Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



La guerre commerciale est-elle un mal pour un bien pour le secteur chinois des technologies ?


John Lin est gérant du portefeuille d’actions chinoises chez AllianceBernstein (AB).



Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine mettent à rude épreuve les liens complexes qu’entretiennent les secteurs technologiques des deux pays. Les mesures prises par le gouvernement américain à l’encontre du géant chinois Huawei Technologies pourraient provoquer un retour de flamme et pousser le secteur technologique chinois à lancer une nouvelle phase de développement.

L’industrie technologique chinoise a été une cible majeure des sanctions américaines. Huawei est le parfait exemple de l’entreprise chinoise innovante qui a réussi. Alors que la Chine en fait une véritable source de fierté, les États-Unis la considèrent comme une menace pour la sécurité nationale, qui utilise ses ressources technologiques pour recueillir des informations en occident pour le compte du gouvernement chinois. Les membres du département du Trésor américain qui participent aux négociations avec la Chine précisent que Huawei est un problème de sécurité qui n’est pas lié aux discussions commerciales. Toutefois, lorsque le gouvernement américain a arrêté le directeur financier de Huawei fin 2018, de nombreux observateurs étaient convaincus que la technologie était devenue un élément essentiel de l’intensification du conflit commercial entre les deux pays.

Les mesures de représailles du gouvernement américain obligent Huawei à relocaliser sa chaîne de production

Donald Trump a intensifié les mesures de représailles à l’encontre de Huawei en 2019 en expulsant le groupe des États-Unis. Les répercussions sont nombreuses. Huawei est le premier fabricant mondial d’équipements de télécommunications, avec un chiffre d’affaires de 105 milliards de dollars en 2018, une part de marché qui avoisine les 30 % et des clients dans plus de 170 pays. C’est également le deuxième plus gros fabricant mondial de téléphones portables, derrière Samsung. En 2018, Huawei a investi 15 milliards de dollars dans la recherche et le développement. Tous ces éléments font de Huawei un acteur majeur de la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale. Jusqu’à son éviction, le groupe dépendait massivement de ses fournisseurs américains.

Lors du sommet du G20 qui a eu lieu au Japon en juin, Donald Trump s’est engagé à assouplir certaines restrictions imposées à Huawei. Dans la foulée, le PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a récemment déclaré au New York Times que son entreprise était prête à mener des négociations en toute « bonne foi » pour trouver une solution. Si l’on laisse de côté la controverse politique, nous pensons que les mesures de représailles adoptées par le gouvernement américain à l’encontre de Huawei et d’autres entreprises technologiques chinoises pourraient apporter un nouveau souffle dans l’industrie en forçant les sociétés technologiques chinoises à renforcer leurs chaînes d’approvisionnement locales.

Passer outre le désagrément immédiat

Pour Huawei et la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale, l’impact immédiat a été douloureux. L’entreprise consomme beaucoup de produits et de service de technologies de pointe. En effet, Huawei a déclaré que la perte d’accès aux systèmes d’exploitation Android de Google devrait provoquer une forte baisse de ses volumes de ventes de smartphones. Dans la mesure où Huawei est un fabricant majeur d’équipements 5G, les restrictions auxquelles le groupe est soumis pourraient le également freiner le développement mondial dans la mise à niveau des réseaux en 5G.

Cela étant, nous pensons qu’avec le temps, les entreprises chinoises intensifieront leurs efforts pour développer leur auto-approvisionnement. Même si les sanctions américaines sont assouplies ou levées, nous pensons que les événements de l’an passé pousseront les entreprises technologiques chinoises et le gouvernement à réduire leur dépendance aux fournisseurs étrangers.

Cela n’arrivera pas du jour au lendemain. Il y a toujours des écarts importants dans plusieurs secteurs de l’écosystème technologique chinois et il faudra un certain temps pour les combler. Les fournisseurs chinois opérant à l’échelle locale devront également continuer à améliorer la qualité des produits qu’ils fabriquent pour pouvoir intégrer la chaîne d’approvisionnement de Huawei.

Nous pensons qu’avec le temps, l’augmentation de la demande obligera les fournisseurs chinois à améliorer leur savoir-faire. Les études que nous avons réalisées montrent que Huawei collabore déjà étroitement avec des fabricants locaux de matériaux pour cartes de circuits imprimés et de composants optiques pour combler leur retard technologique. Les entreprises technologiques sud-coréennes et taïwanaises pourraient également bénéficier de la quête de nouveaux fournisseurs de Huawei.

Déceler les opportunités

En Chine, certaines valeurs technologiques défensives méritent une attention toute particulière.
Il s’agit des entreprises raisonnablement exposées à Huawei, relativement à l’abri des tensions sino-américaines, jouissant d'une bonne visibilité sur leurs perspectives de croissance et fabriquant des produits de qualité.

Par exemple, certaines entreprises chinoises pourraient profiter du déploiement éventuel des réseaux de télécommunications 5G à l’échelle mondiale, car nous pensons que le retard technologique qu’elles accusent sur leurs concurrents américains n’est pas trop grand.

Shengyi Technology en est un bon exemple. Il s’agit du plus gros fournisseur chinois de cuivre laminé (CCL), un matériau indispensable à la fabrication des cartes de circuits imprimés.

Nous pensons que la transition des réseaux vers la technologie 5G, qui permettra un transfert des données nettement plus rapide et réduira considérablement le temps de latence par rapport à la 4G, contribuera à augmenter la demande en matériaux CCL de pointe. En effet, Huawei a entamé une collaboration avec Shengyi après avoir vu se rompre les liens qu’elle entretenait avec un fournisseur américain.

Les fournisseurs chinois de composants optiques s’engouffrent également dans la brèche créée par les sanctions américaines, à l’instar de Accelink Technologies et Zhongji Innolight.
Les technologies que possèdent ces deux entreprises leur ont permis de saper la domination des fournisseurs américains, qui ont été éjectés de force du marché chinois.

La guerre commerciale que se livrent la Chine et les États-Unis alimente une forte volatilité sur les marchés et pourrait assombrir les perspectives de l’économie chinoise. Pour autant, nous pensons qu’il s’agit là de conditions idéales pour les investisseurs en quête d’opportunités de développement. Les investisseurs en actions se projetant sur le long terme pourraient déceler des tendances émergentes qui pourraient transformer de petites entreprises technologiques chinoises en futurs géants de l’industrie avec un potentiel de rentabilité considérable.

À propos d’AllianceBernstein (AB)
AllianceBernstein L.P., la société mère d’AllianceBernstein Limited, est une entreprise spécialisée dans la gestion d’actifs. Au 30 avril 2019, elle gérait 568 milliards d’actifs pour le compte de ses clients. AB met à la disposition des investisseurs institutionnels, des particuliers et des investisseurs privés du monde entier sa recherche de grande qualité ainsi qu’une gamme complète de services d’investissement.
AB propose des solutions qui englobent différentes classes d’actifs, styles d’investissement et marchés géographiques, parmi lesquelles des fonds actions mondiaux, régionaux ou sectoriels domiciliés au Luxembourg, des fonds multi-actifs et alternatifs ainsi que des stratégies obligataires qui couvrent l’intégralité du spectre risque/bénéfice.
Nos onze bureaux européens, répartis sur neuf pays, proposent aux investisseurs institutionnels, gérants discrétionnaires et conseillers financiers des fonds actions de conviction, des stratégies obligataires spécialisées, mais aussi des produits alternatifs et des solutions multi-actifs.
Publié par AllianceBernstein Limited, une société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority (autorité de réglementation des services financiers) du Royaume-Uni. Son siège social est situé à l’adresse suivante : 50 Berkeley Street, Londres, W1J 8HA. Pour de plus amples informations sur AB, nous vous invitons à consulter le site internet www.alliancebernstein.com

Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

------------------------

Chaineum :
Fondée en 2015, Chaineum est un cabinet de conseil en opérations de haut de bilan offrant une expertise de premier plan en matière d’ICO et STO, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).
La division services blockchain de Chaineum, développe la technologie Chaineum Segment, une blockchain privée orientée objets.

About Chaineum:
Founded in 2015, Chaineum is a leading corporate finance advisory firm with a strong expertise in ICO and STO, and a strategic focus on both its clients' business and blockchain technology. As such, Chaineum paved the way in the implementation of certain best practices in this sector (ICO Charter, Security Token Network).
Chaineum's blockchain services division, is developing Chaineum Segment technology, an object-oriented private blockchain.

-------------------------

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.

Mardi 22 Octobre 2019
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News