Quotidien Finance, Crypto Daily News


              



Définition et calcul du DSO (Days Sales Outstanding), composante du BFR


Le DSO (Days Sales Outstanding) ou NJC (Nombre de Jours de Crédit clients) ou DMP (Délai Moyen de Paiement des clients) est le chiffre d'affaires facturé non encore encaissé ou l’encours client ou la rotation du crédit clients exprimé en nombre de jours de chiffre d’affaires. Le DSO est une composante du BFR



Le besoin en fonds de roulement (BFR) est un besoin en capitaux d’une entreprise qui trouve son origine dans le décalage temporel entre les flux sortants de liquidité (paiement des achats) et les flux entrants (paiement des ventes). Il s’agit donc des capitaux nécessaires pour financer le cycle d’exploitation d’une entreprise. Le BFR peut s’exprimer en un montant absolu (les capitaux en question) mais aussi en nombre de jours.

Ce nombre de jours du BFR (mesure DWC : Days Working Capital) est la résultante de trois composantes :
• DSO (Days Sales Outstanding): nombre de jours avant de recevoir le paiement du client ou nombre de jours de rotation des clients
• DIO (Days Inventories Outstanding): nombre de jours qu’un bien reste en stock
• DPO (Days Payable Outstanding): nombre de jours avant de payer ses fournisseurs ou nombre de jours de rotation des fournisseurs.

C'est le DSO, composante du BFR que nous allons étudier dans cet article :

Le DSO indique le risque client et permet de préciser l'efficacité des mesures de recouvrement internes d'une entreprise, son évolution indique l'amélioration ou la dégradation du risque ainsi que l'amélioration ou la dégradation de la performance du recouvrement.
Nous retiendrons les deux méthodes principales, la méthode comptable et la méthode « count back » (ou « roll back » ou par épuisement du chiffre d'affaires ou d'apurement de l'encours).

La méthode comptable (variantes) :

Variante : Encours total
C'est le rapport entre l'encours financier (inclus les effets escomptés non échus et les créances cédées) et le chiffre d'affaires TTC.
Par conséquent trois éléments d'information sont requis pour le calcul :
- Le total des comptes clients ou encours total de fin de mois TTC
- Le total des ventes à crédit TTC pour la période analysée (ventes au comptant exclues)
- Le nombre de jours de la période analysée
Pour indication : douze mois = 365 jours, six mois = 182 jours et un trimestre = 91 jours

Formule :
Encours total fin de mois TTC x Nbre de jours
Chiffre d'affaires total TTC de la période

Exemple 1 :
Sté A - décembre 2002 :
Encours total fin de mois TTC (décembre 2002) = 5.700
CA total TTC de la période (octobre à décembre 2002) = 7.600
Nombre de jours de la période = 91
5.700 x 91 / 7.600 = 68 jours (Période de recouvrement des comptes clients)
Dans cet exemple le nombre de jours nécessaires au recouvrement des comptes clients est de 68 jours (en moyenne).

Exemple 2 :
Sté A - mars 2003 :
Encours total fin de mois TTC (décembre 2003) = 1.800
CA total TTC de la période (octobre à décembre 2003) = 1.000
Nombre de jours de la période = 91
1.800 x 91 / 1.000 = 164 jours

Variante : Encours moyen
Sté A - Période octobre à décembre 2003 :
Formule :
Moyenne des encours totaux de fin de mois TTC x Nombre de jours de la période analysée
Chiffres d'affaires total TTC de la période analysée

Encours total fin octobre 2003 = 4.300
Encours total fin novembre 2003 = 3.200
Encours total fin déc. 2003 = 1.800
Moyenne des encours totaux pour la période = 3.100
CA total TTC de la période (octobre à décembre 2003) = 1.000
Nombre de jours de la période = 91
3.100 x 91 / 1.000 = 282 jours

Variante : Chiffre d'affaires moyen
Formule :
Encours de fin de mois TTC X Nombre de jours de la même période
CA TTC de la période analysée

Variante : Encours courant
Cette méthode est le DSO meilleur ou BPDSO (Best Possible DSO).
C'est le rapport entre l'encours courant ou non exigible et le chiffre d'affaires TTC.
Par conséquent trois éléments d'information sont requis pour le calcul :
- L'encours total non exigible de fin de mois TTC
- Le total des ventes à crédit TTC pour la période analysée (ventes au comptant exclues)
- Le nombre de jours de la période analysée
Pour indication : douze mois = 365 jours, six mois = 182 jours et un trimestre = 91 jours

Formule :
Encours courant fin de mois TTC x Nombre de jours de la période analysée
Chiffre d'affaires total TTC de la période analysée

Variante : Encours échu
Cette méthode qui fait appel à la notion de retard est le JMR (nombre de Jours Moyen de Retard) ou ACD (Average Cost Deliquency).
C'est le rapport entre l'encours échu et le chiffre d'affaires TTC.

Formule :
Encours échu fin de mois TTC x Nombre de jours de la période analysée
Chiffre d'affaires total TTC de la période analysée

Variante : Somme des jours
Cette méthode qui prend plus en compte le poids relatif des jours est le DPMSO (Days Per Month Sales Oustanding).
C'est la somme en jours des n encours résiduels des n derniers mois de chiffre d'affaires TTC, calculés au prorata de chaque chiffre d'affaires TTC correspondant.

1) Avantage de la méthode comptable (toutes variantes) :
- simplicité du calcul
2) Inconvénients de la méthode comptable (plus ou moins suivant les variantes) :
- suivant la période analysée (90, 120 jours ou plus) le DSO sera très imprécis
- le calcul ne tient pas compte de la saisonnalité de certaines entreprises
- les variations de CA influent fortement sur le résultat et faussent l'observation
- ce calcul est non représentatif de la durée réelle de crédit ni de l’âge moyen des créances

La méthode « count back » :

Elle consiste à ôter successivement de l’encours financier, jusqu’à épuisement de celui-ci, le chiffre d'affaires TTC de chaque mois et d’additionner le nombre de jours de chacun des mois correspondants
Exemple :
Encours fin de mois TTC (janvier 2003) = 1 000
Vous pouvez utiliser le nombre exact de jours dans chaque mois soit 31, 28, 31, etc. ou juste les jours ouvrables soit 21 jours chaque mois ou simplement choisir une moyenne de 30 jours comme ci-dessous.

........MOIS ............................CA TTC ..........DSO ...........ROLL-BACK
.........Encours......................... /...................... /.......................1 000
.........Janvier........................600..................30/30.......................400
.........Février........................280..................30/30.......................120
..........Mars..........................330..................11/30........................../
......Totaux ..........................................DSO = 71

Le chiffre de 30/30 est inscrit lorsque le CA du mois peut être déduit de l'encours, comme pour janvier et février ci-dessus.
Calcul pour obtenir le chiffre de 11/30:
Chiffre d'affaires de mars / Nbre de jours soit 330 / 30 soit un résultat de 11

puis (encours fin janvier) - (CA cumulé janvier et février) soit 1 000 - 880 = 120
puis diviser 120 par 11 : vous obtenez 11 (après arrondi)

1) Avantage de la méthode « count back » : tient compte de la saisonnalité de l'entreprise.
2) Inconvénients de la méthode « count back » : ne fait pas de distinction entre encours courant et encours exigible

Conclusion :
Il existe de nombreuses méthodes de calcul de DSO à la disposition des entreprises, certaines étant plus complexes et plus précises que d'autres, cependant aucune d'entre elles ne peut se positionner en tant que méthode universelle pour le calcul du nombre de jours de crédit accordé aux clients.
Le choix d'une méthode ou d'un "mix" de plusieurs méthodes est le fruit de l'expérience de chaque entreprise, chacune d'entre elles étant unique (activité, produits, clientèle, méthodes de recouvrement amiable, etc…).
Pour diminuer le DSO, l'amélioration des performances de recouvrement amiable et de gestion des litiges n'est pas suffisante, l'entreprise doit également surveiller, entre autres, les dérogations de paiement autorisées par les services commerciaux et les dysfonctionnements internes ou externes (livraison, SAV, etc) sources de réclamations et de litiges.


Synthèse et article réalisés par Laurent Leloup - Finyear.com


Votre quotidien Finyear vous offre chaque matin les dernières études, expertises et communiqués de la Finance d'entreprise.
Abonnez-vous gratuitement sur : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois le supplément mensuel digital (PDF) Finyear sur :
www.finyear.com/mensuel

Samedi 19 Février 2005
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par gagnier le 03/02/2006 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci de ces explications qui m'aident énormément cordialement

2.Posté par Lhoest John le 06/04/2006 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Calcul pour obtenir le chiffre de 11/30:
Chiffre d'affaires de mars / Nbre de jours soit 330 / 30 soit un résultat de 11

je crois que le calcul correcte serait (120/330) * 30 (le nombre de jour)
c'est qui donnerait un résultat de 10,909090 et qui correspond exactement à la valeur obtenue si on divise 120 par 11 (=10,9090)

3.Posté par Frederic Dufour le 16/06/2006 10:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Juste une petite question par rapport au DSO.
Bien conscient qu'il en existe une multitude et que le principe est d'en choisir une, et d'en suivre l'évolution (amélioration - dégradation - stabilisation).
Mais, lorsque l'on parle de total des comptes clients ou encours total de fin de mois TTC
Doit-on tenir compte des réductions de valeurs actées sur ces clients ?
Comptes clients : 1.000 €
Réd. Val.: -500 €
TOTAL pour calcul DSO = 500 €

Selon moi, il ne faut pas en tenir compte car sinon, cela améliore artificiellement le DSO alors que les factures sont toujours impayées.
Merci pour votre avis sur la question.
Frédéric DUFOUR

4.Posté par Alain Cazanobes le 16/06/2006 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,

La question est quelque peu floue notamment en ce qui concerne le terme "réduction de valeur".
Je pense que vous voulez parler d'une provision pour dépréciation du compte client ?

Le DSO visant essentiellement à convertir en une durée comparable dans le temps des sommes que l'entreprise a dehors sur ces clients actifs, il convient en général de prendre le poste clients net, après dépréciation.

Mais le plus important est la permanence des méthodes, cad se fixer une règle et la suivre en particulier pour les régles de passation d'écritures de provisions pour dépréciation.

En général les clients pour lesquels il existe un risque réel de non recouvrement partiel ou total sont passés à un compte clients douteux. Donc exclus du calcul du DSO qui permet alors de suivre l'évolution des durées de réglement des clients actifs.

Il faut bien sûr inclure dans le tableau de bord de suivi clients un indicateur spécifique pour l'évolution du poste clients douteux :
% de douteux/par rapport au total client, évolution du poste, montant moyen des douteux etc...

Bonne journée.


Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite




Cryptocurrencies



Finyear - Daily News