Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News


              



La grande distribution à la conquête du marché bio


Depuis quelques années manger bio n’est plus uniquement une affaire de mode ou de « bobos » parisiens. C’est devenu une véritable nécessité. Les français, surtout les nouvelles générations, ont pris conscience de l’importance de consommer des aliments sains, dépourvus de pesticides et autres conservateurs afin de préserver sa santé et de protéger la planète.



La grande distribution à la conquête du marché bio
Ce besoin, la grande distribution l’a très clairement identifié. Ainsi, à l’instar de Carrefour, Leclerc s’est lancé dans l’ouverture de magasins entièrement dévolus à la vente de produits biologiques comme celui ouvert à Saintes en Charente-Maritime. La guerre commerciale avec les pionniers de la filière tel que Biocoop, semble véritablement déclaré.

Consommation en hausse

D’après un récent sondage effectué par le cabinet Nielsen pour le Salon international de l’alimentation (Sial), 16% des consommateurs français s’avouent séduits par les produits bio et locaux. L’Agence bio indique qu’entre 2016 et 2017 le marché des produits labellisés AB a progressé de plus de 20%.
Le bio engendre un chiffre d’affaire de 8 milliards d’euros et la grande distribution en capte 46%, se taillant ainsi la part du lion. Cela est dû non seulement à des prix attractifs mais aussi à la présentation en ligne de leurs produits à travers des plateformes comme Kimbino.fr. L’internaute peut y trouver le catalogue E.Leclerc ou le catalogue Carrefour et profiter des meilleures offres. Soit dit en passant, en utilisant Kimbino.fr, la grande distribution réduit le besoin d’imprimer des dépliants et réalise de grandes économies tout en adoptant une attitude écoresponsable.

Les magasins spécialisés type Biocoop ou Bio c’Bon captent, quant à eux, 36% du CA global. Viennent ensuite la vente directe du producteur au consommateur et les artisans boulangers, cavistes et bouchers avec respectivement 13% et 5%.

Que recherche le consommateur ?

Lorsqu’un consommateur achète bio il exprime sa volonté de recourir à une alimentation saine, issue d’une agriculture respectueuse de l’environnement. Il recherche aussi à éviter le suremballage.
Michel-Édouard Leclerc ayant très bien identifié ces besoins, s’est lancé dans l’ouverture de magasins entièrement dédié au bio.
Il essaye ainsi de rattraper son retard dans le domaine et grignoter des parts de marché aux magasins spécialisés. Parmi ceux-ci on trouve au premier rang le réseau Biocoop qui existe sur le territoire depuis plus de 40 ans et possède 530 points de vente. Vient ensuite La Vie Claire avec 325 points de vente et Biomonde avec 200. D’autres groupes, comme par exemple Casino, ont racheté ou développé de nouvelles chaînes comme c’est le cas pour Naturalia avec 150 magasins.
Outre la concurrence de magasins spécialisés, Leclerc doit rattraper son retard face à Carrefour qui depuis 2013 a ouvert, à Paris, son premier magasin Carrefour Bio. Ils en comptent plus d’une vingtaine dont la plus grande partie dans la capitale. Auchan n’est pas non plus en reste, avec l’ouverture d’un Auchan Bio à Lille en novembre 2018. Intermarché, n’a pour l’instant pas ouvert sa chaîne exclusivement bio mais a pris des parts dans le réseau Comptoir de la Bio.

Tout ce qui nous reste à espérer c’est que cette « pensée verte » ne se fasse pas au détriment des standards de production et de la qualité des aliments qui arriveront par cette filière dans nos assiettes.

Source :


Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

----------------

Chaineum - Conseil haut de bilan & stratégie blockchain
Conseil en opérations de haut de bilan : ICO STO advisory, levée de fonds, M&A.
Conseil, stratégie & accompagnement de projets en technologie blockchain.
Besançon - Paris + réseau international de partenaires.

Lundi 25 Mars 2019
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News