Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Coface revoit à la hausse son estimation du choc de croissance mondiale


Les nouvelles prévisions de croissance de Coface publiées aujourd’hui font état d’un choc de croissance de 6,6 points entre 2007 et 2009. Coface estime la récession de 2009 à -2,5%, et une reprise de la croissance en 2010 qui s’établirait à 1,7%.



Avertissement : la notation pays Coface ne concerne pas la dette souveraine puisqu’elle indique le niveau de risque moyen présenté par les entreprises d’un pays dans le cadre de leurs transactions commerciales. Cette évolution moyenne ne préjuge pas celle de la note de chaque entreprise, qui reste déterminée par ses caractéristiques propres : il est donc indispensable pour les partenaires d’une entreprise d’un des pays cités de vérifier son évaluation spécifique par Coface.

Après avoir dégradé 22 pays en janvier puis 47 en avril, Coface procède à 13 nouvelles révisions de notes à la baisse, principalement pour des petites ou moyennes économies fortement dépendantes du commerce international.
Des signaux de fin de récession sont perceptibles, et le scénario d’une reprise « en L penché », faible et lente, reste le plus probable.

Coface revoit à la hausse son estimation du choc de croissance mondiale

5ème crise de crédit : Un choc de croissance de 6.6 points entre 2007 et 2009
Coface prévoit une récession mondiale de -2,5% en 2009 (pays industrialisés : -3,9% et pays émergents : +0,7%) et une croissance positive mais faible de 1,7% en 2010. La reprise attendue en 2010 est faible pour les pays industrialisés (0,5%), mais meilleure pour les pays émergents (4,1%). Cette ré-estimation intègre un décrochage de la croissance plus important que prévu au début de l’année, et elle suppose un arrêt de cette chute dans les semaines qui viennent. Ainsi, le différentiel de croissance mondiale entre 2007et 2009 atteint 6,6 points, un choc de croissance d’une ampleur exceptionnelle. La CEI et l’Europe émergente sont les zones où le choc de croissance est le plus important.

Coface revoit à la hausse son estimation du choc de croissance mondiale

13 nouvelles dégradations de notes, mais des signaux positifs en Chine et en Inde
L’Europe de l’Ouest semble avoir atteint le point bas de la récession. La plupart des pays européens voient leurs notes inchangées, à l’exception de l’Autriche, des Pays-Bas et de la Finlande (notes déclassées de A1 surveillance négative en A2) en raison du recul de la demande extérieure. Coface place également la note A3 du Portugal sous surveillance négative en raison de la forte contraction de la consommation des ménages et du recul des exportations et de l’investissement.

L’Europe Emergente est la zone dont l’économie réelle est la plus touchée par la crise et dont les monnaies sont encore fragiles. La Slovaquie (A3) est mise sous surveillance négative en raison du recul marqué de l’activité économique, ainsi que les Pays Baltes, en raison de l’ampleur de la récession qui pèse sur les entreprises très endettées.

L’Amérique Latine montre une certaine capacité de résistance à la crise mondiale mais l’Amérique centrale pâtit de la récession nord-américaine. Ainsi Coface place sous surveillance négative les notes des petites économies qui continuent à subir les conséquences de la crise aux Etats-Unis (Costa Rica, El Salvador, Guatemala). Au Venezuela, l’accès à la liquidité en dollars devient plus difficile, ce qui entraine une montée des retards de paiement.

L’Asie Pacifique est la zone qui concentre le plus de signaux positifs. Les signes de reprise dans les deux plus grandes économies de la zone sont d’ores et déjà perceptibles. Coface conserve toutefois la surveillance négative placée sur la note A3 de la Chine en janvier 2009, en raison des problèmes récurrents des entreprises du secteur privé, où le risque d’impayés est le plus élevé.
« Trois types de signaux positifs militent pour un scénario de reprise de la croissance en « L penché », déclare François David, Président de Coface, « Certains agrégats de l’économie réelle s’améliorent (vente de détail, immobilier et destructions d’emplois aux USA, production industrielle au Royaume-Uni), les enquêtes d’anticipation des acteurs de l’économie réelle sont à nouveau orientées à la hausse et les acteurs financiers montrent un regain d’appétit pour le risque ». « Notre scénario en L penché est toutefois tributaire de la confiance des acteurs qui est encore fragile ».

Coface revoit à la hausse son estimation du choc de croissance mondiale

A propos de Coface
Coface a pour mission de faciliter les échanges entre toutes les entreprises partout dans le monde. Pour cela, Coface offre à ses 130000 clients quatre outils pour externaliser en tout ou partie la gestion, le financement et la protection de leur Poste clients : l’assurance-crédit, l’affacturage, la notation et l’information d’entreprise et la gestion de créances. Coface propose également, en France, la gestion des garanties publiques à l’exportation pour le compte de l’Etat. Grâce à un service de proximité de qualité et 7 000 collaborateurs répartis dans 65 pays, plus de 45% des 500 plus grands groupes mondiaux sont déjà clients de Coface. Coface est filiale de Natixis dont les fonds propres (tier 1) s’élèvent à fin décembre 2008 à 13,4 milliards d’euros.
www.coface.fr

Mardi 7 Juillet 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News