Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Mercredi 31 Mars 2021

Interview | Ludovic Broyer, fondateur de Iprotego


Entretien avec Ludovic Broyer, fondateur de Iprotego



Pouvez-vous présenter iProtego en quelques lignes ?

iProtego est la première agence de protection de l'identité numérique en France (protection de la réputation et de la vie privée sur internet. le volume de données, publiques ou privées concernant les personnes va grandissant chaque année. Ces données qui impactent notre réputation lorsqu'elles sont visibles, peuvent aussi fragiliser notre vie privée car elles sont bien souvent la clé de nos mots de passes, ou un moyen de découvrir de nouvelles informations.

Au final des données personnelles non maitrisées, risqueront d'impacter notre employabilité, notre vie personnelle, voire nos proches, mais aussi de favoriser les risques d'usurpation d'identité sans parler du marketing.

Nous sommes également le seul acteur Français à proposer ce type de services au plus grand nombre à travers des solutions grand publics, telles que osculteo, FamilyWebCare ou encore Deuil numérique, raison pour laquelle de grands de la banque et de l'assurance nous ont choisi pour protéger l'identité numérique de leurs clients.

Dans quel contexte avez-vous créé iProtego?

En 2005, eu lieu en France l'avènement de- ce qu'on appelait alors le web 2.0 . J'étais alors chasseur de têtes, et j'ai exploité cette ressources pendant plusieurs années comme une formidable source d'information permettant de trouver des des candidats, de vérifier leurs références, de vérifier leurs affirmations, ... J'ai alors compris à quel point il est difficile de maitriser ces informations, et j'ai pris la mesure de leur impact pour les personnes. En tant que personne, il était alors quasi impossible de faire valoir ses droits auprès des moteurs de recherches, des réseaux sociaux et d'une manière générale, auprès des éditeurs de base de données commerciales ou non.

Il fallait aux internautes, un moyen de reprendre le contrôle de leurs données personnelles, quelque pour les aider, et ce moyen, c'est iProtego !

A qui s’adresse iProtego ? Quel est le secteur le plus susceptible d’être atteint par un bad buzz numérique ?

Le bad buzz, c'est un nuage de sauterelle qui subitement s'abat sur vous, et attire l'attention de milliers d'internautes sur un sujet. Il dure quelque jours, enflamme la toile, et en particulier twitter, puis quelques jours après, le nuage de sauterelles lève le camp et va s'abattre ailleurs. Cela signifie que tout le monde peut être l'objet d'un badbuzz, même si évidemment, les personnes médiatiquement exposées, et les entreprises sont plus susceptibles d'être concernés, cela peut toucher une anonyme comme Mila, une star de téléréalité, comme des politiques ou des chefs d'entreprise.

Quelle définition donneriez-vous aujourd’hui à l’identité numérique d’une entreprise ?

Personne morale,ou personne physique, l'identité numérique de l'entreprise recouvre la réputation sur internet de l'entreprise, tant auprès des candidats, des clients, prospects, voire en bourse, mais également, toute la masse d'informations non "réputationnelles" disponibles dans le monde numérique, toutes les infos issues du deep web, comme du web. En clair, que ce soit sur visible sur Google ou non. Toutes ces infos définissent l'entreprise ou ses collaborateurs, forgent l'identité numérique de l'entreprise. Et ces infos, peuvent être cruciales. les entreprises maitrisent encore très mal cette dimension de leur identité numérique, qui représente dès un véritable danger puisque ces informations sont à la base de toute tentative d'arnaque, de physing, ou de hacking.

Pourquoi les entreprises doivent-elles prendre soin de leur e-réputation ?

Parce que les internautes ne prennent jamais la peine de tout lire, parce que la réputation est une "impression", qui n'a rien d'objectif. c'est un ressenti, face à un pool d'informations et de mots clés, selon leur visibilité sur une thématique de recherche. Parce que surtout et enfin, Google, est devenu un moteur de réponse, bien plus qu'un moteur de recherche. L'objectif étant de deviner l'intention de recherche de l'internaute, pour le satisfaire au mieux et le garder dans l'écosystème Google, là où il consomme de la Pub, et donc rapporte de l'argent à travers les impressions (affichages de résultats) qu'il génère. L'impact des Google Suggest est de plus en plus fort sur la réputation d'une entreprise, hors ces Suggests attisent la curiosité des internautes, en particulier lorsque les mots sont interpellants...

Si je ne maitrise pas mon eréputation, alors je le subis et quand il y a eu un problème, les documents "a problème" bénéficieront de plus de visibilité, plus longtemps, tout simplement car ils auront bénéficié de plus de trafic.

Le droit à l'oubli n'existe pas dans les algos de recherche des moteurs !

iProtego a 12 ans, quel regard portez-vous sur l’évolution et l’impact du numérique dans le monde professionnel ?

La croissance et la maîtrise des usages grandit de manière exponentielle, à l'instar de la masse d'informations directement accessible. La prégnance des services en ligne et du web est devenue colossale, renforcée encore par la crise sanitaire qui a imposé un développement de masse des outils en ligne. C'est un outil formidable pour vendre, pour développer son business à l'étranger, prospecter des cibles parfaitement identifiées, mais non maîtrisé, un développement numérique peut aussi être ravageur.

Maitriser la visibilité dans Google devient chaque année plus complexes, et requiert une profonde connaissance du moteur et de l’historique de ses évolutions. Avec le développement toujours plus important de l'IA dans la recherche, cette tendance est installée et cette complexité ira croissante.

Depuis le début de la crise sanitaire, le nombre d'attaques informatiques a fortement augmenté (phishing, rançongiciel, etc…). Comment expliquez-vous cette hausse ?Qu’est ce que les entreprises peuvent faire pour éviter une cyberattaque ?

Si les entreprises ont bien compris l'intérêt d'avoir une bonne réputation, en revanche, elles n'ont pas encore intégré toute la dimension d'une politique de sécurité d'entreprise pour protéger les informations de l'entreprise. Il est bien trop facile, avec le recoupement des services et outils en ligne de trouver des informations personnelles concernant des salariés d'une entreprise...

D'autre part le développement plutôt anarchique disons le du télétravail, augmente encore la zone de risque. Un salarié qui télétravaille, se connecte de chez lui, c'est à dire à partir d'une environnement peu ou mal sécurisé, parfois fragilisé encore davantage par les membres du foyers qui ont un usage non professionnel du point de connexion ou du matériel informatique....

100 salariés en télétravail, c'est 100 points de connexion à l'entreprise souvent mal maitrisés !

En outre, il est notoire que la gestion des mots de passe étant complexe, de nombreuses personnes n'utilisent pas des mots de passe suffisamment fort. Le domicile procure un faux sentiment de sécurité.




Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS