Corporate Finance News / Quotidien
              


Jeudi 12 Août 2021

Évaluation de la menace quantique pour bitcoin et les crypto-monnaies dérivées


Une étude réalisée conjointement par l’Université du Surrey et Arqit révèle la menace quantique qui pèse sur les actifs numériques.



Un rapport de l’Université du Surrey publié aujourd’hui et coproduit par Stephen Holmes, responsable produits chez Arqit Limited («Arqit») - un leader mondial de la technologie de cryptage quantique - et Liqun Chen, professeure de systèmes sécurisés à l’Université du Surrey, décrit le risque certain qui menace les actifs numériques et nécessite de procéder d’urgence à des changements de leur cryptage.

Parallèlement à l’augmentation des investissements mondiaux, la technologie de l’informatique quantique se développe rapidement au point d’atteindre une puissance suffisante pour casser les signatures numériques utilisées pour protéger les actifs numériques. À l’heure où les banques centrales et les grandes entreprises envisagent sérieusement d’utiliser des actifs numériques à grande échelle, ce problème est plus important que jamais. L’étude, qui consistait à évaluer les mécanismes de piratage employés par un ordinateur quantique et le moment où ils seront mis en œuvre, couvre les aspects suivants:

- Aperçu des travaux connexes concernant la vulnérabilité des actifs numériques aux attaques informatiques quantiques.
- Analyse et examen des éventuelles attaques combinées visant à retarder le temps de traitement d’une transaction, ce qui prolonge le risque de subir une attaque quantique.
- Estimation des ressources en informatique quantique nécessaires pour résoudre le problème du logarithme discret sur une courbe elliptique (ECDLP - Elliptic Curve Discrete Logarithm Problem) au moyen de l’algorithme de Shor.
- Évaluation des ressources en informatique quantique nécessaires pour exécuter l’algorithme de Shor, en tenant compte de la taille du circuit et des taux d’erreur sur un ordinateur quantique.
- Nouvelle approche proposée pour évaluer la menace quantique relative pesant sur un actif numérique. Cette évaluation permet de suivre le risque en fonction des progrès des ordinateurs quantiques au fil du temps, indépendamment des technologies sous-jacentes que ces derniers utilisent.
- Ce travail de recherche sera présenté dans le cadre de la Conférence universitaire internationale sur les monnaies numériques et les systèmes de paiement qui aura lieu à New York les 9 et 10 août 2021.

David Williams, fondateur et directeur général d’Arqit, a déclaré: «Ce rapport de l’Université du Surrey met en lumière certains problèmes critiques qui doivent être hiérarchisés et traités afin de garantir la protection de tous les actifs numériques contre toute attaque par un ordinateur quantique. Le risque de ce type d’attaque est un problème mondial car la numérisation massive de presque tous les aspects de notre société est déjà en cours et plusieurs gouvernements envisagent de lancer leur monnaie numérique nationale. Le monde a besoin de technologies de cryptage plus solides et plus simples pour contrer les attaques majeures observées tous les jours actuellement, et les attaques quantiques de demain. Nous nous félicitons de cette étude qui décrit avec précision les éléments que tous les détenteurs d’actifs numériques doivent prendre en compte pour atténuer ces menaces cryptographiques.»

Une version intégrale du rapport peut être téléchargée depuis le site web Cryptology ePrint Archive: Report 2021/967 - Assessment of Quantum Threat To Bitcoin and Derived Cryptocurrencies

Arqit publiera sa réponse au rapport de l’Université du Surrey lundi 26 juillet; elle pourra être consultée sur le site web www.arqit.uk/investors

À propos des chercheurs :
Stephen Holmes est chef de produit chez Arqit. Il possède 30 ans d’expérience de l’informatique, notamment en tant que directeur technique, consultant, responsable architecture d’entreprise et responsable de l’innovation de rupture. Il a effectué ses recherches de doctorat en cryptographie post-quantique appliquée à la blockchain à l’Université du Surrey. Stephen Holmes possède également une vaste expérience de la commercialisation des technologies de rupture et a travaillé dans les laboratoires d’IBM et de Hewlett Packard. Il a été co-fondateur et directeur technique de Virtusa Xlabs. Il est titulaire d’un MBA en commercialisation de produits et services innovants. Passionné par la création de systèmes sécurisés et la protection de la confidentialité, il a écrit de nombreux articles et ouvrages sur la sécurité, la confidentialité et les technologies quantiques. Il représente le Royaume-Uni en tant qu’expert en systèmes de chaînes de blocs ISO / tc307 et DLT.

La professeure Liqun Chen a rejoint le département d’informatique de l’Université du Surrey en 2016 en qualité de professeure en systèmes sécurisés. Avant cette nomination, elle était chercheuse scientifique principale pour le laboratoire Hewlett Packard à Bristol (Royaume-Uni), depuis 1997. Précédemment, elle avait travaillé à la Royal Holloway (Université de Londres) et à l’Université d’Oxford. Ses domaines de recherche sont la cryptographie appliquée, l’informatique sécurisée et la sécurité des réseaux.

À propos d’Arqit Limited:
Arqit Limited («Arqit») fournit une plateforme en tant que service (PaaS) de cryptage quantique qui protège les liens de communication de tout dispositif en réseau contre les formes actuelles et futures de cyberattaques, même celles provenant d'un ordinateur quantique. Baptisé QuantumCloud™, le produit d’Arqit permet à tout dispositif de télécharger un agent logiciel léger de moins de 200 lignes de code, capable de créer des clés en partenariat avec n’importe quel autre dispositif. Sécurisées au point de vue informatique, ces clés existent uniquement à partir du moment où elles sont nécessaires et ne peuvent être connues par des tiers. QuantumCloud™ peut créer des volumes illimités de clés dans des groupes de toute taille, et peut réguler l’entrée et la sortie sécurisées de tout dispositif dans un groupe. Le marché potentiel est constitué par l’ensemble des dispositifs connectés. Le lancement de QuantumCloudTM 1.0 pour le premier groupe de clients aura lieu au second semestre 2021, des contrats pour une valeur de 130 millions de dollars étant déjà conclus*.

* À la date de publication.

Le 12 mai 2021, Arqit a signé un accord définitif de fusion avec Centricus Acquisition Corp (NASDAQ: CENHU, CENH, CENHUW), une société d’acquisition à vocation spécifique, en vertu duquel Arqit deviendra une société cotée au NASDAQ sous le nom d’Arqit Quantum Inc.



Laurent Leloup

"La blockchain n’est pas la révolution tant annoncée, elle n’est que l’outil d’un monde lui-même entré en révolution" (Extrait de Blockchain, la révolution de la confiance).
Seed & Series Advisory


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Finyear Coffee: Your Morning Newsletter

Flux RSS