Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Kurt & Salmon | Moments critiques pour le sommet


Ce matin, le sol est plus que jamais glissant à Copenhague. Ce n’est pas uniquement l’effet de la neige. Un vent de changement drastique a soufflé hier sur le sommet, alors que la Chine annonce pour la première fois l’éventualité d’un échec.



Kurt & Salmon | Moments critiques pour le sommet
Premier changement, Lars Løkke Rasmussen remplace Connie Hedegaard par à la présidence de la conférence. Les négociateurs indiquent leur impatience de voir des avancées notables dans les 24 heures à venir. Espérons que l’arrivée des délégations de Chefs d’Etat aujourd’hui et demain va débloquer la situation. Aucune réponse politique encore à trois questions essentielles pour converger : qui réduit, de combien et à quelle échelle de temps ? Quels mécanismes pour gérer équitablement l’effort ? Comment rallier dans un seul texte convergeant les obligés de Kyoto et ceux qui ne l’ont ratifié ? D’ici à vendredi, ces questions devront avoir trouvé une réponse.

Deuxième changement, l’interdiction d’accès faite à de nombreux représentants de la société civile, en dépit de leurs accréditations. C’est une rupture dans l’histoire des Conférences des Parties, elle laissera vraisemblablement des traces. Des organisations comme les Amis de la Terre et le WWF, qui ont montré implication et capacité à faire changer les choses, se voient quasi mises hors la conférence. Elles l’interprètent comme une volonté de limiter la pression de l’opinion publique, alors même que la conférence tarde à montrer des avancées concrètes.

En marge du sommet officiel, le « off » est riche d’événement, mais peu visible. Ce mardi, le Sommet des leaders réunissait une prestigieuse assemblée de leaders régionaux, comme Jean Charest, Arnold Schwarzenegger, Mike Rann, et Ségolène Royal. Ces messagers portaient l’appel cosigné par 150 régions du monde, qui invite à des objectifs ambitieux pour Copenhague et souligne que 50 à 80% des initiatives de lutte contre le réchauffement climatique sont prises au niveau local ou national.

De même ce mercredi, l’association des gouvernements locaux pour le développement durable (http://www.iclei.org) a fait une conférence remarquée, proposant une vision ambitieuse, unie et partagée. C’est d’autant plus intéressant que les 1 107 autorités locales représentées par l’organisation gèrent 400 millions de citoyens, et ont déjà beaucoup d’actions concrètent à partager, et de réduction des émissions, et d’adaptation. C’est loin d’être négligeable, alors que 75% des émissions de gaz à effet de serre sont effectuées dans les villes, qui malgré un faible levier d’action législatif, peuvent les contenir par des choix optimaux en termes d’urbanisme, de transport, de gestion de la qualité de l’air et de l’eau, mais également des démarches de solidarité internationale.

Impression donc très contrastée entre le « in » et le « off ». Un peu comme si les leviers de la politique internationale étaient en train de se déplacer des états vers les régions et les villes-métropoles, qui ont pour elles la proximité du terrain et les leviers d’action à petite échelle sur le territoire. Revenaient également très souvent l’intérêt de pouvoir systématiquement mesurer, comparer et analyser les résultats par rapport aux feuilles de routes, mais également l’importance d’une politique cohérente entre environnement, solidarité, éducation, santé et économie, dans un contexte où les gouvernements locaux arrivent à agir efficacement avec des marges de manœuvre pourtant faibles.

Intégrer des gouvernements locaux comme partie dans les négociations, retrouver des modes de fonctionnement efficaces avec les ONGs en démontrant l’écoute de la société civile…la journée fut riche de pistes d’amélioration pour la prochaine conférence des parties, à Mexico.

Reste néanmoins à trouver une fin honorable pour ce sommet, aujourd’hui et demain. Le temps presse, et il ne faudra pas moins de deux jours et une nuit pour parvenir à un accord signé, ambitieux, consensuel et engageant.

Nicolas Imbert, manager Développement Durable, Ineum Consulting

Jeudi 17 Décembre 2009
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News