées et déployées directement sur site ou en tant que service en Europe, aux États-Unis et dans la région Asie Pacifique, à travers un large réseau de bureaux Basware et de partenaires agréés. www.basware.com

Retrouvez ci-dessous la version complète du rapport « Cost of Control Fuzzy Finance 2011 »

Laurent Leloup

Vendredi 2 Décembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News