Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Frilosité grandissante des CFO suisses en ce début d’année


Selon le 22ème sondage mené par Deloitte auprès de 129 CFO suisses, le nombre d'optimistes quant à la conjoncture économique a chuté ces 12 derniers mois, passant de 80 % à 41 %. L’appétit des CFO pour le risque a également régressé. Ces derniers ont été pris au dépourvu par l’abandon du taux plancher de l’euro par la BNS.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Les réglementations croissantes préoccupent les CFO suisses. La pénurie de collaborateurs qualifiés, qui pourrait être exacerbée par l'alourdissement de la réglementation du marché du travail, est également considérée comme un défi de taille pour l'année 2015. De même, la situation à l'étranger exerce une influence négative sur le moral des CFO. Les risques géopolitiques sont toujours considérés comme un risque pour les entreprises, et les inquiétudes quant à un fléchissement de la demande extérieure se sont également renforcées. La vigueur du franc suisse compte elle aussi désormais parmi les principales préoccupations.

Seulement 41% des CFO interrogés, contre 53 % au trimestre précédent, sont encore optimistes à propos des perspectives économiques de la Suisse. Le premier trimestre 2014 comptait encore 75 % d'optimistes.

Baisse de la propension au risque – avant même l’abandon du taux plancher de l’euro

« Il faut noter en particulier la baisse de la témérité : l'appétit des CFO pour le risque a régressé. Actuellement, 68 % d'entre eux ne souhaitent plus prendre de risques, ce qui correspond à 19 points de pourcentage de plus qu'il y a trois mois. L’abandon du cours minimum de 1,20 CHF par la BNS est un facteur d’incertitude supplémentaire auquel les CFO n’étaient pas préparés », déclare Michael Grampp, Chief Economist de Deloitte en Suisse.

Dans le présent sondage, la faiblesse de l’écart des attentes quant aux taux de change lorsque l’EUR/CHF dépassait tout juste 1,20 montre à quel point le relèvement était peu attendu. En décembre, période pendant laquelle le sondage a été mené, seuls trois (!) sondés sur 129 misaient sur un taux de change inférieur à 1,20 dans 12 mois.

Selon une question hypothétique incluse dans le sondage du troisième trimestre 2014, les CFO prévoyaient un cours EUR/CHF de 1,12 à la fin 2015, c’est-à-dire après l’abandon du taux plancher de l’euro. Alors que 81 % des CFO considéraient un taux de change EUR/CHF de 1,20 comme ni favorable ni défavorable pour leur propre entreprise, ils estimaient qu’un cours du franc suisse plus fort serait préjudiciable. Un cours de 1,10 étaient vus par 67 % d’entre eux comme défavorable. La parité, quant à elle, apparaissait à 82% des sondés comme un facteur négatif (et à 15 % d’entre eux comme un facteur très négatif).

43 % des CFO tablent sur une baisse des marges

Les prévisions relatives aux chiffres d’affaires et aux marges opérationnelles s’étaient détériorées avant même que le seuil inférieur ne soit relevé. Environ 40 % des CFO prévoient ainsi une baisse des marges. Pour la première fois depuis la fin 2012, une majorité des CFO interrogés s'attend également à une diminution des investissements.
Michael Grampp précise : « La pression sur les marges augmentera encore après l’abandon du taux plancher. A peine les entreprises sont-elles sorties de la crise qu’elles doivent à nouveau faire face à une réévaluation du franc ».

A propos du Deloitte CFO Survey
Chaque trimestre, Deloitte réalise un sondage en Suisse auprès des directions financières. 129 CFO ont participé à ce 22ème sondage mené à la fin du quatrième trimestre 2014. Ces derniers représentent des entreprises cotées en bourse ainsi que des grandes entreprises privées des principaux secteurs et industries de l’économie suisse. Deloitte effectue des enquêtes similaires auprès des CFO dans plus de 30 autres pays.

Pour aller plus loin téléchargez ci-dessous l’étude complète (PDF 16 pages en français)


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 21 Janvier 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News