Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



La crise politique en direct


La crise que nous vivons depuis Aout 2007 est devenue totalement politique. Elle est vécue en direct, avec les « coups de bluff », les injonctions européennes à ses membres, et les déclarations communes.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
L’Europe est au centre des évènements, mais nul ne songe à l’accuser, car tous sont concernés, de près ou de loin, directement ou indirectement. L’arène est devenue totalement mondiale, et le G20 qui se tient en ce moment même, finalement, trouve sa justification dans la réponse à la crise politique. Les évènements de cette semaine confirment, si besoin en était, que les évènements politiques sont au cœur du comportement des actifs financiers. C’est en partie pour cela que leur interprétation est si difficile. Nous proposons néanmoins les commentaires suivants :

1/ Clairement, nous ne sommes plus dans le déni : c’est face au mur, dans la crise, que les décisions se prennent. Les injonctions européennes à la Grèce mais aussi à l’Italie sont claires et précises. Elles montrent que l’Europe en tant que telle, en tant qu’être moral, existe enfin, et exige de ses membres le respect de certaines règles. Ce n’est pas la France ou l’Allemagne qui demande des efforts, c’est l’Europe… Nous sommes convaincus que les règles de gouvernance nouvellement édictées dans la crise de 2010-2011 donnent une base économique et financière plus saine et durable.

2/ Le referendum grec, tel qu’annoncé lundi soir par M. Papandreou, est manifestement plus un geste politique à usage national qu’européen : la perspective de laisser le peuple décider « sur un coup de dé » de l’avenir de la Grèce (et non de l’€) a catalysé une réaction des politiques grecs. Il est tellement évident que la Grèce a tout à perdre en quittant l’€ et l’Europe, qu’il est inutile de prendre le risque de laisser cette décision au vote populaire. Les politiques grecs de tous bords l’ont bien compris, et peut être, ce soir, M. PAPANDREOU dirigera un gouvernement d’union nationale, obtiendra une confiance élargie, et ainsi renoncera au projet de référendum. Il pourra ainsi continuer à appliquer le plan d’assainissement de la Grèce, qui est si couteux socialement avec un soutien politique large. Il pourra ainsi assumer complètement et plus sereinement les conséquences de la poursuite de la récession.

3/ La quadrature du cercle est un vieux problème bien connu. Aujourd’hui, en matière économique, il s’agit de réduire rapidement les déficits publics sans sacrifier la croissance. C’est impossible, on le sait bien : la hausse de la fiscalité et la baisse des dépenses publiques se traduit par un affaiblissement conjoncturel, toutes choses égales par ailleurs. Il faut donc, en parallèle des efforts de la sphère publique pour réduire son déficit, investir dans la sphère privée pour compenser l’effet négatif de la baisse d’activité publique. Il nous semble que la notion de « grand emprunt », souscrit directement par les particuliers, va dans le bon sens. Il peut contribuer à une mobilisation des individus, qui consacreraient une partie de leur épargne à ces grands emprunts affectés à la réalisation d’actifs réellement productifs de croissance.

4/ L’accompagnement efficace de la BCE est remarquable depuis le début, et hier la baisse des taux annoncée par le nouveau Président est naturellement une bonne nouvelle, au moins pour la psychologie des acteurs de l’économie. On sait que la BCE restera accommodante, même si la monétisation à outrance n’est pas à l’ordre du jour.

Au total, le G20 de Cannes ne sera pas forcément l’échec cuisant qu’on pouvait lui promettre au soir du lundi 31 octobre. Il montre la réalité de la crise, dont les politiques ont pris toute la mesure, et qu’ils tentent de gérer. Finalement, en Europe comme au sein du G20, la gouvernance supra nationale se met en place…


Investisseurs : Nous surpondérons sous 3100 points, ce que nous avons pu faire mardi. Nous sommes neutres entre 3100 et 3700 points (CAC 40)

Spéculateurs : à court terme, les risques de rechute sont très élevés

Tendances sur les taux et les devises : Les taux des obligations italiennes et espagnoles restent très tendus ; l’€ a baissé sans s’effondrer…

Tendances récentes sur les matières premières : Le pétrole reste ferme, les matières premières ont plutôt baissé cette semaine

Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Lundi 7 Novembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News