Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Convergence du Développement Durable et du Numérique : Risques et Opportunités


La convergence du développement durable et du numérique s’accélère, les exemples d’initiatives et d’applications se multiplient. L’émergence du numérique semble ouvrir des perspectives nouvelles afin d’atteindre les objectifs du développement durable au niveau local, régional, international.



Constant Calvo
Constant Calvo
On assisterait à une prise de conscience grandissante des entreprises, des États, et de l’opinion publique sur les enjeux stratégiques que représente la promotion et la mise en œuvre du développement durable numérique ; d’autant que le développement durable numérique ferait émerger des opportunités de marchés.

On loue la capacité du numérique à optimiser les performances environnementales, économiques, sociales et sociétales des entreprises.

L’ensemble des acteurs s’active toujours davantage et fait montre de créativité et d’innovation, il affirme sa volonté de renforcer la convergence du numérique et du développement durable ; et si les technologies du numérique constituent un outil pour le développement durable, elles représentent elles-mêmes un secteur d’activité économique où s’appliquent les engagements en faveur de ses enjeux stratégiques. On parle de culture numérique de l’environnement.

C’est ainsi, par exemple, que la ville numérique durable est en train de voir le jour, le numérique se révélant un enjeu commun de développement social, sociétal et territorial. Des applications de plus en plus performantes sont développées avec pour objectif l’amélioration du fonctionnement urbain et des services apportés aux populations dans une perspective de développement durable, soit le renforcement du lien social, de l’attractivité économique, et de la préservation de l’environnement.

Mais le débat reste ouvert. Soyons lucides et vigilants. On aurait tort de céder trop facilement aux sirènes du numérique. Celui-ci ne doit-il pas d’abord faire la preuve qu’il favorise l’atteinte des objectifs du développement durable ?

Interrogation essentielle que Terminal, Revue de réflexion critique sur les mutations de la société à partir de la question des nouvelles technologies de l’information, dans son dossier (n° 106-107, Mars 2011) « Le développement durable à l’épreuve des TIC », pose clairement en ces termes :

« Pour autant, les outils offerts par les TIC favorisent-ils une meilleure gouvernance et une vie plus démocratique dans les sociétés humaines ?

Certes, les TNIC bénéficient, comme c’est souvent le cas avec une nouvelle technologie, d’un a priori favorable qui les crédite de nombreuses qualités : réduction de la fracture cognitive entre individus et entre pays, diminution de notre empreinte écologique, soutien à la diversité culturelle, renforcement de la démocratie, émancipation des consciences, transparence des décisions, etc. Il est permis de penser que ces vertus sont surévaluées sous l’effet d’un vent prométhéen qui serait propice au développement durable.

Dans le secteur automobile, l’injection électronique permet de réduire la consommation de carburant mais contribue-t-elle pour autant à réduire la facture énergétique globale si elle rend plus attractif le véhicule qui en est équipé ou si elle pousse son conducteur à faire plus de kilomètres ?

La puissance de diffusion de l’information est-elle mise au service d’une société plus juste et plus économe en services naturels ? Dans quelle mesure une meilleure éducation au développement durable facilite-t-elle l’émergence de comportements de consommation durable ? Les technologies de contrôle de notre environnement naturel mises en œuvre pour le protéger présentent-elles un risque de détournement anti-démocratique ? Les besoins énergétiques et en matières premières suscités par la production et l’usage des TNIC remettent-ils en question leur caractère central dans l’évolution des sociétés humaines au 21e siècle ? »


Sait-on qu’Internet génèrerait toutes les années plus de gaz à effet de serre que le transport aérien ? Selon une étude récente du cabinet Carbone 4, le numérique consommerait 10% de la production mondiale d’électricité, un chiffre appelé à doubler d’ici 10 à 20 ans.

Or, nous sommes tous concernés. Selon l’Association Communication et Information pour le Développement Durable (ACIDD) « Les gestes les plus simples liés à l’utilisation d’Internet ont eux aussi un impact environnemental qui va en s’accroissant avec les nouveaux usages comme la consultation en ligne, la vidéo, les transferts de fichiers volumineux, etc. »


Constant Calvo, Directeur associé ADHERE RH
http://blog.adhere-rh.com

Vendredi 29 Novembre 2013
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News