Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Défaillances d’entreprises en France : pas d’amélioration en vue en 2014


Baromètre des défaillances - Panorama Coface automne 2013.



Après un pic des défaillances d’ETI, les PME à nouveau les plus en difficulté.

Le nombre des entreprises françaises en difficulté reste à un niveau élevé : sur les douze derniers mois[1], Coface a recensé 62 431 défaillances, soit une hausse de +4,3%. Les PME (+8%) sont désormais davantage pénalisées par la situation économique que les ETI (-29%). L’effet taille commence donc à s’estomper et présage d’un retour à une situation plus traditionnelle des défaillances françaises, avec des cas désormais plus nombreux mais moins « coûteux » (baisse de -7,4% du coût financier, mesuré par la dette fournisseur). En termes d’emplois, les effectifs menacés par les défaillances diminuent légèrement (-3,3%) et se stabilisent sous la barre des 200 000.

L’évolution des défaillances par secteur : une situation toujours mitigée
L’évolution du nombre et du coût des défaillances en France diffère selon les secteurs d’activité, avec deux cas de figure.
Sans surprise, la construction, la distribution et le textile-habillement continuent d’être porteurs de risques et concentrent, à eux deux, quasiment 50% des défaillances. Pire : les défaillances dans le textile-habillement et la distribution explosent en nombre et surtout en coût (+67% et +47% respectivement), conséquences d’une consommation des ménages toujours atone.
Deuxième cas de figure, les quelques secteurs dont la situation s’améliore malgré la conjoncture dégradée. Les indicateurs Coface de nombre et de coût de défaillances témoignent d’une amélioration notable dans la chimie et le papier-bois. La chute du coût financier dans la chimie atteint -76,6% sur un an, le secteur du raffinage n’ayant pas connu de défaillances majeures depuis celle de Petroplus.

2013 : une année record en nombre de défaillances
Selon les estimations Coface, l’année 2013 devrait être historiquement élevée en termes de défaillances. Après environ 60 500 cas en 2012, Coface table sur 62 500 en 2013, dont le troisième trimestre ressemble de manière préoccupante à celui de 2009.
L’exercice 2014 s’annonce délicat pour les entreprises, sans réelle amélioration sur le front des défaillances. En effet, Coface anticipe que la croissance du PIB sera proche de +0,6% seulement en 2014 (après +0,1% en 2013). Dans ce contexte, la croissance de la consommation restera faible en 2014. Celle-ci étant un élément déterminant dans le modèle de prévision de Coface, le nombre de défaillances devrait se stabiliser et conserver un niveau très élevé pour frôler à nouveau 62 000 cas.

[1] Entre novembre 2012 et octobre 2013.

Téléchargez ci-dessous l’étude complète avec un focus sur la construction qui concentre 33% des défaillances (PDF 11 pages)

Paris, 21 novembre 2013
coface.com

Jeudi 21 Novembre 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies