Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



La caution peut être déchargée de ses obligations...


... si le créancier ne déclare pas sa créance chirographaire à la procédure collective du débiteur principal



Philippe Touzet
Philippe Touzet
Dans un arrêt du 19 février dernier, la chambre Commerciale de la Cour de cassation vient d’affirmer que la caution solidaire ne peut être actionnée lorsque le créancier principal n’a pas déclaré sa créance à la procédure collective affectant le débiteur principal, même dans le cas où cette créance est simplement chirographaire.

Contrairement aux apparences, cette solution est novatrice et marque une application extensive par la Cour de Cassation des dispositions de l’article 2314 du Code civil.

« La caution est déchargée, lorsque la subrogation aux droits, hypothèques et privilèges du créancier, ne peut plus, par le fait de ce créancier, s'opérer en faveur de la caution. »
En effet, depuis la loi « de sauvegarde des entreprises »la créance non déclarée à une procédure collective n’est plus éteinte, mais seulement inopposable à la procédure.
Donc, la créance existant toujours, l’absence de déclaration n’empêche pas la caution de bénéficier de la subrogation, mais la prive uniquement de la possibilité de participer à la procédure en cours contre le débiteur initial.

Il n’était donc pas évident que les dispositions de l’article 2314 du Code civil puissent s’appliquer à une telle situation.

C’est ainsi que la Cour d’appel de Toulouse, dans un arrêt du 5 octobre 2011, avait cru pouvoir condamner une personne physique au titre d’un cautionnement solidaire qu’elle avait souscrit.

Dans cette affaire le créancier n’avait pas déclaré la créance, simplement chirographaire, à la procédure de redressement judiciaire du débiteur initial.

La Chambre Commerciale de la Cour de cassation a rejeté ce raisonnement dans un arrêt du 19 février 2013, rendu au double visa de l’article 2314 du Code civil et de l’article L626-26 al 1 du Code de commerce :

« Attendu que pour condamner M. Y... à payer à la banque certaines sommes en ses qualités respectives de caution et d'avaliste, l'arrêt retient que l'article 2314 du code civil n'est pas applicable à l'espèce dès lors que la créance de la banque qui n'était que chirographaire ne bénéficiait d'aucune garantie ;

Attendu qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé les textes susvisés ; »

L’article L626-26 al1 du code de commerce prévoit que seuls les créanciers déclarés seront admis aux répartitions et dividendes du patrimoine du débiteur. On comprends donc que, selon la Cour, l’absence de déclaration de la créance à la procédure collective a privé la caution de la possibilité de bénéficier par subrogation du droit préférentiel accordé aux créanciers déclarés, et ainsi porté atteinte à ses droits.

Voilà le créancier, dont la créance, faute de déclaration, ne peut plus être opposée à la procédure collective de son débiteur principal, privé en outre de la garantie qu’il avait pris soin de se ménager.

Cet arrêt rappelle l’impérieuse nécessité de toujours déclarer ses créances aux procédures collectives de ses débiteurs, quelque soit le contexte de la relation.

Cass. Com. 19 février 2013 n° 11-28.423 :
www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000027103773&fastReqId=1881229226&fastPos=2


Philippe Touzet
Avocat à la Cour d'appel de Paris
Cabinet Touzet Bocquet & Associés
Société d’avocats – 7, Avenue de la Grande Armée 75116 Paris
www.touzet-bocquet.com

Jeudi 18 Avril 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News