Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



La brosse à dents de Confucius


Ne reculant devant aucune injustice, je prive arbitrairement les lecteurs de cette tribune d'un compte rendu exhaustif des propos tenus à l'occasion des 5° assises de la FNCD (1). Vous devrez donc, comme d'habitude, vous contenter d'une relation très partielle et de mes commentaires.



Rémy Mahoudeaux
Rémy Mahoudeaux
La première table ronde était animée par Daniel Corfmat, de l'ADAE (2).

Michel Bon (3) y a campé le décor de la relation dirigeant - salarié avec le talent d'un conteur, et il a énuméré les 4 bouleversements principaux qui, de son point de vue, ont bouleversé la donne du rapport entre salarié et entreprise :

(A) Nous sommes passés d'un monde agro-industriel à un monde de services ;
(B) Les emplois « à vie » des générations précédentes ont disparu, la précarité et l'instabilité est devenue la norme ;
(C) Les marchés d'avant étaient locaux, avec une concurrence de proximité « organisée » par l'état. Les marchés et la concurrence sont dorénavant planétaires ;
(D) La fréquence des ruptures technologiques tend à augmenter, et l'incertitude avec.

Il semblerait que la première victime soit le temps. Les horizons de temps se raccourcissent pour toutes les parties prenantes : l'emploi n'est pas durable, les actionnaires ne le sont que quelques micro-secondes, les technologies deviennent obsolètes sans crier gare, les clients et les débouchés commerciaux sont versatiles … le long terme n'existe plus !

Michel Bon étend la notion d'Affectio Societatis, originellement dévolue aux actionnaires / associés, aux salariés et à la société civile elle même, pour constater sa déshérence. Dans ce nouveau problème d'oeuf et de poule il pose la question : peut-on gober les œufs (d'or, ou même plaqué or) sans aimer la poule qui les a pondus ? Mon avis sur le sujet : c'est dommage que ce soit une question, cela devrait être évident d'aimer et la poule et l'oeuf.

Emmanuel Toniutti, (4) nous a parlé du stress, et affirme que les militaires le supportent mieux que les dirigeants d'entreprises privées. Je veux bien le croire, les situations de batailles sont certes intrinsèquement des crises, des chaos où les repères se perdent facilement et où la décision se prend en ne connaissant pas tous les paramètres. Mais les soldats ont pour lot quotidien de se préparer à ces crises, et y sont donc entraînés. Les dirigeants le sont-ils ?

Emmanuel Toniutti poursuit : Ce sont les valeurs qui permettent de traverser les crises. Dès lors, le travail sur soi-même, sur ses propres valeurs, devrait être essentiel pour les dirigeants. Je note la convergence avec les propos d'Emmanuel Faber dont je m'étais jadis fait l'écho (5). Il souligne enfin que la culture générale est essentielle dans une économie globalisée, pour tenter de comprendre le système de valeurs de l'autre, qui est différent, et s'y adapter. Autre réminiscence : La devise du Coldo où j'ai passé 2 ans de ma folle jeunesse (6) : « La véritable école du commandement est donc la culture générale » (7)

Il est temps de conclure : pourquoi ce titre un brin provocateur et sans doute anachronique, qu'aucun développement infra ne vient ni mettre en lumière, ni expliciter ? Je cite abondement depuis bien 25 ans, quitte à lasser, la pensée attribuée Confucius : « L'expérience est une lanterne fixée dans le dos et qui n'éclaire, hélas, que le chemin déjà parcouru ». Mais Michel Bon nous indiquait que « l'expérience, c'est comme une brosse à dent : on ne se sert pas de celle du voisin ». Alors si je ne peux me servir ni de mon expérience, ni de celle des tiers dont j'ai connaissance, peut-être convient-il d'admettre coram populo que l'expérience ne sert à rien ? Je ne serai pas si extrémiste, je recommande juste une bonne dose de méfiance envers l'expérience.

(1) FNCD : Fédération Nationale des Cadres Dirigeants – présidée par Jean-Louis Chambon - www.fncd.fr/
(2) ADAE : Association des Dirigeants et Administrateurs d'Entreprise – présidée par Daniel Corfmat - www.adae.asso.fr/
(3) Est-il besoin de le présenter ? fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Bon
(4) Président de l'IECG. Auteur de « L'urgence éthique », IECG Éditions, 2010 - www.iecg.eu.com/index.php/site/Emmanuel-Toniutti-President
(5) www.finyear.com/Se-rencontrer-au-bout-de-chemins-de-traverses_a21568.html
(6) Collège Militaire de Saint-Cyr, devenu Lycée
(7) Charles de Gaulle, Vers l'Armée de Métier, Berger-Levrault, 1934

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx
boss <at> remsyx <dot> com
twitter : @remseeks
 
 

Vendredi 30 Novembre 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News