Quotidien Finance, Corporate Finance, Crypto Finance, ICO, STO, Blockchain Daily News


              



Bourses : In May go away, in June bad fortune.


Ne l'oublions jamais : même s'ils peuvent parfois paraître complexes, voire impressionnants, les marchés financiers ne sont finalement qu'une simple représentation des relations humaines. Balzac aurait parlé de la « Comédie humaine » et Angelo Beolco (dit Ruzzante) de la « Commedia dell'arte ». Pour faire encore plus simple, John Maynard Keynes évoquait les « animal spirits », c'est-à-dire les instincts animaux qui sont tels que, dans le climat troublé qui prévaut sur les marchés, le mimétisme est préféré à la rationalité économique. En effet, face à l'incertitude et à la peur, les investisseurs suivent souvent le troupeau tête baissée, fonçant tout droit vers le vide. Les amateurs de Rabelais retrouveront sans difficulté la matérialisation des fameux moutons de Panurge.



Marc Touati
Marc Touati
Et justement, dans ce panurgisme structurel, les investisseurs cherchent régulièrement des règles ou plutôt des adages auxquels se raccrocher, a fortiori dans des périodes comme celles que nous vivons depuis la crise de 2008, qui ont renforcé les incertitudes et brouillé davantage les pistes entre les marchés financiers et la réalité économique.

Sans faire un catalogue de ces dictons (il en faudrait presque un livre), rappelons-en quelques-uns : « Acheter la rumeur et vendre la nouvelle », « acheter au son du canon et vendre au son du clairon », « vendre à Rosh Hashana et acheter à Kippour », « on ne rattrape pas un couteau qui tombe », « tant qu'on n'a pas vendu, on n'a pas perdu », ou encore « à long terme, on est sûr de gagner », et, enfin, pour coller à l'actualité brûlante, « sell in May and go away ».

En fait, comme tous les dictons, ces proverbes boursiers sont loin d'être toujours vérifiés. Essayez par exemple d'expliquer à un investisseur qui a misé sur le Nikkei en 1990 (lorsqu'il valait 40 000 points) qu'il est sûr de gagner sur le long terme… Peut-être que ses petits-enfants reverront un jour l'indice phare de la bourse de Tokyo à un tel niveau...

Il en est de même pour le fameux mois de mai, qui serait traditionnellement un mois baissier pour les indices boursiers. Sans remonter aux calendes grecques, l'observation du Dow Jones depuis 2000 infirme cette hypothèse. En effet, sur les seize derniers mois de mai, seuls huit ont été négatifs pour le Dow Jones.

De plus, bien loin des conjectures funestes relatives au mois de mai, seuls deux d'entre eux ont enregistré une forte décrue, en l'occurrence - 7,9 % en mai 2010 et - 6,2 % en mai 2012. A l'inverse, depuis 2000, quatre mois de mai ont été particulièrement euphoriques : 2003 (+ 4,4 %), 2007 (+ 4,3 %), 2009 (+ 4,1 %) et 2013 ( + 3,4 %). Ce n'est donc plus « go away » mais « golden way »…

Encore mieux, ou plutôt encore pire pour les « superstitieux du mois de mai », la variation moyenne de ce dernier entre 2000 et 2015 a été légèrement positive, soit précisément + 0,04 %, c'est-à-dire toujours très loin du scénario catastrophe.

N'en déplaise aux devins du calendrier, il faut donc se rendre à l'évidence : il n'y a pas de règle boursière relative au mois de mai. Tout dépend du contexte économico-politico-financier du moment. Or, pour cette année, force est de constater que ce celui-ci milite pour une forte baisse boursière. Non seulement, parce que les indices boursiers ont exagérément progressé en mars-avril, mais aussi parce que les récents indicateurs économiques tournent au rouge. Les derniers indices Markit apparaissent ainsi sans appel et montrent que la croissance mondiale va encore nettement ralentir au cours des prochains trimestres.

Dès lors, après un mois de mai difficile, celui de juin pourrait bien être encore plus dramatique. D'ailleurs si, depuis 2000, les mois de mai n'ont pas été si négatifs que certains le voudraient, ceux de juin ont été bien plus dévastateurs. En effet, douze d'entre eux ont consacré une variation négative du Dow Jones. Au cours de celui de 2008, un mini-krach a même été enregistré (- 10,2 %). A l'inverse et contrairement aux belles performances du mois de mai, aucun mois de juin n'a bénéficié d'une forte progression, la plus élevée atteignant simplement 3,6 % en 2010. Au total, la variation moyenne du Dow Jones au cours des seize derniers mois de juin a été négative, à savoir - 1,6 %.

En d'autres termes, s'il y a bien un mois dont il faut se méfier c'est plutôt celui de juin, qui, avec août et septembre, constituent une sorte de triangle des Bermudes des marchés boursiers. De quoi réconforter les « mages du calendrier »…

Cette année encore ne devrait pas déroger à cette règle. Car, si le mois de mai pourrait réserver pas mal de mauvaises surprises, les dangers de juin s'annoncent particulièrement coriaces : le 2, réunion de la BCE, qui pourrait durcir son discours ; idem le 15, avec la Réserve fédérale américaine ; et surtout : nouveau couperet pour la Grèce qui va devoir rembourser 5,6 milliards d'euros en juin, on ne sait pas encore comment ; référendum sur le Brexit le 23 ; élections législatives à hauts risques en Espagne le 26 ; sans oublier, entretemps, la poursuite voire l'exacerbation de la crise politique au Brésil, mais aussi la publication de nombreuses enquêtes de conjoncture à travers la planète qui pourraient encore jeter le doute sur l'état de la croissance mondiale.

Au total, pas besoin d'être devin pour comprendre que les marchés boursiers internationaux vont rester particulièrement chahutés au cours des deux prochains mois, et certainement jusqu'à la fin de l'année, avec notamment les élections présidentielles américaines de novembre.

Dans ce cadre, nous continuons d'anticiper que les principaux indices boursiers occidentaux, et notamment le Cac 40 et le Dow Jones, devraient perdre environ 10 % au cours des trois prochains mois, avant de remonter légèrement en fin d'année, le tout au milieu d'une tempête de volatilité très difficilement maîtrisable. Accrochez-vous !

Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com;


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 9 Mai 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News