Corporate Finance News / Quotidien
              


Mardi 6 Mai 2014

Infographie : les actifs tangibles (Extend AM)


Extend AM bouscule tangiblement le marché de la gestion d’actifs.



Agréée par l’AMF le 2 janvier 2013, Extend AM bouscule le marché de la gestion en adoptant un positionnement 100% dédié aux actifs tangibles. Pourquoi ce choix ? Car tous les actifs ne se valent pas ! Un actif tangible est, par définition, un bien concret appréhendable réconciliant les notions de « sécurité » et de « rendement » grâce à une valeur intrinsèque demeurant forte quelque soit les mouvements du marché ou son exploitation.

Opérant pour le compte de clients privés et institutionnels à travers des fonds (FCPR, FCPI ou FIP) et mandats de gestion, Extend AM est parvenu, en seulement un an, à surprendre le marché en se plaçant en 3ème position du classement Private Equity Magazine des sociétés de gestion ayant le plus investi en capital développement en 2013, ou en lançant plus récemment les produits comme les FIP Capital France ou Patrimoine & Hôtels n°4.

Convaincu de la nécessité d’une approche éthique de la finance, ce nouvel acteur indépendant du capital investissement et du capital développement, souhaite mettre l’alternative de l’actif tangible à la portée du plus grand nombre d’investisseurs. Extend AM a déjà investi les secteurs de l’hôtellerie, de l’immobilier, des containers maritimes ou des PME innovantes, et entend fermement développer son activité sur de nouveaux univers tangibles. « La France regorge en effet de possibilités de placements concrets à forte rentabilité ! », souligne Jean-Marc Palhon.

Jean-Marc Palhon, président d’Extend AM, décrypte aujourd’hui, à titre d’exemple, les opportunités offertes par les secteurs de l’hôtellerie et de l’immobilier, actifs tangibles par excellence, enregistrant une très forte demande de la part des investisseurs financiers, notamment étrangers.

Pour une nouvelle approche de la gestion d’actifs

Gérant à ce jour 200 millions d’euros, investis via 8 fonds dédiés à l’investissement dans le secteur hôtelier, 3 fonds consacrés à l’immobilier, 2 fonds dédiés à l’investissement dans les containers maritimes et 5 fonds dédiés aux PME et autres actifs tangibles, l’équipe d’Extend AM souhaite donner un nouveau visage à la gestion d’actifs : un visage réel pour des actions concrètes. Pour ce faire, elle adopte une stratégie sélective de financement de projets entrepreneuriaux concourant directement au développement économique de la France.

Une stratégie possible grâce à des atouts qui font d’Extend AM un acteur unique et reconnu : un savoir-faire remarqué dans l’identification de biens réels, concrets, pérennes à forte valeur ajoutée ; une connaissance fine et reconnue de chacun de ses secteurs d’intervention lui permettant de trouver rapidement des leviers de croissance, un réseau de partenaires de qualité (exclusifs pour certain) gage du professionnalisme et de l’expertise de ses équipes.

Extend AM se distingue d’ailleurs régulièrement grâce à ses produits innovants et son savoir-faire : 1er gestionnaire de fonds dédiés au secteur hôtelier pour les particuliers, 1er gestionnaire de fonds dédiés à l’activité de marchands de biens pour les particuliers, créateur du 1er fonds dédié aux containers maritimes agréé par l’AMF… Les actifs financiers plus volatils et soumis aux fluctuations du marché n’ont plus le monopole de l’investissement. Un nouvel acteur de l’économie réelle à suivre !

Zoom : pourquoi investir dans l’hôtellerie en France ?

« Bien physique dont la forte valeur intrinsèque est optimisée par une exploitation commerciale bien pensée, l’hôtellerie constitue un marché à la volatilité bien inférieure aux actifs traditionnels. La France, en particulier, offre d’excellentes conditions en termes d’investissement hôtelier compte-tenu de son très bon mix affaires/tourisme, de son déficit actuel en matière d’offre hôtelière et des défis auxquels font face les groupes hôteliers indépendants », explique Jean-Marc Palhon.

Un décalage persistant entre l’offre et la demande sur le marché français

Malgré le ralentissement enregistré par l’économie mondiale, le nombre total d’arrivées de touristes internationaux a dépassé pour la première fois en 2012 la barre du milliard dont plus de la moitié a séjourné en Europe. La France conserve sa première place au tableau des arrivées et la 3eme place en termes de recettes. Passé de 6,6 % du PIB en 2003 à 7, 3 % en 2012 (source DGCIS 2012), le secteur touristique croît plus rapidement que le PIB en France. Les prévisions sur ce secteur sont par ailleurs très encourageantes puisque 1,8 milliard de touristes sont attendus dans le monde en 2030 contre 1 milliard actuellement.

Le tourisme s’impose ainsi en France comme un secteur dynamique et résilient, comme un véritable pilier de l’économie nationale. Le décalage, entre une offre stable et une demande croissante, qui perdure en France depuis de nombreuses années sous-tend par ailleurs une augmentation tendancielle du revenu moyen par chambre disponible (RevPar). Ce décalage permet aux hôtels de continuer à performer même dans des conditions économiques peu favorables.

Face à ces belles perspectives, l’hôtellerie en France fait face à de nouveaux défis parmi lesquels la nécessaire rénovation de son parc, sa modernisation, sa montée en gamme et sa mise aux normes internationales. Autant de défis en partie liés au fort développement du marketing social rendant plus visible les expériences clients (cf. Trip Advisor, Booking…). Il existe ainsi une forte demande de capitaux et de belles opportunités d’investissement avec l’enjeu sous-tendu de faire progresser la France dans le classement mondial des recettes hôtelières en allongeant la durée des séjours touristiques sur le territoire.

Un marché dynamique et liquide favorable aux transactions

Après 2,2 milliards d’euros en 2012, les transactions ont représenté 2,3 milliards en 2013, volume porté par la vente d’importants portefeuilles d’hôtels.
Ces dernières années, les opérateurs hôteliers ont privilégié les modes de développement nécessitant peu de fonds propres : des stratégies dites d’Asset Light consistant à développer un parc hôtelier en privilégiant la « non-propriété », autrement dit le contrat de management, la franchise ou la location variable. Les grands groupes cèdent par ailleurs parallèlement une partie de leur patrimoine. Une tendance initiée il y a quelques années par les leaders anglo-américains du secteur. En outre, de nombreux fonds d’investissements ont pris des participations dans l’hôtellerie lors des années fastes de 2006/2007 (des participations arrivant en fin de vie) et doivent désormais faire « tourner » leurs portefeuilles. Le marché devrait ainsi voir de nombreux actifs arriver à la vente.

L’hôtellerie apparaît aujourd’hui comme un actif spécifique permettant un investissement serein avec l’espoir d’une rentabilité future des fonds de commerce hôteliers et d’une valorisation haute des murs. Les importantes opérations de cession observées sont révélatrices d’un marché en mouvement.

Valeur refuge, l’hôtellerie a d’abord attiré de nombreux fonds souverains du Moyen-Orient ou d’Asie investissant à long terme. On constate par ailleurs un retour d’investisseurs immobiliers spécialisés sur le marché. Le recours à la franchise ou aux contrats de management a également suscité la création de nouvelles sociétés d’investissement privées portées par des groupes se lançant dans l’investissement hôtelier. Autant d’acteurs participant fortement au dynamisme du secteur en se concentrant sur des actifs de taille raisonnable.

Quelles perspectives pour les années à venir ?

« Il y a aujourd’hui une très forte demande sur le marché hôtelier. Les investisseurs financiers, notamment étrangers, sont aujourd’hui très demandeurs de ce type de biens. Les groupes hôteliers indépendants désirent se développer et acquérir de nouveaux fonds de commerces. Dynamisme économique, bonne liquidité du secteur, beaux défis à relever… sont autant de bons signaux pour des investissements stratégiques et tangibles », souligne Jean-Marc Palhon, Président d’Extend AM.

Le volume des investissements passés et les tendances actuelles du marché permettent d’être sereins quant à la liquidité du marché et à la fixation d’un prix de marché. En effet, volumes conséquents et bonne liquidité réduisent grandement le risque de déconnection du prix de la réalité.

Zoom : pourquoi investir dans l’immobilier à Paris ?

En 2013, le marché de l’immobilier parisien a connu une légère amélioration des ventes, une tendance amorcée au 2nd trimestre et confirmée au 3e trimestre, selon la Chambre des Notaires de Paris-Ile-de-France.

La timide hausse des prix du logement, notamment dans l’ancien, s’est par ailleurs maintenue entre le 2e et le 3e trimestre pour atteindre un prix moyen du m² d’environ 8 200 € dans Paris intra-muros. Le marché est devenu sélectif mais l’ajustement des prix semble écarté. Les vendeurs ont persisté à maintenir leur offre à un niveau historique tandis que la demande se maintenait, soutenue par des taux d’intérêt toujours attractifs pour les acquéreurs et le manque de solutions d’investissement rassurantes. L’immobilier reste en définitive une valeur refuge et le marché parisien conserve son caractère unique.

« Dans un contexte de pénurie de biens de qualité au centre de Paris et d’absence de réserve foncières constructibles, le marché de l’immobilier parisien dit premium est à la fois atypique et structurellement résistant. Il s’agit ainsi définitivement d’un actif tangible permettant une alternative aux investissements financiers traditionnels », confirme Jean-Marc Palhon.

En 2014, le marché semble se maintenir dans des conditions similaires. Deux facteurs peuvent par ailleurs inciter vendeurs et acquéreurs à finaliser leurs opérations avant l’été : l’augmentation possible des droits de mutation et l’abattement exceptionnel de 25% sur les plus-values immobilières. Les perspectives sont rassurantes pour la fin de l’année et l’année à venir.

A propos d’Extend AM
Extend AM est une société de gestion indépendante, l’un des leaders du capital investissement en France, dédiée à l’investissement dans des actifs tangibles. Extend AM réalise pour le compte de clients, privés et institutionnels, aux travers de Fonds ainsi que de mandats de gestion. Agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le n° GP 13000002, elle gère 200 M€ qui sont investis notamment via 8 fonds dédiés à l’investissement dans le secteur hôtelier, 3 fonds dédiés à des opérations de marchands de biens dans Paris intramuros et 2 fonds dédiés à l’investissement dans des containers maritimes.




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres





Finyear: latest news, derniers articles


Finyear Coffee: Your Morning Newsletter

Flux RSS