Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Enquête sur les risques d’impayés en Europe (INTRUM)


Intrum Justitia, leader européen de la gestion du poste client, présente les résultats de son enquête sur les risques d’impayés en Europe (European Payment Index (EPI). Mitigés.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Si l’EPI relève cette année une amélioration globale des délais de paiement, que ce soit de la part des particuliers, des entreprises ou des services publics, il est à noter que ce constat recouvre une réalité très contrastée, selon les pays.
Pour autant, les particuliers et les entreprises paient désormais 2 jours plus tôt (sous 39 jours pour les premiers, sous 55 jours pour les secondes) ; le secteur public a, lui, progressé de 4 jours en s’acquittant de ses dettes sous 67 jours.
Globalement, les retards de paiement ont été contenus puisque le délai moyen d’encaissement au-delà de la date convenue a baissé d’une journée, à 18 jours.

Ces « bonnes nouvelles » sont largement contrebalancées par le fait que le taux de pertes sur créances irrécouvrables a encore augmenté. Sous le coup du nombre croissant des faillites en Europe, notamment, celui-ci a progressé de 8 %, à 2,6%. Les PME sont les plus durement affectées avec un taux de pertes qui grimpe à 3%. Tous les pays sont touchés, y compris les « meilleurs » en matière de pratiques de paiement : les pays nordiques, qui accusent des hausses violentes.

Retards et défauts de paiement pèsent lourdement sur la santé économique européenne puisqu’on estime que les entreprises ont dû débourser quelque 25 milliards d’euros pour tenter de récupérer leurs créances en souffrances tandis que le montant passé en pertes est estimé à 300 milliards euros, soit 822 millions d’euros chaque jour.

Les entreprises paient donc le prix fort… sans pour autant mesurer l’importance pour elles de mettre en œuvre des process efficaces pour gérer leurs facturations et leurs encaissements. En effet, elles attendent en moyenne 85 jours avant de transmettre leur dossier à un spécialiste de la gestion du poste client, amputant sérieusement leurs chances de récupérer leur dû…
Alors qu’elles ont plus que jamais besoin de restaurer leur trésorerie, les entreprises françaises s’ouvrent de nouvelles perspectives en assainissant leurs pratiques de paiement.

En France, la loi de Modernisation de l’Economie et la refonte du dispositif juridique de la sphère publique ont amélioré les pratiques de paiement : le délai contractuel de paiement a été réduit de 45 à 41 jours pour les entreprises et de 48 à 44 jours pour les services publics. Les retards de paiement sont toujours les mêmes (hormis pour celui du secteur public qui diminue d’un jour), mais le délai effectif de règlement s’est mécaniquement amélioré : les entreprises paient désormais à 59 jours et les services publics, à 65 jours. Les particuliers, eux continuent à régler leurs factures à 43 jours. En revanche, le taux de pertes sur créances irrécouvrables s’est dégradé pour atteindre 2,2 %.

Etude téléchargeable ci-dessous

Bonjour chez vous...

Laurent Leloup
epi_france_2010.pdf EPI France 2010.pdf  (2.8 Mo)

Mercredi 26 Mai 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies