Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



L'inquiétante fragilité de la dette publique française


Un nouveau seuil symbolique vient d'être franchi : plus de 70 % de la dette de l'Etat (70,6 exactement) est détenue par des « non-résidents », c'est-à-dire des investisseurs étrangers.



Philippe Herlin
Philippe Herlin
Rappelons que la dette de l'Etat s'élève à 1249,6 milliards d'euros et qu'elle constitue la plus grande partie de la dette publique (1591,5 milliards au 30 juin selon l'Insee), qui réunit également celle de la sécurité sociale et des collectivités locales.

Voici un produit français qui s'exporte très bien ! Un tel succès prouve la confiance des marchés internationaux envers la signature de la France, fort bien, mais il traduit aussi une fragilité inquiétante. En cas de perte de notre fameux « AAA », la meilleure note possible que nous accordent les agences de notation, le mouvement de défiance qui s'en suivrait rendrait vite problématique le financement de l'Etat, la crise de trésorerie menacerait.

Autant le gouvernement peut tenter de rassurer les souscripteurs nationaux (les grandes banques et les sociétés d'assurance), autant une banque anglaise, un fonds de pension américain, un fonds souverain du Moyen-Orient ou d'Asie n'hésitera pas à rayer la France de sa liste (d'autant que nombre d'entre eux ont l'obligation statutaire de souscrire des actifs financiers notés AAA).

Cet indicateur doit être surveillé, comme le niveau de la dette lui-même. Le Japon, par exemple, est certes bien plus endetté que la France, mais seulement 7 % de sa dette figure dans des portefeuilles internationaux, ce qui lui donne une sécurité de financement bien plus grande.

L'épargne française ne suffit plus depuis longtemps à financer l'endettement public et cette tendance s'accentue inexorablement, la part des non-résidents n'était que de 25 % en 1996, elle franchit la barre des 50 % en 2005, pour atteindre donc 70 % aujourd'hui.

Problème supplémentaire, l'Agence France Trésor, qui gère la dette de l'Etat, refuse de rendre public le détail par pays de ces 70 %, une cachotterie qui n'est pas faite pour rassurer. Cette fragilité constitue, s'il en était besoin, une raison supplémentaire de lutter contre l'accroissement de la dette publique.

Sources :

70,6 % de la dette de l'Etat détenue par les non-résidents (cf 2e tableau) dans le bulletin de septembre de l'Agence France Trésor, qui vient de sortir :

http://www.aft.gouv.fr/IMG/pdf/244_BULLETIN_MENSUEL__septembre_2010_.pdf

Chiffre dette de l'Etat/dette publique, au 30 juin :

http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40&date=20100930

Philippe Herlin
Chercheur en finance

www.philippeherlin.com
© La dette de la France .fr

Mercredi 6 Octobre 2010
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Pierre GONZVA le 07/10/2010 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et si l'on veut affiner encore ces chiffres, qui montrent l'ampleur du problème, faisons une comparaison avec la situation à fin 2008 et à fin 2009 (même source : bulletin mensuel de l'AFT)
Au 31-12-2008, la dette de l'Etat est de 1017 milliards d'euros, détenue à 65,1% par les non-résidents, soit 662 milliards à l'étranger, et 355 milliards en France.
Au 31-12-2009, la dette de l'Etat est de 1148 milliards d'euros, détenue à 67,9% par les non-résidents, soit 779,5 milliards à l'étranger, et 368,5 milliards pour les investisseurs domestiques.
Au 31-08-2010, la dette de l'Etat est de 1218 milliards d'euros, détenue à 70,6% par les non-résidents (répartition au 30-06-2010, hypothèse que le chiffre n'a pas bougé en juin et août), soit 860 milliards pour les investisseurs étrangers, et 358 milliards pour les français.
Conclusion : depuis fin 2008, la dette de l'Etat a augmenté de 200 milliards d'euros, souscrits quasiment exclusivement par des investisseurs étrangers ! La signature française est appréciée à l'étranger, pour le moment... Pourvu que ça dure !
Comme le dit fort justement Philippe HERLIN, c'est fragile.


Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News