Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



La déclaration conservatoire d’une indemnité de résiliation permet d’éviter la forclusion


Le créancier qui déclare une indemnité de résiliation à titre conservatoire peut-il éviter la forclusion ? C’est à cette question que la chambre commerciale de la Cour de cassation a répondu par l’affirmative dans un arrêt du 5 novembre dernier.



Philippe Touzet
Philippe Touzet
La déclaration conservatoire d’une indemnité de résiliation permet d’éviter la forclusion
Dans le cadre d’une convention de crédit-bail immobilier, une banque avait financé la construction d’un immeuble. Le promoteur faisant l’objet d’une procédure collective, la banque avait déclaré ses créances échues à la procédure.

Cette déclaration de créance initiale était complétée par l'affirmation selon laquelle :
«en cas de résiliation du contrat de crédit-bail immobilier pendant la durée du contrat, l'indemnité de résiliation alors exigible […] pour un montant équivalent à 35 % du montant des loyers TTC restant dus au jour de la résiliation majoré le cas échéant de la valeur résiduelle ».

Le contrat ayant été finalement résilié, la banque procédait à une seconde déclaration, définitive, incluant cette indemnité de résiliation, mais elle ne le faisait pas dans le délai d’un mois prévu l’article R. 622-21, alinéa 2 du Code de commerce.

L’administrateur judiciaire lui opposa alors la forclusion, au motif que : « la déclaration, à titre conservatoire, de la créance éventuelle de résiliation effectuée dans les deux mois de la publication du jugement d'ouverture n'exonère pas le créancier de déclarer sa créance au titre de l'indemnité de résiliation dans le délai [d'un mois à compter de la notification par l'administrateur de la résiliation] ».

La banque fit alors valoir que sa déclaration initiale contenait les éléments permettant d’évaluer le montant de l’indemnité à laquelle elle aurait droit en cas de résiliation, et qu’on ne pouvait lui opposer la forclusion.

Confirmant la décision du juge commissaire, la Cour de cassation valide la déclaration à titre conservatoire :

« N’est pas forclos le cocontractant … qui a déclaré une créance d’indemnité de résiliation du contrat, fût-elle éventuelle, avant [la résiliation du contrat continué par l’administrateur] »
Cette décision vient rappeler que les déclarations de créances, mêmes conservatoires, ne sont pas des actes anodins.



Philippe Touzet
Avocat à la Cour d'appel de Paris
Cabinet Touzet Bocquet & Associés
Société d’avocats – 7, Avenue de la Grande Armée 75116 Paris
www.touzet-bocquet.com



Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur


Mercredi 19 Février 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News