Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



La réduction des coûts par le e-travail


Qu’il s’appelle e-Travail ou télétravail, le travail à distance n'est pas un métier en soi, ni même une fonction de l’entreprise, c'est essentiellement une façon d'exercer un métier.



Gilles de Chezelles
Gilles de Chezelles
Notion déjà ancienne qui date des années soixante, mais force est de constater que le télétravail ne s’est pas imposé en France contrairement à certains autres pays. Il est vrai que la définition du e-Travail n’est pas une chose simple du fait de la multiplicité des métiers et des fonctions qui peuvent être accomplis de cette façon, toutefois on peut le qualifier comme ‘une activité professionnelle exercée pour le compte d’une entreprise mais en dehors des locaux de celle-ci’.

Nos outils du quotidien sont conçus pour le e-travail
Internet, téléphonie mobile, ordinateur portables ou visioconférence, autant d’outils qui sont aujourd’hui totalement banalisés, accessibles à tous et utilisables quasiment partout.

Pour les compléter, de nombreuses applications liées à la mobilité sont disponibles sur le marché comme en ‘open source’. Elles permettent aux utilisateurs se trouvant en dehors de l’entreprise de recevoir des documents ou des dossiers, de mettre à jour leurs plannings, d’ajouter des événements à leurs agendas, de consulter et de mettre à jour leurs carnets d’adresses, d’utiliser et de gérer les listes de tâches, etc … Ainsi chaque e-travailleur peut connaître à tout moment, en fonction de ses besoins, la dernière version d’un catalogue, les derniers tarifs, l’état de tout ou partie du stocks, les appels reçus, des délais à prendre en considération, …

Enfin la visioconférence accessible aujourd’hui à partir de presque tous les ordinateurs portables, voire les smartphones, permettent d’organiser des réunions de travail avec des acteurs géographiquement dispersés, que ceux-ci fassent partie de l’entreprise ou non, qu’ils soient au sein de l’entreprise ou e-travailleurs.

Grâce à toutes ces technologies, chaque e-travailleur a la possibilité de dialoguer, de négocier, d'échanger des points de vue, de mettre au point des méthodes communes et de prendre des décisions collectives comme s’il se trouvait physiquement au sein de l’entreprise, voire chez un client.

Le e-travail, une stratégie d’entreprise
Le e-travail, en permettant la poursuite de la mission professionnelle en dehors du cadre géographique de l'entreprise, présente de nombreux avantages, c’est ce que démontrent de nombreux études et sondages réalisés auprès d’entreprises ayant recourt au e-travail.

On y révèle que près des deux tiers des responsables interrogés estiment que le e-travail est une véritable opportunité pour l’entreprise. En effet on constate que ce type de salariat augmente la productivité des salariés tout en améliorant l'accomplissement et la finalisation des missions et des tâches. De même, plus de la moitié des employeurs considèrent qu’en laissant le soin aux salariés de gérer leurs propres temps de travail, cela améliore fortement le dialogue social ainsi que la fidélisation des salariés à l’entreprise.
Par ailleurs les entreprises qui y ont eu recours ont constaté que le passage au e-travail avait fortement dynamisé la communication globale au sein de l’entreprise.

C’est ainsi que, lorsqu’il est bien mené, un projet de e-travail permet à l’entreprise de faire des économies sur plusieurs postes. En premier lieu, le fait de lancer un projet de restructuration incluant du e-travail, permet souvent de moderniser de façon structurelle le service concerné et de le rendre plus opérationnel, plus performant et donc d’en améliorer son rendement, son efficacité et la qualité du travail produit. De plus la conduite du changement qui résulte de cette modernisation permet de remettre l’ensemble du personnel du service ‘à niveau’. Ce sont donc des e-travailleurs biens formés, équipés d’outils modernes et adaptés à leurs besoins qui, de chez eux, apportent leurs contributions à la modernisation et à l’amélioration des performances de l’entreprise.

Les mètres carrés de bureau qui auront été économisés ne devraient alors être considérés que comme la ‘cerise sur le gâteau’.

Lutter contre les préjugées
Bien que près des deux tiers des ordinateurs vendus en France soient de type portable et que plus des trois quarts des foyers français sont aujourd’hui connectés à Internet, les réticences des entreprises françaises à recourir au e-travail demeurent très fortes.

Bien que, grâce au réseau Internet, nous vivons la troisième révolution industrielle, celle de l’information et de la communication, on est bien obligé de constater que le monde des entreprises n’en a pas encore pris toute la mesure. Bien sur, mettre en œuvre une solution de e-travail au sein d’une entreprise n’est pas une décision qui peut se prendre à la légère, elle doit être le fruit d’une réflexion aboutie ainsi que d’une stratégie précise. Il est tout aussi certain que de mettre en place une solution de e-travail est avant tout un projet global d’entreprise qui doit être pris en compte par tous les acteurs y compris, et peut être même surtout, avec l’encadrement. Ce sont d’ailleurs souvent ces derniers qui sont hostiles à se séparer ‘physiquement’ de leurs salariés car ils ont alors l’impression de perdre une partie de leurs ‘pouvoirs’ …

Comme le montre des études récentes sur le e-travail, c’est souvent la crainte de la perte de la confidentialité des informations qui freine le plus son développement dans les entreprises françaises. C’est en réalité une très mauvaise raison car, aujourd’hui, avec l’usage d’Internet au quotidien par de nombreux salariés de l’entreprise, assurer la sécurité et la confidentialité des informations ou des données est devenu une problématique permanente qui doit être traitée globalement. En effet l’entreprise y est totalement confrontée à partir du moment où elle communique électroniquement aussi bien avec l’extérieur qu’en interne, que le salarié soit physiquement au sein de l’entreprise où non.

Une autre raison évoquée est celle du frein au développement du fait de la difficulté à gérer le travail en équipe des E-travailleurs. Mais là encore c’est un mauvais procès que l’on fait au e-travail, en effet la visioconférence à travers le réseau Internet est la meilleure des réponses. Simple à mettre en œuvre pour un très faible investissement, la visioconférence permet de réunir des personnes présentes sur plusieurs sites afin de les faire travailler ensemble.

La dernière des ‘mauvaises raisons’ évoquée est l’impossibilité de contrôler et de mesurer le temps de travail. C’est oublier bien vite qu’aujourd’hui la véritable valeur ajoutée d’un salarié c’est la qualité de son travail et non le temps qu’il passe au bureau. C’est également passer sous silence les nombreuses ‘nuisances’ auxquels sont soumis au quotidien les salariés au sein de l’entreprise comme les réunions interminables autant qu´inutiles, les sonneries intempestives du téléphone, les collègues envahissants, etc …

Existe-t-il un avenir pour le e-travail ?
Dans un monde fortement concurrentiel, les entreprises se doivent de relever en permanence de nouveaux défis tout en continuant à faire face à leurs difficultés quotidiennes. Elles doivent s’efforcer de mettre en place de nouvelles méthodes organisationnelles pour fidéliser et accroître leur clientèle tout en réduisant leurs coûts de fonctionnement.

Utopie des années soixante, rêve des années quatre vingt, avec la simplicité d’emploi et les performances des technologies de communication actuelles, le e-travail mériterait d’être regardé avec un œil neuf et sans a priori comme une véritable solution permettant de réduire les coûts tout en fidélisant ses salariés.

Gilles de Chezelles
Mail : gdc@ag-pm.com
Site : www.ag-pm.com

Mercredi 13 Octobre 2010
Notez



Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News