Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



La direction doit diriger


Dans les années soixante-dix s’était constitué un conglomérat américain gigantesque autour d’ITT, sous la houlette d’un leader charismatique appelé Harold Geneen.



Alain Goetzmann
Alain Goetzmann
Contrôleur de gestion de formation, il dirigeait son groupe d’une main de fer, exclusivement par les chiffres, et organisait de grandes réunions intercontinentales de reporting, caricaturées plus tard dans un film d’Henri Verneuil : Mille milliards de Dollars.

Mais Harold Geneen fut néanmoins un vrai leader, décentralisateur, théoricien et praticien de la délégation et de la confiance. L’une de ses maximes favorites était : la direction doit diriger.

Cela semble une évidence et pourtant, aujourd’hui, le foisonnement des théories sur la façon de gérer et d’animer ses salariés fait souvent oublier à l’entrepreneur qu’il n’est pas simplement l’un des rouages de la mécanique entrepreneuriale mais qu’il en est le concepteur et le créateur.

Travaillant dur, exigeant avec lui-même, se refusant beaucoup des plaisirs de l’existence pendant la phase de montée en puissance, il a aussi, très souvent, sacrifié des pans entiers de sa vie familiale pour y arriver.

Aussi, lorsqu’il commence à embaucher, doit-il se méfier des exemples mis en avant par les directions des ressources humaines des grands groupes et souvent présentés comme les vérités incontournables d’une bonne gestion du personnel aujourd’hui.

Un entrepreneur doit avoir, d’abord, le souci de la satisfaction de ses clients. Ce sont eux qui permettent à l’entreprise de se développer et leur satisfaction assure sa pérennité. Tous ceux qui feront équipe avec l’entrepreneur doivent adhérer à ce souci et s’assurer du maintien de leur job, non par sa bienveillance, mais par la croissance des résultats.

C’est en ce sens qu’il faut interpréter la maxime : la direction doit diriger. L’entrepreneur montrera toujours le cap, décidera des options à prendre, donnera la direction, dirigera la manœuvre. Cela n’empêche ni le respect dû à toute personne, ni la confiance, ni la délégation. Mais, en dernier ressort, l’entrepreneur, qui est aussi souvent un actionnaire majeur, doit assumer la conduite du développement, ne serait-ce que parce qu’en cas d’échec, il est celui qui sera déclaré responsable et qui perdra le plus.

 

Direction financière et stratégique
Levée de fonds, introduction en bourse, fusion-acquisition
Agrément CIF N° F000131 - Listing Sponsor sur Alternext
88 bis, avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine

Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Mercredi 11 Décembre 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles