Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



Chateaubriand et Hortense Allart, deux générations romantiques


Chateaubriand et Hortense Allart, deux générations romantiques
Jeudi 21 janvier 2010 à 19 h



Les sœurs Allart, par Louis Ducis (vers 1815) - huile sur toile - coll. Société Chateaubriand © Société Chateaubriand
Les sœurs Allart, par Louis Ducis (vers 1815) - huile sur toile - coll. Société Chateaubriand © Société Chateaubriand
Rencontre-débat avec Ariane Charton, écrivain, spécialiste de littérature romantique

« Si je rencontrais sur mon chemin une fille délicate, spirituelle et forte, je lui dirais de faire comme j’ai fait, de suivre noblement la nature », écrivait Hortense Allart, qui durant toute son existence se laissa guider par les élans de son cœur. Rien d’étonnant qu’elle ait su séduire Chateaubriand, en 1829, alors qu’il était ambassadeur à Rome…

Née à Milan en 1801, Hortense Allart a passé son enfance dans un monde où Chateaubriand et Mme de Staël faisaient figure de référence. Son père, homme d’affaires très en vue durant l’Empire, fut un ami de Talma et recevait beaucoup. Sa mère, Marie-Françoise Gay, auteur de romans, était la belle-sœur de Sophie Gay, femme de lettres dont le salon ne désemplissait pas. Hortense, à la mort de ses parents, fut une protégée de Mme Regnault de Saint-Jean d’Angely et de Mme Hamelin, deux Merveilleuses qui n’avaient pas laissé l’Enchanteur indifférent. Hortense publia à 22 ans un roman historique puis des Lettres sur Mme de Staël, des récits inspirés de ses amours et de ses expériences intimes comme Gertrude, mais aussi des essais consacrés à la place de la femme dans la démocratie, à l’histoire de Florence, à la religion et à la littérature latine pour laquelle elle avait une prédilection. Érudite, forte de ses opinions libérales, elle fut une amie de Béranger, de Thiers, de Sainte-Beuve mais aussi de George Sand et de Marie d’Agoult avec lesquels elle aimait débattre. Sa vie amoureuse et intellectuelle fait d’elle l’un des plus beaux personnages féminins du romantisme français, à la fois libre et passionné.

Ariane Charton

Ariane Charton est née à Bourges en 1975. Après des études de lettres modernes, elle s’est spécialisée dans l’étude de l’époque romantique. Elle a publié Le Roman d’Hortense (Albin Michel), consacré à Hortense Allart, la dernière maîtresse de Chateaubriand, et a établi l’édition de la correspondance entre Marie Dorval et Vigny (Mercure de France, coll. Le Temps retrouvé). Elle est aussi l’auteur de pièces radiophoniques et d’une anthologie, Cher papa, les écrivains parlent du père (J.-C. Lattès). Début 2010, à l’occasion des deux cents ans de sa naissance, elle publiera une biographie d’Alfred de Musset (Gallimard, coll. Folio biographie).

www.maison-de-chateaubriand.fr

Mercredi 6 Janvier 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News