Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



La montée indispensable des « managers responsables », les fantassins de la RSE


Parmi les 5000 premières entreprises cotées dans le monde, seules 3% seulement rapportent sur les 7 indicateurs de base sélectionnés par Corporate Knights, auteur d’une étude récente. N’y aurait-il que 150 entreprises cotées transparentes sur la planète ?



Patrick d’Humières
Patrick d’Humières
Le comptage est un peu étroit car il y a plus de 5000 rapports inventoriés par la GRI mais leur qualité est assurément très inégale. Ce comptage appelle deux questions : est-ce que la volonté d’affichage RSE, qui avance lentement, est aujourd’hui plutôt poussée par la gouvernance, les grandes directions ou le management des entreprises ? La réponse issue de l’observation professionnelle des communautés engagées et des entreprises pionnières qui tirent le sujet depuis dix ans est claire : la RSE avance grâce aux managers de terrain qui patiemment, à leur niveau opérationnel, font avancer la responsabilité au travers de quelques démarches exemplaires, des initiatives collaboratives originales, des bonnes pratiques locales, un reporting qui s’améliore par étape et par-dessus-tout une conscience professionnelle nourrie de modestie et de convictions personnelles remarquables. Ce sont ces « fantassins de la RSE » qui auront apporté une démarche technique crédible et solide sur laquelle les meilleures entreprises fondent aujourd’hui leurs preuves d’engagement, même si elles sont souvent loin encore des attentes des parties prenantes et des exigences du contexte.

Mais les managers de terrain ne peuvent agir seuls. Les plus avancés bénéficient du soutien incontournable de leur gouvernance, au niveau des N° 1. C’est le schéma le plus efficace. Rien ne remplace l’impulsion des présidents. D’autant qu’il leur manque souvent celle des directions générales, encore difficiles à convaincre, pour ne pas parler de l’atermoiement et de la distance regrettable des directions financières et des directions d’achat, parfois des DRH qui ressentent trop souvent la RSE comme une contrainte ou une justification inutile ; leur réflexion critique fait souvent défaut, pour reprendre le réquisitoire de François Dupuy sur un certain management conservateur qui perdure trop souvent dans un monde de mutation. Oui, la RSE est avant tout une question de culture d’écoute de son environnement humain et d’attention à son contexte sociétal. Si les directions sont collées à leur marché étroit, il leur faudra trois plus de temps pour s’adapter et les acteurs RSE ne pourront que proposer sans faiblir leurs pas incrémentaux pour bouger…D’autant que la RSE ne bénéficie pas en France de l’appui des IRP, même si certains syndicats et administrateurs salariés commencent à s’en saisir fortement.
Il est temps de reconnaître le mérite et le rôle des « managers responsables » qui changent l’entreprise de l’intérieur et qui la relient au monde en mouvement, des acteurs sociétaux, des nouveaux salariés exigeants, des acteurs institutionnels pressant. Nous proposons d’apporter à cette armée de l’ombre des « changeurs réformistes » de l’économie contemporaine, une occasion de se former, de se rencontrer, d’échanger et d’exprimer des positions contributives au débat. Un premier MOOC RSE (associé à celui de l’Ecole Centrale) sera diffusé le 23 mars sur FUN (France Université Numérique) ; un cercle sera constitué autour de cadres qui ont fait leur preuve et qui croient dans l’importance de ce métier pour affronter les défis des nouveaux rapports entre l’entreprise et la société. Si vous souhaitez rejoindre le mouvement, contactez-nous vite sur ce blog et notre site, pour que « le cercle des managers responsables » bénéficie de votre expérience et de votre soutien. Et que votre savoir renforce la dynamique de l’économie responsable qui devra s’imposer inévitablement si nous voulons allier croissance et comportement durable

Patrick d’Humières
www.institutrse.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 24 Mars 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies