Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



La crise est finie : toujours la même mauvaise farce


Depuis environ quatre ans, c'est régulièrement la même ritournelle, on nous annonce avec force que la crise est dernière nous. Au printemps 2008, ce fut par exemple le cas d'un hebdomadaire économique français qui consacra sa couverture à cette « heureuse » conjecture.



Marc Touati
Marc Touati
Cette dernière était d'ailleurs réalisée par un économiste national bien connu pour ses erreurs de prévisions récurrentes. Mais peu importe, il fallait vendre du papier pour les uns, se faire remarquer pour l'autre et, bien entendu, ce fut exactement l'inverse qui se produisit. A l'inverse, un peu plus d'un an plus tard, ces mêmes virtuoses de la prévision annonçaient que le monde allait s'écrouler et qu'il allait traverser une tempête encore plus grave que celle de 1929. Manque de pot, ce fut encore le contraire qui se réalisa, puisqu'en 2010, la croissance redémarra et atteignit même 5 % à l'échelle de la planète.

Nous n'aurions pas rappelé ces cuisantes farces, si, il y a quelques semaines, le même journal, s'appuyant sur le même économiste, n'avait pas réalisé une couverture tout aussi catégorique, en soutenant que la zone euro était sauvée et que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Autrement dit, tous aux abris ! Mais ne blâmons pas trop ces « pauvres diables », car, ne l'oublions pas, si on a créé les économistes, c'est notamment pour que les météorologues ne soient pas les seuls à se tromper. Quant au rédacteur en chef de ce magazine, il ne fait finalement que se référer aux prévisions de son économiste préféré. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas…

En revanche, ce qui est plus gênant c'est lorsque les dirigeants politiques se livrent aux mêmes excès. Ainsi, que ce soit en 2008, en 2010 ou en 2011, Madame Christine Lagarde, alors Ministre de l'Economie et au demeurant compétente et sympathique, a régulièrement annoncé, elle aussi, que le plus dur était derrière nous, que la crise était presque terminée, que l'économie française allait rapidement redémarrer... Il est d'ailleurs assez instructif de noter que, depuis sa nomination à la tête du FMI, son discours a radicalement changé et qu'elle n'a eu de cesse de mettre en exergue les erreurs de gouvernance économique de la France et de la zone euro. Va comprendre Charles…

Entre-temps, la campagne présidentielle française a déroulé son lot de mensonges et de faux-semblants, les deux principaux candidats au « poste suprême » se bordant à dire que la crise était en voie de résorption. Pour Nicolas Sarkozy, cette stratégie visait à nier son bilan en demi-teinte et pour François Hollande, cela lui permettait de ne pas entrer dans le fond de son programme économique et par là même de faire des promesses intenables. Dans ce cadre, alors que la France s'apprêtait à entrer dans un quinquennat déterminant en matière économique, les véritables enjeux économiques ont quasiment été ignorés pendant toute la campagne.

Face à une telle intoxication, de nombreux économistes et journalistes se bornaient à relayer la pensée unique selon laquelle la crise eurolandaise était terminée. M'invitant pour parler de mon dernier livre « Quand la zone euro explosera… », l'un d'entre eux me lança même : « Ben alors Marc, votre livre tombe vraiment mal, ça y est la zone euro est sauvée… ». Nous étions en mars et force a été de constater qu'il n'en a rien été.

Seulement voilà, les mauvaises blagues ont la vie longue. Ainsi, alors que la récession fait rage dans la zone euro, que de nombreux pays membres font face à une crise sociale sans précédent, le Président français n'hésite plus à crier sur tous les toits que la crise de la zone euro est presque terminée. Nous savions que François Hollande avait de l'humour, mais, à ce point, il faut reconnaître qu'il fait très fort.

Certes, il faut aussi souligner que, grâce à l'intelligence de Mario Draghi, la BCE a déjà sauvé à deux reprises la zone euro. Une première fois en décembre dernier, lors de l'ouverture d'un guichet de financement des banques pour trois ans en quantité presque illimitée. Une seconde fois, il y a moins de deux mois, lorsqu'elle a annoncé qu'elle achèterait des bons Trésor des Etats eurolandais en difficulté, et là aussi dans une proportion illimitée. Si ce double « open bar » a évidemment du bon, il ne revient finalement qu'à gagner du temps.

En effet, il ne vient qu'apaiser le fardeau de la dette. En revanche, il ne résout en rien le problème de fond, en l'occurrence la récession. Pis, « grâce » à ce sauvetage, l'euro est reparti à la hausse. Or, avec un euro à plus de 1,30 dollar, la croissance n'a aucune chance de revenir. Dès lors, le chômage continuera d'augmenter, les déficits publics de progresser et la dette de flamber.

Pis, pour essayer de rassurer nos amis Allemands, mais aussi le FMI et les investisseurs du monde entier, les Etats eurolandais ont décidé d'augmenter leurs taux d'imposition. Et ce, en particulier en France, qui a pourtant le lourd « privilège » d'être un des pays au monde dans lequel la pression fiscale rapportée au PIB est la plus élevée. Aussi, si les impôts et taxes en tous genres croissent encore, la récession s'installera durablement, le chômage augmentera davantage, et les déficits et la dette avec.

Enfin, à l'échelle de la zone euro, il faut bien comprendre que tant que ses Etats membres n'auront pas décidé d'harmoniser leurs conditions fiscales et réglementaires, ainsi que leurs marchés du travail, tout en créant un véritable budget fédéral, l'UEM restera bancale, donc en danger.

En conclusion, n'en déplaise à notre Cher Président, il faut se rendre à l'évidence : avec un euro à plus de 1,15 dollar (et a fortiori à plus de 1,30), avec une augmentation des impôts et en l'absence d'une véritable gouvernance eurolandaise, la récession va perdurer et la crise de la zone euro va non seulement se poursuivre mais aussi empirer.

Nous comprenons tout à fait le devoir d'optimisme du chef de l'Etat et des dirigeants politiques. Mais bien mieux que de la méthode Coué et des efforts marketing, les Français ont surtout besoin de réalisme et de pragmatisme, donc de croissance et d'emplois. Alors, s'il vous plaît M. Hollande, dépêchez-vous d'enlever votre costume d'homme normal et de revêtir celui d'homme providentiel. Vous pouvez encore sauver la France, mais il ne vous reste plus que quelques mois.


Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Monday, October 22nd 2012
Rate it


New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News