Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



L'inéluctable conflit des échéances


J'étais ce matin 25 novembre au petit déjeuner organisé par l'ADAE (1) autour de la pertinence de s'adresser au Capital-Risque, où intervenaient Denis Vincent et Marc Chambault, membres éminents de cette association.



Rémy Mahoudeaux
Rémy Mahoudeaux
Pas plus que d'habitude, je n'ai envie de faire un compte rendu qui ne serait ni exhaustif ni assez précis pour être fidèle. Sachez simplement que Denis Vincent a brossé une présentation complète du capital risque, de sa conjoncture propre avec beaucoup d'éléments quantitatifs : aujourd'hui, le monde du Capital Risque dispose de fonds à investir. Marc Chambault a pris le relais sur les aspects liés à la gouvernance et a présenté les facteurs de risques les plus importants / évidents et les 9 recommandations du groupe de travail de l'ADAE ayant planché sur cette question. La conclusion pourrait être qu'en présence de sommes disponibles dans ces fonds, autant se préparer à les obtenir de façon professionnelle auprès d'eux et de gérer les contraintes induites, mais pour les détails je vous renvoie au fascicule indiqué en note de bas de page (2).

C'est sur l'une des discussions que je souhaite rebondir. Au moment de l'investissement, l'entreprise et l'investisseur ont la même limite, le même horizon de temps : celui où il serait fallacieux de prétendre prévoir beaucoup de choses, parce que trop d'incertitudes influent pendant trop longtemps sur le business plan le mieux préparé et sur la vision la plus clairvoyante. Mais nous avons tous convenu autour de la table qu'à l'approche de l'échéance de sortie des capitaux risqués, les horizons ne sont plus les mêmes. Si l'entreprise, sa direction, ses actionnaires historiques, familiaux, fondateurs ou industriels travaillent (parfois) (3) afin d'assurer cette chimère qu'est la pérennité, l'investisseur sera moins sensible à ce discours et il tentera d'orienter les arbitrages vers les actions qui ont l'impact le plus positif possible sur sa valorisation de sortie. L'antagonisme des échéances et des intérêts des parties fait basculer du côté obscur du conflit d'intérêt l'un des dirigeant, celui qui représente le fonds et qui souhaite privilégier son TRI / ROI.

Une petite réflexion incidente : en droit des sociétés, le vocabulaire consacré désigne comme des « droits sociaux » la contrepartie de l'investissement dans l'entreprise. Peut-être que cette dénomination est foncièrement nuisible, puisqu'elle néglige et occulte les devoirs de l'investisseur vis-à-vis de l'entreprise : respecter le contrat de société d'abord, les pactes et le principe schizophrénique qui veut qu'un dirigeant fasse éventuellement abstraction de ses intérêts d'investisseurs lorsqu'il participe à la décision de l'entreprise. L'apport de l'administrateur indépendant peut ici devenir essentiel. Mais peut-être faudrait-il lancer l'idée d'une nouvelle dénomination, plus précise, de droits & devoirs sociaux ?

Sinon la convivialité est toujours inscrite à l'ordre du jour des réunions de l'ADAE, nonobstant le sérieux des interventions et des discussions qui s'y tiennent.


(1) Petit rappel de présentation de l'ADAE que préside Daniel Corfmat : l'objectif de cette association est de promouvoir la gouvernance au sein des PME depuis 1996 (date de sa création) avec 4 axes d'actions principaux :
Informer les parties prenantes ;
Former ses membres (1ère formation d’administrateur qualifiés indépendants en entreprise en France AQI®);
Réfléchir sur la doctrine et établir/proposer des « softlaws » ;
Diffuser ses travaux.
Plus d'info ? http://www.adae.asso.fr
(2) La restitution de ces travaux a donné lieu à l'édition d'un fascicule dans la Collection de l’ADAE : « Gouvernance et Investisseur en Capital » (Editions L’Harmattan, Septembre 2013) http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44320&razSqlClone=1
(3) Ce serait brosser un tableau trop idyllique que d'oublier (par exemple) la pression des « quarterly earnings » pour les entreprises cotées, par exemple.

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx
boss <at> remsyx <dot> com
twitter : @remseeks
 
 

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 28 Novembre 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News