Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Green business et innovation


La seconde table ronde des assises du développement durable était celle qui m'a le plus intéressé (1). Que les autres intervenants me vouent aux gémonies ou me pardonnent, je ne tenterai pas de reporter ni fidèlement ni traitreusement ni exhaustivement leurs propos, et je bornerai à ce dernier billet les restitutions des idées glanées lors de cette journée. Alors sans prétendre avoir tout compris, tout noté ni même saisi l'essentiel, sans entrer dans les détails, voici un petit florilège :



Rémy Mahoudeaux
Rémy Mahoudeaux
La meilleure énergie durable, c'est celle que l'on ne consomme pas.

Deux courbes sont inversées : celles des règlements de tous poils est croissante, celle des réalisations effectives décroissante. Peut-être faut il inventer et implémenter le concept d'efficience règlementaire ? Si des régaliens me lisent, c'est une feuille de route possible ...

Eco-industrie et innovation ne sont pas synonymes.

Depuis la révolution agricole qui nous a fait sortir du néolithique, notre logique d'asservissement de la nature à la satisfaction de nos besoins croissants n'a pas été remise en cause. Il est sans doute temps d'y songer.

Compte tenu des très hautes températures nécessaires à la fabrication d'un panneau solaire en silicium, son payback énergétique (temps qu'il mettra pour produire l'équivalent de l'énergie consommée pour sa fabrication) est de 13 ans. Avons nous l'habitude, ès qualité de financiers, de soumettre ou d'approuver des investissements avec de tels paybacks monétaires ? Et 13 ans pour devenir un héros de la nature, c'est un bien long, alors autant en être conscient !

La feuille de l'arbre est le meilleur panneau solaire : assez efficace pour nourrir l'arbre lorsqu'il est mis en réseau, entièrement recyclable sans ultimes déchets et peu coûteux à produire. Le biomimétisme doit être une source d'inspiration pour l'innovation.

En matière d'urbanisme, la voiture crée les distances qu'elle est seule à pouvoir faire franchir. Ne serait-ce pas un bug ?

Les normes sont les reflets des déboires passés.

N'ayons pas peur d'apprendre des pays du Sud la débrouillardise qui supplée à leur manque de moyens et qui nous manque parfois.

A la fin de cet inventaire à la Prévert, l'écoloclaste que je suis persiste à regarder avec un cynisme dubitatif certains écolocrates patentés qui veillent surtout à économiser sur le temps de fonctionnement de leurs neurones. Il n'y a pas de curseur unique, ni d'indicateur universel. Même en admettant qu'existent de robustes modèles permettant de rationaliser les décisions et d'arbitrer de la façon la moins irrationnelle possible, ils ne pourront jamais permettre d'appréhender toutes les échéances, toutes les efficiences et toutes les résiliences. L'humilité est plus que jamais de mise, et la vigilance dans l'auto-contrôle est indispensable. La rapidité de l'abandon de la filière des agrocarburants est la preuve que cette démarche itérative est possible sur d'autres critères que des critères économiques. C'est une raison d'espérer.


(1) Conception et démarches innovantes – avec Emmanuel Delannoy (Inspire) Sabine Enjalbert (Centre Francilien de l'Innovation), Marine Latham (Lafarge Granulats) Jean-Pierre le Poulain (Maire d'Avon) Jean-François Moreau (Pages Industrie) – débats animés par Valérie Benhaim.

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx

boss@remsyx.com
www.remsyx.com

Vendredi 16 Décembre 2011
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News