Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



De la nécessité de piloter financièrement les actifs informatiques


100 PC répertoriés dans les documents comptables, 80 présents physiquement dans les bureaux et 60 utilisés réellement. Cette situation n'est pas une totale fiction et correspond parfois malheureusement à la réalité commente Bruno Lemaître, directeur général d'Econocom en présentant les résultats d'une enquête réalisée par IDC sur le financement de l'informatique.




De la nécessité de piloter financièrement les actifs informatiques

Quelles sont les mesures prioritaires en matière de réduction de coûts ? A cette question clé en temps de difficultés économiques, les dépenses télécoms et informatique sont évidemment citées mais ne viennent respectivement qu'en 4e et 5e place derrière d'autres mesures jugées plus importantes.

La réduction des budgets informatiques n'est pas une sinécure dans la mesure où c'est une tendance qui s'est imposée depuis de nombreuses années - il y a une limite à la réduction relative (et non à périmètre donné) des coûts - et où 70%, voire plus des dépenses sont engagées en début de période. Résultat, les dépenses d'investissement vont être plus largement réduites en 2009 que les dépenses d'exploitation (respectivement - 2,6 % et - 3,8 %). C'est un retournement assez brutal, en 2008 les budgets ont continué à augmenter en moyenne de 1,8 % poursuivant une augmentation continue les 5 années précédentes comprise entre 3 et 5 %.

Le risque pour l'entreprise d'une réduction trop importante et trop rapide peut mettre en péril la stratégie de l'entreprise moyen / long terme et impacter l'activité en la fragilisant sur son marché face à des concurrents très actifs. Bien sûr, cet impact sera plus ou moins important selon les secteurs.

Du Capex vers l'Opex

Les équipements informatiques évoluent peu à peu du statut d'actifs immobilisables à celui de dépenses de fonctionnement. C'est le passage du Capex vers l'Opex qui « s'affirme aujourd'hui comme une condition sine qua non pour transformer la DSI en centre de coûts en un centre de services capable de refacturer en interne l'utilisation des services informatiques consommés par les différentes divisions de l'entreprise », indique Bruno Lemaître.

De la nécessité de piloter financièrement les actifs informatiques

« Avant d'arriver à ce niveau de maturité, les entreprises devront faire face à une difficulté de taille : la réconciliation des données entre DSI et DAF » considère Karim Bahloul, directeur des études/recherches chez IDC France. Selon l'enquête menée par IDC, les entreprises ont une vision cloisonnée de leur équipements informatiques : les DSI assurent le pilotage technique (exploitation, support, maintenance) tandis que les DAF prennent en charge la vision comptable des actifs immobilisés. Et encore dans de nombreuses entreprises, ces deux visions ne sont pas consolidées. « Toutefois, certaines entreprises on déjà franchi cette étape en recourant notamment aux services d'une tierce partie, le plus souvent la société de services de leasing »,

Point de vue comptable, financier et technique

Pour maîtriser, voire réduire les coûts, les entreprises ont à leur disposition toue une palette d'initiatives qu'elles peuvent sans pour autant augmenter la prise de risque. En premier et assez loin devant les autres mesures est citée la renégociation systématique des contrats avec les fournisseurs et prestataires cités par près de trois décideurs (DSI et DAF) sur quatre assez loin devant l'arrêt ou le report de certains investissements programmés.

De la nécessité de piloter financièrement les actifs informatiques

Dans la répartition des investissements réalisés en 2008, l'autofinancement représente 77%, loin devant le leasing (15 %) et l'emprunt bancaire (5 %). Sachant que dans les 2 prochaines années, les entreprises entendent développer le leasing. Les bénéfices associés à ce service financier se répartissant en deux grandes catégories : financiers et opérationnels. Ces derniers sont de trois ordres.

- Faciliter la gestion du cycle de vie des équipements informatiques allant de l'acquisition jusqu'au recyclage. Cette dernière obligation qui s'impose lentement en raison de la lourdeur de la logistique nécessaire. Les sociétés de leasing prennent en charge ce type de services. Le coût de recyclage pour une « destruction propre » est de l'ordre de 12 euros pour un écran ou de 25 euros pour un portable ;

- La possibilité de faire face à l'obsolescence rapide des équipements. Il est paradoxal dans certains cas de mobiliser du capital pour financer des équipements qui seront mis au rebut au bout de quelques mois ;

- Enfin, cela permet de disposer d'une visibilité précise du fameux TCO permettant à la DSI de refacturer des services en interne sur une base fiable.

De la nécessité de piloter financièrement les actifs informatiques

« L'efficacité du pilotage financier des actifs informatiques repose sur trois piliers : la mise en place de processus spécifiques pour le client ; la capacité à produire à partir d'un outil adaptable et ouvert ; l'expérience acquise auprès de grands clients », conclut Bruno Lemaistre.

Source : www.itrmanager.com

Laurent Leloup

Dimanche 4 Octobre 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies