Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



La France s'enfonce dans la récession et la crise sociale


Ca y est, c'est officiel : après plus d'un an de mensonges et de faux-semblants, la France est techniquement et incontestablement retombée en récession. En effet, elle a bien subi deux trimestres consécutifs de baisse de son PIB, définition officielle de la récession. Ainsi, après avoir déjà reculé de 0,2 % au quatrième trimestre 2012, le PIB français a encore chuté d'autant au premier trimestre 2013.



Marc Touati
Marc Touati
En fait, pour être vraiment exact, cette succession de deux trimestres de repli du PIB a déjà été observée au cours des premier et deuxième trimestres 2012 (chiffres INSEE). Néanmoins, pour ne pas affoler la population, les pouvoirs publics ont préféré masquer cette réalité, espérant que la croissance reviendrait comme par magie. Devant l'aggravation de la récession et le ressenti concret de la très grande majorité des Français, cette dissimulation est devenue impossible. Toujours est-il que même si l'on continue à faire croire que la récession vient de recommencer, il faut bien savoir qu'en réalité, cette dernière s'est installée depuis le premier trimestre 2012. Cela fait donc un an que la France est retournée dans la récession, seulement trois ans après l'avoir quittée.

Un tel « W » est tout simplement historique pour l'économie française. Pis, il faut noter que le niveau actuel du PIB hexagonal est encore inférieur de 0,8 % à celui qui prévalait avant la crise, c'est-à-dire au premier trimestre 2008. Pour être précis, le niveau actuel de notre PIB correspond à celui du deuxième trimestre 2007. Autrement dit, depuis le printemps 2007, l'économie française fait du surplace. Six ans de stagnation ! Du jamais vu !

Et ce n'est malheureusement pas tout. En effet, les deux moteurs principaux de l'économie hexagonale sont en pleine déconfiture. Ainsi, en dépit de la baisse des prix des matières premières et des « soldes » à répétition, la consommation des ménages a encore baissé de 0,1 % au premier trimestre 2013. Depuis son dernier point haut du premier trimestre 2011, elle plonge de 1,3 %. Là aussi, une baisse historique. A titre de comparaison, elle n'avait baissé « que » de 0,6 % lors de la récession de 2008-2009. Pis, avec l'augmentation de la pression fiscale et l'aggravation du chômage, la consommation va encore souffrir au cours des prochains trimestres. Le déblocage de la participation de juillet permettra seulement de limiter les dégâts mais sera incapable d'inverser la tendance.

Et ce, d'autant que le deuxième moteur de notre économie, en l'occurrence l'investissement des entreprises, continue sa « descente aux enfers ». Ainsi, au premier trimestre 2013, celui-ci a chuté de 0,8 %, enregistrant son cinquième trimestre consécutif de baisse. Depuis le premier trimestre 2008, c'est-à-dire depuis le début de la crise, il s'est même effondré de 11,6 %. Une vraie bérézina. En fait, le niveau actuel de l'investissement des entreprises atteint un plus bas depuis le troisième trimestre 2006. Un retour en arrière de presque sept ans !

A l'instar de l'évolution prévisible de la consommation, il est clair que l'aggravation de la pression fiscale qui pèse sur les entreprises ainsi que l'instabilité économique et financière environnantes ne vont pas manquer de limiter encore l'investissement. Or, si ce dernier reste en berne, l'emploi continuera de reculer et le chômage d'augmenter.

D'ailleurs, reflétant la récession dramatique qui est en train de s'installer dans l'Hexagone, l'emploi a enregistré son quatrième trimestre consécutif de baisse, soit un total de 133 800 destructions d'emplois nettes dans le secteur marchand. Depuis son dernier point haut du premier trimestre 2008, l'emploi marchand recule de 3 %, soit 494 000 personnes. Un véritable drame humain. Le niveau actuel de l'emploi équivaut à celui qui prévalait au quatrième trimestre 2005. Autrement dit, bien plus grave que la récession, la France est entrée dans une crise sociale historique qui se rapproche dangereusement d'une situation de dépression.

Bien entendu, nous aimerions écrire que le plus dur est passé et que le fond ayant été atteint, l'économie française va désormais rebondir durablement. Malheureusement, il n'en est rien. En fait, le pire, c'est maintenant ! En effet, avec l'aggravation de la récession, l'augmentation de la pression fiscale, le maintien d'un euro trop fort, les destructions d'emplois vont se poursuivre et la situation sociale va empirer.

Pour sortir de ce marasme, il faut donc que nos dirigeants cessent de se contenter de faire du marketing et de prendre des mesurettes de colmatage de brèches tel que le déblocage de la participation. Si nous voulons sauver la France, il n'y a plus que trois solutions : baisser la pression fiscale pour tous (entreprises et ménages), améliorer le fonctionnement de la dépense publique, notamment en réduisant les dépenses de fonctionnement et, enfin, réussir à se mettre d'accord avec nos partenaires eurolandais pour favoriser un euro moins fort.

Soyons encore plus clairs : tant que les impôts ne baisseront pas, que le gaspillage des dépenses publiques continuera et que l'euro ne sera pas à 1,15 dollar, la récession, la dépression et la crise sociale s'aggraveront dans l'Hexagone. Les émeutes dites du PSG de lundi dernier deviendront alors le quotidien de la population française. Est-ce vraiment cela que souhaite M. Hollande ? Espérons que non, mais il faut reconnaître qu'à la suite de sa deuxième grande conférence de presse, au cours de laquelle il s'est encore contenté de faire du marketing, il y a vraiment de quoi s'inquiéter…



Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Tuesday, May 21st 2013
Rate it


DISCUSS / DISCUTER

1.Posted by Hervé Folliard on 05/21/2013 4:38 PM | Alert
Use the form below to send an alert to the webmaster about this comment :
Cancel

Le fameux double dip redouté aux Etats-Unis est finalement sur nos terres européennes et de Navarre même ! Pour rebondir sur la fin de votre article, comment ne pas s'inquiéter quand il y a un an, le gouvernement tablait originellement sur une croissance du PIB en 2013 de 1.7% pour ensuite revoir successivement sa copie à 0.8 puis finalement 0.1% ?! Comment croire à une inversion de la courbe du chômage quand on sait qu'il faut au moins 0.8% de création de richesse dans le pays pour que cette prévision ne reste pas à l'état de fantasme ?! La situation est grave... et désespérante !

New comment:
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News