Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



Il est où le bonheur ?


A force de se focaliser sur les statistiques économiques et financières, qui ont évidemment une importance majeure, on en oublie parfois la dimension philosophique de l'être humain : et si finalement le but de l'humanité était tout simplement l'atteinte du bonheur. Autrement dit, abandonnons le dogme du PIB pour le remplacer par le BIB : le bonheur intérieur brut. Seulement voilà, comme dit la chanson : « il est où le bonheur ? »



Marc Touati
Marc Touati
Est-ce se contenter de son lot quotidien ? Par exemple, une croissance molle, un chômage élevé… Est-ce au contraire se fixer des objectifs de plus en plus ambitieux, quitte à prendre des risques, mais finalement avoir la satisfaction d'avoir su se dépasser ? Il n'y a évidemment pas de réponse parfaite, car, comme le soulignait Einstein : tout est relatif.
Ainsi, Il faut reconnaître que lorsque l'on voyage à travers le monde, et que l'on prend ainsi la mesure des difficultés sociales qui prévalent dans de nombreux pays, notamment émergents, sans parler de la misère qui peut parfois y sévir, on réalise combien nous sommes heureux en France.
Son modèle est d'ailleurs bien connu : nous payons beaucoup d'impôts, mais, en échange nous bénéficions d'un « open bar » : l'école, la santé, les congés, le chômage, la retraite, la sécurité, « all inclusive » : tout est pris en charge ! Nous sommes donc « heureux ». Mais encore faut-il le rester et surtout à quel prix ?
Car, soyons réalistes : depuis une vingtaine d'années, ce modèle est de plus en plus battu en brèche. Certes, nous payons toujours de plus en plus d'impôts et les dépenses publiques ont atteint des sommets historiques, mais le reste du modèle ne suit plus : les formations scolaires et universitaires battent de l'aile, l'ascenseur social a quasiment disparu, la santé est à multiples vitesses et de plus en plus chère, la retraite ne sera bientôt plus financée et la sécurité des citoyens est de moins en moins assurée.
En d'autres termes, nous avons toujours les inconvénients du « modèle français » (impôts confiscatoires, marché de l'emploi ultra-rigide, réglementations excessives, charges qui pèsent sur le travail trop élevées…), mais plus beaucoup d'avantages. Dans ce cadre, le niveau du BIB français risque d'être encore plus mauvais que celui du PIB.
De plus, le BIB pose pas mal de problèmes. Tout d'abord, n'oublions pas que s'il est déjà très difficile de calculer un indicateur tel que le PIB, la tâche sera encore bien plus ardue avec un indice du BIB. Autrement dit, pour mettre au point un indicateur du bonheur, il faudra se lever de bonne heure. Blague à part, il est clair que, généralement, avant d'avoir un peu de BIB, il faut aussi un peu de PIB. En d'autres termes : le bonheur ne tombe pas du ciel et nécessite souvent un peu de revenus auparavant.
Pour être encore plus clair, se poser la question du bonheur est un luxe de « riches » que tout le monde ne peut pas se permettre. Car, généralement, avant de choisir de travailler moins, voire d'arrêter de travailler et de profiter de la vie, il faut tout de même avoir mis un peu d'argent de côté. Or, sans travail pas d'argent. Et sans argent, beaucoup de galères. Il serait bon de le rappeler aux apparatchiks d'extrême-gauche qui appellent régulièrement à la révolution, mais sont bien contents de rentrer chez eux le soir dans leur petit confort.
C'est donc bien cela qu'il faut faire comprendre aux jeunes générations et aux tenants de la décroissance : Non, la croissance n'est pas une fin en soi. Loin s'en faut. La croissance est simplement le moyen principal de créer plus d'emplois. Et ne nous leurrons : il n'y a pas d'emploi sans croissance. L'Etat pourra toujours créer des emplois publics, en creusant les déficits et en augmentant la dette, mais il faudra tôt ou tard les financer par des impôts qui seront forcément ponctionnés sur de la croissance, ce qui finira par créer du chômage. Les récentes hausses de ce dernier dans l'Hexagone confirment d'ailleurs que la politique française en matière d'emploi est particulièrement inefficace.
Donc, plus de croissance signifie plus d'emplois, c'est-à-dire plus de revenus, puis, en conséquence, plus de consommation et d'investissements. Et, au bout du compte, plus de réalisations économiques et donc, puisque c'est le mot à la mode en ce moment : plus de bien-être économique ou encore plus de Bonheur économique.
Oui, cet aboutissement est encore possible si nous acceptons de comprendre et d'intégrer les nouvelles réalités économiques, financières et sociétales dans nos décisions à venir. Et ce, que nous soyons dirigeants politiques, chefs d'entreprise, travailleurs indépendants, hauts-fonctionnaires, salariés publics ou privés, artisans, étudiants, retraités, syndicalistes (évidemment non dogmatiques)…
De la sorte, nous réussirons à redresser la France et l'Europe, ensemble. Nous pourrons alors faire partie, tant individuellement que collectivement, des gagnants de la fin de l'ancien monde et des bâtisseurs du nouveau monde. À nous de jouer !

Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Mercredi 5 Octobre 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News