Corporate Finance News, Hybrid Finance News
              


Jeudi 13 Janvier 2022

Fake News : Buster.Ai lève 2M€ pour agir efficacement contre la désinformation


Buster.Ai, solution Deep Tech française de lutte contre la désinformation, accélère son développement et annonce aujourd’hui une levée de 2M€ en Seed auprès de OneRagtime, Takara Capital, et de Business Angels.



• Créée en 2019 à Paris, la start-up lutte contre la désinformation en développant une solution basée sur des méthodes de deep learning pour faciliter et accélérer le travail des spécialistes de l’information.
• Aujourd’hui, les fausses informations, diffusées et partagées en masse, constituent une véritable problématique aussi bien pour les professionnels de l'information que les organisations publiques.
• Cette levée de fonds va permettre à Buster.Ai de soutenir sa croissance, mais aussi de renforcer ses équipes et de rendre accessible leur technologie au plus grand nombre.

Selon Gartner, dès 2022, nous consommerons tous plus d’informations fausses que de vraies. Le phénomène de désinformation a explosé avec l’avènement des réseaux sociaux et des technologies permettant de falsifier et diffuser de fausses informations, voire créées de toutes pièces. En simplifiant et en accélérant la vérification de l’information grâce à sa technologie souveraine, Buster.Ai définit une nouvelle norme pour un meilleur contrôle et une meilleure fiabilité de l’information.

De la data science à la lutte contre la désinformation

Diplômé de CentraleSupélec et de l’ESSEC, et fort de 15 ans d’expérience dans les mathématiques appliquées, le développement logiciel, la data science, Julien Mardas (CEO et cofondateur) a travaillé pour des spécialistes de la tech (Criteo), des acteurs des télécoms (SFR), et conseillé de nombreux grands comptes en tant que consultant indépendant (Société Générale, Unilever…).

L’explosion de scandales liés à la désinformation - Cambridge Analytica, AggregateIQ, QAnon - a provoqué des phénomènes sociétaux conséquents qui ont eu un impact tant sur l’opinion publique que sur les marchés financiers. Pour ces derniers, une étude réalisée par CHEQ et l’Université du Baltimore a démontré que le coût des fake news dans le monde de la finance s’élevait à 39 milliards $ en 2019 sur les marchés américains. Ces facteurs ont poussé Julien Mardas et Aurélien Cluzeau à fonder Buster.Ai en 2019. L’idée : se positionner comme le rempart face à la désinformation. Pour cela, ils développent une solution utilisant l’intelligence artificielle (machine learning et notamment le deep learning) afin d’aider les organisations à simplifier et à accélérer la vérification du contenu en le comparant aux connaissances existantes.

Une réponse technologique adéquate face à la désinformation

Buster.Ai propose une solution SaaS et des API pour permettre à ses clients – médias, univers de l'économie, de la finance et de la politique, plateformes de production et de diffusion de contenus, modérateurs sur les réseaux sociaux, ou encore professionnels de l’information - d’outiller leurs équipes de fact-checking afin de déceler les fausses informations et ainsi contribuer à limiter leur propagation (textes, vidéos, images…).

A travers une approche sémantique, multi-langues (17), multimodale (image, texte, vidéo) et une diversité des sources (agences de presse, médias, encyclopédies, ressources scientifiques, réseaux sociaux, …), la startup a mis au point une technologie permettant de vérifier la véracité des informations diffusées. Pour cela, ils ont développé des algorithmes de Deep Learning et de traitement automatique du langage (NLP) spécialisés dans la recherche et le traitement d’informations. Grâce au score d’intégrité généré et à l'aide à la lecture qui l'accompagne, les personnes amenées à vérifier de l’information peuvent ainsi déceler les contenus trompeurs ou falsifiés.

A ce jour, la startup est déjà lauréate de challenges internationaux d’IA appliqués au fact-checking à l’image de ses premières places au CLEF 2020 et Fever.ai, ayant fait l'objet de publications scientifiques.

Une levée de fonds pour investir en R&D

Buster.Ai est déjà dotée d’une quinzaine de collaborateurs. Cette levée de fonds va permettre de recruter de nouveaux talents, afin d’accélérer la recherche et le développement, mais aussi la commercialisation de l’offre.

«  L’accès à une information fiable et crédible est un bien précieux que nous devons protéger. Les professionnels de l’information doivent être équipés d’outils adéquats pour s’assurer de limiter la propagation de fausses informations. Buster.Ai s’inscrit dans cette démarche pour devenir un contributeur majeur. Le fact-checking est en effet un écosystème en construction et toujours en recherche de ses repères scientifiques et méthodologiques. », explique Julien Madras, CEO et cofondateur de Buster.Ai.

« Buster.Ai est une pépite tricolore comme on en voit rarement. En seulement deux ans, ils ont développé une technologie innovante et concrète qui apporte une solution pragmatique à l’écosystème fragmenté que constituent les solutions de fact-checking. Nous sommes particulièrement fiers d’accompagner Buster.Ai dans leur quête d’une information juste et d’en favoriser l’accès. », se réjouit Stéphanie Hospital, CEO et fondatrice de OneRagtime.

« A l'heure où les réseaux sociaux relayent plus de fausses informations que de faits vérifiés, Buster.Ai apporte un éclairage robuste sur ce nouveau marché, au potentiel colossal. Julien Mardas fait partie des profils exceptionnels que notre métier donne la chance de rencontrer, et nous sommes particulièrement heureux de le soutenir et de voir se concrétiser sa vision d’une information digitale plus juste. », explique Thomas Le Forestier, cofondateur de Takara Capital.

À propos de Buster.Ai 
Fondée en 2019 à Paris par Julien Mardas et Aurélien Cluzeau, Buster.Ai développe une solution basée sur le deep learning pour faciliter et accélérer le travail des spécialistes du fact-checking, afin d’agir efficacement contre le phénomène de désinformation. À travers une approche sémantique, multi-langues, multimodale (image, texte, vidéo) et une diversité de sources, la start-up a mis au point une technologie permettant de vérifier la véracité des informations diffusées. Grâce à un score d’intégrité généré par ses algorithmes, il est ainsi possible de déceler les contenus trompeurs ou falsifiés. Buste.Ai a été lauréate du concours CLEF 2020, et a levé 2M€ auprès de OneRagtime et Takara Capital en 2021.

A propos de OneRagtime
OneRagtime est une plateforme d'investissement nouvelle génération fondée par Stéphanie Hospital et Jean-Marie Messier et parrainée par des personnalités expérimentées du digital et de l’investissement telles que Philippe Bourguignon, Patrick Sayer ou encore Philippe Carle. Elle sélectionne les start-ups technologiques les plus innovantes dans toute l'Europe, les finance et les accompagne grâce à sa communauté exclusive d'investisseurs. Via son fonds ou un véhicule créé spécifiquement pour chaque investissement, son modèle unique de plateforme permet aux investisseurs d'investir dans les plus belles pépites technologiques, qu’elles soient françaises et européennes.

A propos de Takara Capital
Takara Capital est un fonds de Venture Capital en pré-Série A spécialisé sur la FrenchTech.
Pionniers de la FrenchTech, ses fondateurs bénéficient, avec plusieurs centaines d'entrepreneurs accompagnés, d'un sourcing unique au sein de l’écosystème. Takara Capital privilégie les solutions technologiques B2B essentielles à l’économie digitale, disposant d’une preuve de marché monétisée, d’un modèle d’affaires scalable et d’un potentiel de croissance exceptionnel. En investissant dans les entreprises au moment où elles en ont le plus besoin (pré Série A), Takara Capital accompagne la croissance et les réflexions stratégiques de ses participations sur le long-terme.

------------------------------------------------------------------------

Disclaimer: The text above is a press release that was not written by Finyear.com.
The issuer is solely responsible for the content of this announcement.
Avertissement : Le texte ci-dessus est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
L'émetteur est seul responsable du contenu de cette annonce.


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *