Quotidien Fintech & Blocktech / Daily News
              



Vendredi 18 Octobre 2013

La gestion des risques est au cœur des préoccupations de l'industrie financière


8ème édition de l'étude Global Risk Management Survey



Deloitte publie les résultats de la huitième édition de l'étude internationale Global Risk Management Survey évaluant les dispositifs de gestion de risque de près de 86 institutions financières à travers le monde, représentant 18 000 milliards de dollars d'actifs cumulés.

- 65% des établissements interrogés constatent une hausse des budgets alloués à la gestion des risques
- 48% affirment avoir dû réadapter leur offre et activité en lien avec les exigences réglementaires (24% en 2010)
- 89% des institutions avaient un Directeur des risques en 2012 contre 65% en 2010
- La grande majorité des établissements se jugent eux-mêmes très efficaces à 85% dans leur gestion du risque de liquidité, à 83% dans la gestion du risque de crédit et à 78 % dans la gestion du risque souverain
- Cependant, 40 % des établissements doutent des capacités de leur système technologique de gestion des données relatives aux risques.
- 55 % des établissements intègrent actuellement la gestion des risques dans les objectifs de performance et dans la rémunération de la direction (stable depuis 2010)

Edward Hida, Responsable mondial Risk & Capital Management Services Deloitte Touche Tohmatsu Limited commente : « La crise financière a entraîné dans son sillage des changements profonds dans les pratiques de gestion des risques des établissements financiers, mus par des exigences réglementaires plus strictes. Loin d'être une contrainte, la gestion des risques doit être intégrée au cœur même de la stratégie et de la culture d'entreprise afin de mieux appréhender les risques auxquels l'industrie financière s'expose.»

Une augmentation des dépenses pour la majorité des institutions financières

Les dépenses consacrées à la mise en conformité et la gestion des risques sont en hausse pour 65% des institutions financières interrogées (55% en 2010). L'affection de ces dépenses diffère cependant selon la taille : les établissements d'importance systémique se concentrent d'avantage sur la gouvernance et le reporting des risques, le niveau de fonds propres et le ratio de liquidités, tandis que les établissements dont les actifs sont inférieurs à 10 milliards de dollars se préoccupent de la mise en conformité face aux réglementations qui leur sont désormais applicables.

La majorité des établissements interrogés (58 %) prévoient d'augmenter leur budget de gestion des risques dans les trois années à venir, et 17 % d'entre eux anticipent des hausses annuelles d'au moins 25 %. Nous notons par ailleurs que 39 % des établissements d'importance systémique ont déclaré que leur département de gestion des risques comptait plus de 250 collaborateurs dédiés.

Marc Van Caeneghem, Associé Industrie Financière responsable Risk Services chez Deloitte France précise, « Compte tenu de l'agenda réglementaire à venir, les institutions financières doivent aujourd'hui être en mesure de planifier l'implémentation des prochaines réglementations en améliorant notamment la gouvernance des risques, la qualité des données ainsi que les techniques d'analyse des données risques et performance. Les établissements qui y parviendront seront plus à même d'être en ligne avec leurs objectifs.»

La gestion des risques s'impose à l'ordre du jour des conseils d'administration

Au-delà de l'augmentation des budgets alloués, la gestion des risques arrive en tête des préoccupations des conseils d'administration. Selon les résultats de l'enquête, 94 % des conseils d'administration accordent désormais plus de temps à la supervision de la gestion des risques qu'il y a cinq ans, et 80 % des directeurs des risques rendent compte directement au conseil d'administration ou au CEO.

Selon Marc Van Caeneghem, « Les établissements financiers sont de plus en plus confiants dans leurs capacités de gestion des risques, mais ils sont également conscients de la marge d'amélioration et des progrès qu'il reste à faire en la matière. Les risques non financiers et notamment le risque opérationnel ainsi que son impact sur la réputation représentent aujourd'hui le principal défi pour les institutions financières. Ainsi, seuls 45% des établissements interrogés se trouvent efficaces dans l'évaluation du risque opérationnel, en baisse par rapport à 2010.»

Méthodologie
L'étude mondiale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, réalisée entre septembre et décembre 2012, évalue les programmes de gestion des risques, les améliorations prévues, ainsi que les défis persistants auxquels sont confrontés les établissements financiers. La huitième édition repose sur le témoignage des directeurs des risques - ou leurs équivalents- de 86 établissements financiers (notamment banques, assurance et sociétés de gestion) dont les actifs cumulés s'élèvent à 18 000 milliards de dollars.

Deloitte

Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Newsletter quotidienne gratuite


Le marché des cryptos





Finyear - Daily News