Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



Entreprendre en France, le dernier chic ?


Pas moins de 6 ministres pour l’ouverture, aujourd’hui, du Salon des Entrepreneurs à Paris ; c’est la fête !



Alain Goetzmann
Alain Goetzmann
Que nos élites républicaines découvrent l’entreprise, c’est nouveau mais, en définitive, logique. Elles ont enfin compris que la résolution du chômage passait par la liberté d’entreprendre.

Mieux ! C’est toute la France qui découvre les défis de l’entrepreneuriat. En 2013, il s’est créé 538.100 nouvelles entreprises. Bien sûr, ce chiffre fait la part belle aux auto-entrepreneurs (274.900), mais qu’il s’agisse de créer une entreprise ou de se constituer en auto-entrepreneur, c’est déjà entreprendre et se lancer dans une aventure économique responsable. Depuis 2009, ils sont ainsi un peu plus de 500.000, tous les ans à tenter leur chance.

J’ai rapproché le chiffre des créations d’entreprise d’une autre statistique récemment publiée : le nombre des naissances est de 780.000 pour 2013, chiffre relativement stable sur plusieurs années maintenant, grâce à un taux de fécondité proche de 2 dans notre pays.

Tentons une comparaison audacieuse. Dans la durée, en admettant que ces deux statistiques restent stables, on pourrait imaginer qu’un peu plus de 2/3 des français d’une classe d’âge s’engageraient dans l’entrepreneuriat. Voilà qui nous change des sondages récents prétendant que le vœu le plus cher de 80 % des jeunes français serait de devenir fonctionnaire !

Entrepreneur, auto-entrepreneur, créateur, repreneur entrent aujourd’hui dans le quotidien de notre pays. Les français n’aiment pas les patrons mais ils aiment les entreprises. Allez comprendre ! En tous cas, ils ont enfin assimilé que l’entrepreneuriat était l’élément le plus dynamique d’une société moderne et le plus à même de contribuer aux besoins essentiels de la population et d’abord, l’emploi.

Il faut continuer à progresser dans la compréhension de l’économie de marché et accepter maintenant que le « patron » de toute entreprise n’est plus son créateur ou son dirigeant, mais le client qui, par son choix de consommer ou non tel ou tel produit ou service, a droit de vie et de mort sur l’entreprise qui fait l’offre.

Quelqu’un pourra-t-il un jour guérir la schizophrénie bien ancrée dans chaque français qui, selon qu’il est alternativement consommateur ou employé, l’amène à adopter des positions économiques radicalement opposées ?

 

Direction financière et stratégique
Levée de fonds, introduction en bourse, fusion-acquisition
Agrément CIF N° F000131 - Listing Sponsor sur Alternext
88 bis, avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur


Jeudi 13 Février 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News