Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Introductions en bourse : meilleur 1er trimestre depuis le boom d’Internet en 2000


Le total des IPO en Europe a atteint 16,4 milliards d’euros au premier trimestre 2015, soit le meilleur début d’année depuis 15 ans.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
- L’activité a été tirée par des opérations supérieures à 1 milliard d’euros à Madrid, à Londres, en Suisse et à Amsterdam.
- Sur la place londonienne, l’activité a été plus modérée, et sa contribution ne s’élève qu’à 28 %, contre 52 % au premier trimestre 2014.
- Selon les estimations de PwC, le niveau des fonds levés par introduction en bourse au premier semestre 2015 devrait correspondre à celui de l’année dernière au niveau européen, avec toutefois une dynamique plus soutenue en Europe continentale.

Figure 1: European IPO activity (Q1 and full year) since 2000*

L’année 2015 a commencé très fort, avec 81 IPO totalisant 16,4 milliards d’euros

Selon la dernière étude « IPO Watch » de PwC, un tel niveau n’avait pas été enregistré depuis l’époque de la bulle Internet, lorsque les fonds levés avaient dépassé 27 milliards d’euros au premier trimestre 2000. La grande majorité de l’activité s’est déroulée sur des places boursières en Europe continentale (à Madrid, à Paris et en Suisse), qui ont contribué pour plus de moitié au total des fonds levés par IPO. De même qu’au premier semestre 2014, l’activité européenne de ce début d’année a surpassé celle des États-Unis en termes de levée de fonds, en raison d’un ralentissement généralisé outre-Atlantique.

Ce regain de vigueur sur le marché des IPO intervient après un deuxième semestre 2014 relativement calme, au cours duquel n’ont été levés que 15,8 milliards d’euros. En outre, l’activité du premier trimestre 2015 connaît une progression de 44 % par rapport à l’an dernier. En effet, sur la même période en 2014, la vague d’introductions en bourse dans le secteur de la distribution, portée par de très bons résultats durant la période des fêtes, n’avait permis de lever que 11,4 milliards d’euros.

Figure 2: Quarterly European IPO activity since 2012

Le premier trimestre 2015 a été marqué par la concrétisation d’un certain nombre d’opérations de grande envergure et très médiatisées...

...telle que la privatisation de l’organisme espagnol de gestion d’aéroports Aena (3,9 milliards d’euros), qui constitue l’opération la plus importante depuis celle de Glencore en mai 2011. Les fonds levés en Europe continentale ont plus que doublé pour atteindre 11,7 milliards d’euros et, sur les cinq principales IPO réalisées ce trimestre, les bourses de cette zone en ont accueilli quatre.

L’activité londonienne a été plus modérée, avec 4,6 milliards d’euros de fonds levés, contre 5,9 milliards d’euros au premier trimestre 2014, le marché des IPO bénéficiant alors d’un regain d’optimisme et d’une amélioration des valorisations. La contribution du Royaume-Uni s’élève donc à 28 % au premier trimestre 2015, contre 52 % l’an passé.

D’après Philippe Kusisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC : « Après un second semestre plus modéré en 2014, le marché des IPO au Royaume-Uni et en Europe affiche un regain de vitalité au premier trimestre 2015. Cela s’explique notamment par les bonnes performances à l’issue des introductions en bourse, qui ont permis de réduire la volatilité, et les gestionnaires de portefeuilles qui cherchent à investir d’importantes liquidités. Les investisseurs se tournent vers les entreprises bien établies ayant déjà démontré leur capacité à offrir des rendements attractifs – ce qui permet d’entretenir, en parallèle, un débat sain sur la valorisation. »

Les mega deals ont dominé l’activité au premier trimestre, les quatre premières opérations du classement ayant permis à elles seules de lever 53 % des fonds. En outre, sur les dix principales IPO du trimestre, quatre sont le fait de sociétés qui avaient publiquement reporté leur cotation en 2014.

Selon Philippe Kubisa : « Si la chute des prix du pétrole a eu des conséquences dévastatrices sur les sociétés d’exploration et de développement, elle a également eu un impact positif sur les entreprises qui ont des coûts de production d’énergie importants, telles que les sociétés manufacturières, industrielles et logistiques, ou encore les compagnies aériennes. Wizz Air a réussi son introduction en bourse à Londres en tout début d’année car elle a bénéficié des retombées positives des réactions face à la situation actuelle en Ukraine, mais aussi parce qu’elle a pu capitaliser sur la chute drastique des prix du carburant. »

Les stratégies de sortie financées par des capitaux privés continuent de stimuler l’activité, et représentent 63 % des fonds levés

Sept des dix principales IPO européennes étaient financées par des capitaux privés et ont permis de lever 6,9 milliards d’euros. De même, au premier trimestre, cinq des dix principales IPO au Royaume-Uni étaient financées par des capitaux privés, pour un total de fonds levés de 3,1 milliards d’euros. Le vendeur de voitures d’occasion Auto Trader a réalisé la plus grande opération de ce type à ce jour au Royaume-Uni, d’une valeur de 1,9 milliard d’euros (2,2 milliards en comptant l’option de surallocation). En parallèle, certaines opérations très médiatisées, qui suivaient une approche dual track, ont abouti par exemple au rachat de Trainline par KKR en début d’année et à l’acquisition de BCA par Haversham Holdings, une entité ad hoc.

D’après Philippe Kubisa : « C’était un trimestre exceptionnel en termes de levée de fonds, notamment en Europe continentale, et nous nous attendons à ce que cette activité se poursuive au deuxième trimestre. Durant le reste de l’année, le devant de la scène devrait être occupé par les grandes scissions d’entreprise, dans un contexte de marchés de capitaux robustes et de cessions obligatoires d’actifs en raison de la crise. Cependant, les derniers mois ont montré que les investisseurs scrutaient les valorisations à la loupe et les émetteurs pourraient bien chercher d’autres moyens de lever des fonds. »

Pour aller plus loin téléchargez ci-dessous l’étude PwC – Q1 2015 ( PDF 16 pages en anglais).


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 14 Avril 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies