Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



De l'eau à la surface de la Lune !


Une équipe franco-américaine[1], à laquelle appartient Olivier Groussin, astronome au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM : INSU-CNRS, Université de Provence, Observatoire Astronomique de Marseille Provence), a mis en évidence pour la première fois de façon non-ambigüe la présence d'eau à la surface de la Lune. L'eau est présente sur quasiment toute la surface de la Lune, en faible quantité. Cette découverte majeure bouleverse les scénari de formation de la Lune et ouvre de nouvelles perspectives scientifiques et techniques pour l'exploration du système solaire. Ce résultat est publié dans la revue Science du 25/09/2009.



La Lune, satellite naturel de la Terre, a très probablement eu une naissance violente lors d'un impact géant entre la Terre et un corps de la taille de Mars. Suivant ce scénario, la chaleur dégagée par l'impact aurait évaporé la quasi-totalité des matériaux volatils de la Lune, dont l'eau. Les échantillons lunaires ramenés par les missions Apollo (NASA) dans les années 60 et 70 ont semblé confirmer cette hypothèse puisque leur étude n'a pas montré la présence d'eau. La Lune est donc considérée comme sèche, sans eau, contrairement à la Terre.

La quête de l'eau sur la Lune ne s'est toutefois jamais arrêtée depuis les années 60. Dans les années 90, grâce à la sonde Clémentine (NASA/SDIO), les scientifiques pensaient avoir découvert de la glace d'eau au fond de certains cratères, situés dans les régions polaires et jamais exposés au Soleil ; cette découverte n'a cependant jamais été confirmée. En 2008, une équipe scientifique américaine de l'Université de Brown (Rhode Island) a ré-analysé les échantillons des missions Apollo et, grâce à des instruments d'analyse plus performants, a finalement détecté de l'eau dans certaines roches lunaires, en quantité infime (quelques centaines de particules par million). Mais toujours aucune trace d'eau en surface!

En juin 2009, la sonde spatiale EPOXI[2] de la NASA est passée à « seulement » 6 millions de kilomètres de la Lune. Grâce à son spectromètre infrarouge proche, la sonde a pu observer la surface lunaire dans le domaine des longueurs d'onde infrarouge, en particulier autour de 3 microns où l'on peut détecter des bandes d'absorption caractéristiques de la molécule d'eau. Ces observations ont permis de mettre en évidence pour la première fois de l'eau à la surface de la Lune, de façon non-ambigüe. Une telle découverte est impossible à réaliser depuis la Terre puisque l'atmosphère terrestre, elle-même remplie d'eau, est opaque autour de 3 microns.

« Grâce aux observations de la sonde spatiale NASA/EPOXI, nous avons pu démontrer que l'eau est présente en faible quantité sur presque toute la surface de la Lune, à toutes les latitudes supérieures à 10 degrés » déclare Olivier Groussin, astronome au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (INSU-CNRS, OAMP) et collaborateur scientifique à la mission NASA/EPOXI. La quantité moyenne d'eau à la surface de la Lune serait inférieure à 0,5% de la masse des matériaux de surface. Les scientifiques ont aussi découvert qu'au cours d'une journée « lunaire », plus le Soleil est haut dans le ciel, moins il y a d'eau à la surface de la Lune. Il y a donc des variations au cours des journées lunaires, avec moins d'eau en surface lorsqu'il est midi que le matin ou le soir, lorsque le Soleil est bas sur l'horizon. De même, il y moins d'eau à la surface de la Lune près de l'équateur, que près des pôles aux latitudes élevées.

De l'eau à la surface de la Lune !
Illustration du vent solaire transportant les ions hydrogène H+. Un des scénarios possible pour expliquer l'hydratation de la surface de la Lune est que, durant la journée, quand la Lune est exposée au vent solaire, les ions hydrogène libèrent l'oxygène contenu dans les minéraux lunaires pour former des molécules OH et H2O (eau). A haute température (zones rouges/jaunes), plus de molécules OH et H2O sont libérées que retenues en surface. En revanche, lorsque la température diminue (zones vertes/bleues), les molécules OH et H2O s'accumulent en surface. © Université du Maryland/F.Merlin/McREL

«L'eau détectée à la surface de la Lune est de l'eau adsorbée (avec un d) », précise Olivier Groussin. L'adsorption physique est un phénomène spontané par lequel les molécules d'eau se fixent faiblement à la surface des particules de poussière lunaire. Ces molécules d'eau adsorbées peuvent donc facilement être arrachées des poussières de surface sur lesquelles elles se trouvent, par une simple élévation de la température par exemple. Ce sont donc des molécules très « mobiles », et leur concentration en surface peut varier au cours d'un jour lunaire. Le mécanisme responsable de ces variations n'est aujourd'hui pas bien compris mais pourrait être lié au vent solaire.

De l'eau à la surface de la Lune !
Illustration du cycle diurne d'hydratation et de déshydratation de la surface lunaire. Le matin, lorsque la Lune est froide, la surface contient des molécules d'eau adsorbées (en rouge et blanc sur la figure). A midi, lorsque la Lune est plus chaude, ces molécules d'eau sont libérées et perdues. Le soir, la Lune se refroidit et retourne à un état identique à celui du matin. Donc, quel que soit le type de terrain et sa localisation, la surface entière de la Lune est hydratée pendant une partie d'un jour lunaire. © Université du Maryland/O. Groussin/McREL.

Cette découverte d'eau à la surface de la Lune est confirmée par deux autres instruments ayant effectué des observations similaires de la Lune mais à des instants différents: l'instrument M3 de la mission Indienne Chandrayaan 1 et l'instrument VIMS[3] de la mission Huygens-Cassini (ESA/NASA).

La découverte d'eau à la surface de la Lune ouvre de nouvelles perspectives scientifiques et techniques pour l'exploration du système solaire. Scientifiquement, cela nous oblige à revoir les modèles de formation et d'évolution thermique et chimique de la Lune, en incorporant la présence d'eau. Plus généralement, l'eau semble être présente dans tout le système solaire, depuis les régions glacées au-delà de Neptune jusqu'au plus près du Soleil, avec certains astéroïdes et maintenant la Lune. « Nous trouvons de l'eau dans tout le système solaire, même là où nous ne l'attendions pas il y a encore quelques années ! », déclare Olivier Groussin. Techniquement, cette découverte est aussi primordiale puisque l'eau est une ressource vitale pour l'homme. La présence de molécules d'eau à la surface de la Lune, même en faible quantité, renforce donc son rôle potentiel de base de départ pour les futurs vols habités, vers Mars notamment.

www.insu.cnrs.fr

Mardi 29 Septembre 2009
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Fred le 09/10/2009 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Franchement je suis mort de rire devant autant de naïveté.
Non, la Lune n'est pas recouverte d'eau ^ ^ Dire qu'il y a de l'eau sur la presque totalité de la surface de notre lune est d'une bêtise Grave.
Vous devriez vous ressaisir avant de dire de telles âneries au grand public.
Il y a présence d'infime trace d'eau dans le sol de la lune... c'est vrai... mais de la a faire rêver les gens en leur disant carrément comme ça que l'eau est abondante en milliards de litres.... arf arf arf. C'est burlesque.
Avec "toute l'eau" que renferme le sol lunaire... il reste plus aride que le plus aride de nos déserts terrestres. Pas question d'aller récupérer l'eau et de s'en servir un bon verre si vous voyez ce que je veux dire.
En termes économiques, rien que sur la terre il est plus rentable d'amener une réserve d'eau dans le désert que d'extraire les molécules d'eau du sable (pourtant en surabondance par rapport au sol lunaire).
S'il fallait extraire les milliards de litres d'eau de la lune... molécule par molécule... avec la surface que ça représente... et ben mon vieux on aurait meilleur compte d'apporter de l'eau par transport. Le cout de l'extraction serait astronomique.
Soyons sérieux... la seule chance que la lune puisse fournir en eau une base lunaire... ça serait de trouver une poche d'eau ou de glace suffisamment dense et abondante sous son sol. Dans un cratère miraculeusement préservé du soleil, vers les pôles par exemple.
Franchement je ne sais pas si on aura cette chance. D'où l'intérêt de l'expérience en cours de la NASA.
Sachez toute fois que cette expérience à déjà été tentée sans succès par le passé.
Ce qui serait cool c'est de tomber sur une poche d'eau.... mais vu ce que l'on sait de la lune et de son environnement... c'est loin d'être gagné.
Alors soyez patient et en attendant de savoir si le jack pot existe... arrêter de faire croire des aneries aux gens. Non la lune n'est pas "pleine" d'eau.
Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

@+

Réponse CFO-news :
Effectivement le titre est accrocheur...et vous avez raison d'apporter ces précisions qui nous l'espérons seront lues par le CNRS, auteur de cet article.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News