Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Fraude en ligne à l’identité en 2021 : Explosion des réseaux de criminalité organisée et apparition d’une fraude davantage sophistiquée

Étude exclusive Onfido.


• En 2021, les fraudes dites « moyennes »[1] représentent près de la moitié de l’ensemble des fraudes à l’identité, en augmentation de 57% par rapport à l’année précédente
• Le commerce de détail est désormais la cible principale des fraudeurs au niveau mondial, sauf en France
• La pièce d’identité la plus fréquemment attaquée à travers le monde est le passeport
• En France, ce sont désormais les services professionnels, les plateformes de gaming et les services financiers qui constituent le trio de tête des secteurs les plus touchés par la fraude en 2021

Onfido, spécialiste de la vérification d’identité et de l’authentification en ligne, dévoile aujourd’hui les résultats de l’édition 2022 de son Identity Fraud Report, dressant l’état des lieux en matière de fraude en ligne à l’identité sur la base de l’analyse des données collectées entre octobre 2020 et octobre 2021.

Onfido a pu ainsi dégager les grandes tendances et nouveautés en matière de fraude, révélant une nouvelle vague d’activités de fraude organisée entrant sur le marché.

Depuis l’apparition de la Covid-19, nombre d’entreprises ont été contraintes de déplacer rapidement leurs opérations en ligne, une réelle opportunité pour les fraudeurs dont les activités ont connu une forte croissance en 2020. Si en 2021, une grande partie du monde « physique » a rouvert, le taux moyen de fraude est resté au même niveau qu’en 2020, passant de 5,8% en octobre 2020 à 5,9% en octobre 2021.

En France, pourtant, le taux de fraude moyen est revenu quasiment au même niveau qu’avant la crise sanitaire : 6,9% en octobre 2021 contre 6,6% en 2019.

L'essor de la fraude sophistiquée, résultat d’une plus forte activité des réseaux de criminalité organisée
Alors que 2020 avait connu une explosion des fraudes dites « faciles »[2], avec l’apparition d’une vague de fraudeurs occasionnels, opportunistes et débutants, 2021 enregistre une très forte augmentation des fraudes « moyennes » : 47% des fraudes documentaires constatées par Onfido entre octobre 2020 et octobre 2021 ont été classées comme « moyennes », soit une augmentation de 57% par rapport à l’an dernier.

Selon Interpol, avec qui Onfido a noué un partenariat au long cours, ce chiffre peut être attribué à l’augmentation des activités frauduleuses organisées, une menace à prendre au sérieux : « Les documents frauduleux ouvrent la voie au crime organisé, notamment pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Par conséquent, l'incapacité à identifier les documents frauduleux dans des scénarios réels et en ligne constitue une menace pour l'économie mondiale, les pays et leurs citoyens. »

Le week-end, désormais période de plus forte activité pour les fraudeurs

La pandémie a profondément modifié les comportements en matière de fraude à l’identité. Avant l’apparition de la Covid, les activités des fraudeurs s’effectuaient principalement du lundi au vendredi. En 2020, le taux de fraude présumé restait pratiquement stable sur l'ensemble des sept jours de la semaine ; en 2021, en revanche, les tentatives de fraudes culminaient le week-end. Y aurait-il davantage de fraudeurs « amateurs », qui lançaient leurs attaques en dehors de leur temps de travail ? Ou bien les fraudeurs essaieraient-ils de profiter des temps d’arrêt des entreprises, lorsqu’il y a moins de personnel à même de détecter de détecter et de contrer une tentative de fraude ?

Le commerce de détail, nouvelle cible principale des fraudeurs à l’échelle mondiale

Les fraudeurs professionnels s’attaquent toujours aux secteurs à fort enjeu. Jusqu’alors, ils privilégiaient les services financiers et les prestataires de services. Mais ceux-ci ont su s’adapter et mettre en place des mesures de protection.

A la recherche de nouvelles opportunités, les fraudeurs se sont tournés vers le commerce de détail. Ce dernier, habituellement moins exposé aux attaques, a peut-être eu plus de mal à ajuster ses procédures. Des faiblesses largement exploitées par les fraudeurs : le commerce de détail est le secteur le plus attaqué dans le monde en 2021, avec une augmentation des tentatives de fraudes de 36% sur un an, loin devant les services financiers et professionnels.

A noter qu’en France, le commerce de détail était déjà le secteur le plus touché par les tentatives de fraude à l’identité en 2020., avec plus de 2,5% de suspicions de fraudes (contre 2% pour les services bancaires) ; Pour 2021, ce sont désormais les services professionnels, le gaming, et les services financiers qui constituent le trio de tête dans l’Hexagone.

Les cryptomonnaies, victimes de leur succès

L’énorme succès rencontré par les cryptomonnaies auprès du grand public ces deux dernières années a provoqué un intérêt tout aussi grand chez les fraudeurs. Si les plateformes d’échange se voient dans l’obligation d’obéir à la réglementation en matière de KYC (Know Your Customer – Connaissance client), les mesures mises en place ne sont pas toujours suffisantes pour détecter les tentatives de fraude à l’identité. Et le rapport 2022 sur la fraude à l’identité d’Onfido montre bien que le taux de ces tentatives augmente en corrélation avec le prix du Bitcoin. Ainsi, entre octobre 2020 et mars 2021, 7 000 personnes ont signalé des pertes de plus de 80 millions de dollars induites par la fraude à l’identité.

Les passeports sont devenus la pièce d’identité la plus fréquemment attaquée

Alors qu’en 2020, les cartes nationales d’identité ont été les documents d’identification les plus fréquemment attaqués au niveau mondial, l’édition 2022 de l’ID Fraud report d’Onfido révèle que les passeports se trouvent désormais en tête du classement.

Un changement qui pourrait bien s’expliquer par plusieurs facteurs :
• La réputation des passeports en tant que documents d’identité bénéficiant d’une sécurité supérieure, donc plus difficile à falsifier ou à contrefaire. Les fraudeurs espèrent que cette bonne réputation rendra leurs victimes moins méfiantes.
• La « paresse » des fraudeurs, qui préfèrent fabriquer un faux passeport car il ne comprend qu’une seule page utile, contrairement à une Carte Nationale d’Identité, qui comporte des informations personnelles au recto comme au verso.

Les fraudeurs préfèrent partir de zéro

Plus de 90 % des fraudes d’identité constatées par Onfido cette année impliquaient des documents contrefaits[3]. Les fraudeurs sembleraient donc préférer « partir de zéro » en fabriquant entièrement un faux document plutôt que de tenter de falsifier un original. Cette nouvelle tendance pourrait s’expliquer par la disponibilité en ligne d’un grand nombre de fichiers modèles, peu coûteux et modifiables avec peu d’efforts.

Face aux tentatives de fraude à l’identité, la vérification biométrique s’avère le moyen de protection le plus efficace actuellement. En effet, Onfido a constaté beaucoup moins de tentatives d’attaque de contrôles biométriques par rapport au contrôle de document simple. Les entreprises ont désormais tout intérêt à adopter la vérification d’identité en ligne biométrique. En effet, cette solution, qui combine vérification de l’authenticité des pièces d’identité et vérification de l’identité du détenteur grâce à aux caractéristiques physiques (biométrie, visage, empreinte digitale…), permet d’augmenter rapidement la sécurité en contrant les tentatives d’attaques. De plus, basée sur l’Intelligence Artificielle, elle évolue pour intégrer les nouvelles tendances technologiques en matière de fraude. Cet outil se révèle donc un atout précieux pour les entreprises.

À propos d’Onfido
Fondée en 2012 à Londres, Onfido fournit ses services de vérification d’identité en ligne aux entreprises du monde entier. Basée sur un mode hybride incluant à la fois l’intelligence artificielle et le recours à des experts humains, la technologie Onfido permet de vérifier qu’un internaute est bien celui qu’il prétend être, et ce sans altérer l'expérience client, la confidentialité des données ou la sécurité. C’est ainsi qu’Onfido donne à des entreprises comme Nickel (groupe BNP Paribas), Europcar Mobility Group et Getaround (ex Drivy) l’assurance dont elles ont besoin pour intégrer les clients à distance et en toute sécurité.
Onfido est soutenu par TPG Growth, Salesforce Ventures, M12 (Microsoft), Idinvest Partners et d’autres investisseurs auprès desquels l’entreprise a levé plus de 200 millions de dollars.
www.onfido.com/fr
________________________________________
[1] Onfido qualifie une fraude de « moyenne » lorsque les erreurs sont moins évidentes à détecter : des polices incorrectes moins visibles, une mauvaise qualité d’impression de la photo ou l’imitation des éléments de sécurité.
[2] Une fraude est dite « facile » lorsque des éléments du document frauduleux sont manifestement erronés : une police manifestement incorrecte, des informations indiquées au recto du document ne correspondant pas à celle du verso, ou lorsque la photo a été clairement falsifiée.
[3] Une contrefaçon est une reproduction intégrale d’un document, par opposition à une falsification qui consiste à altérer un document original.

------------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.
Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.

Vendredi 14 Janvier 2022




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES