Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year
Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year
 
 
 
 


              



Blockchain : Allianz Risk Transfer et Nephila dans le cadre des swaps catastrophe


La technologie des « contrats intelligents » facilite et accélère le processus de déclenchement des swaps et des obligations catastrophe. Le pilote d’ART est l’une des applications tentées par la division « Disruptive Technologies » d’Allianz pour saisir les opportunités futures offertes par la blockchain.



Allianz Risk Transfer AG (ART) et Nephila Capital Limited (Nephila) ont annoncé être parvenus à maîtriser l’utilisation de la technologie des « smart contracts » (contrats intelligents) basée sur celle de la blockchain pour mettre en œuvre un swap de risque de catastrophe naturelle. Le test effectué ne dévoile pas uniquement le fort potentiel d’accélération et de simplification du traitement des transactions et des règlements entre assureurs et investisseurs offert par les contrats basés sur la blockchain. Les résultats obtenus font également ressortir d’autres avantages, tels que la négociation facilitée des obligations catastrophe, et la possibilité d’appliquer cette technologie à d’autres opérations d’assurance.

Les « cat swaps » et les « cat bonds » (contrats d’échange et obligations catastrophe) sont des instruments financiers qui permettent de transférer un ensemble de risques spécifiques, généralement les risques associés à une catastrophe naturelle comme une tempête ou un ouragan, d’un assureur vers un investisseur ou d’autres assureurs, en utilisant des facteurs déclencheurs avec des paramètres définis. Dans le cas d’un swap catastrophe, l’assureur paye un tiers pour qu’il prenne en charge le risque financier associé à un événement déterminé, tel qu’un ouragan en Floride, en échange d’un paiement ou d’une série de paiements. Si l’événement se produit et réunit les critères déclencheurs prédéfinis, le tiers est responsable du risque financier préalablement accepté.

Les obligations catastrophe suivent une approche semblable, mais plusieurs parties supportent le risque de catastrophe en investissant dans un instrument de titrisation financière. Si un événement correspondant aux termes du contrat survient, les investisseurs perdent le capital investi; dans le cas contraire, ils reçoivent les intérêts sous forme de coupons périodiques, ainsi que le rendement de leur investissement lorsque l’obligation arrive à échéance.

La technologie des contrats automatisés, basée sur la blockchain, est susceptible de faciliter et d’accélérer le processus de gestion des contrats d’échange et des obligations catastrophe. Chaque contrat validé inscrit sur l’infrastructure publique partagée contient des données et des codes auto-exécutables qui lui sont propres. Lorsqu’un événement déclencheur se produit et réunit les conditions contractuelles, le contrat intelligent de la blockchain sélectionne les sources de données prédéfinies de tous les participants, y compris les mises à jour, puis active et exécute automatiquement les paiements et les transactions.

« La technologie blockchain augmente la fiabilité, les possibilités de contrôle et la rapidité dans le cadre des contrats d’échange et des obligations catastrophe, en limitant les interventions manuelles d’intermédiaires associées au traitement, à l’authentification et aux vérifications visant à confirmer la légitimité des paiements/transactions en faveur et en provenance des investisseurs », explique Richard Boyd, directeur mondial de la souscription d’ART. « Le remplacement de l’intervention humaine actuellement requise tout au long du processus empêche tout report « frictionnel » et tout risque d’erreur humaine, avec un impact radical sur la rapidité et l’efficacité du processus et, dans le cas des obligations, sur la facilité de négociation des titres. »

La blockchain est la technologie sous-jacente de la monnaie virtuelle appelée le bitcoin, mais le secteur financier exploite d’autres usages possibles, comme avec la monnaie cryptographique ou les contrats automatisés. La technologie des contrats intelligents permet une exécution numérique des contrats avec de grands livres comptables automatiques et partagés, conçus pour être infalsifiables, et donc capables de réduire nettement les fonctions d’arbitrage habituellement exercées par des établissements tiers, tels que les banques, les intermédiaires et les administrateurs, les auditeurs et les chambres de compensation.

De nouvelles opportunités d’utilisation de la blockchain

ART et Nephila ont travaillé avec un certain nombre d’entreprises pour démontrer la faisabilité de la solution et sont convaincues des possibilités d’adapter davantage cette technologie au secteur de l’assurance. À titre d’exemple, elle pourrait permettre d’optimiser les processus de paiement dans le cadre du « fronting » international pour les captives d’assurance, impliquant de respecter de multiples étapes pour transférer les primes d’une entreprise vers sa filiale.

Laura Taylor, directeur associé de Nephila, précise : « Nous pensons que la technologie représente l’avenir de l’assurance. Nous avons énormément investi en ce sens et nous réjouissons de pouvoir prolonger notre collaboration stratégique de longue date avec ART pour utiliser la blockchain. »

« Dans le cadre de notre transition vers le numérique, la blockchain représente un moyen prometteur d’offrir à nos clients des services plus transparents, plus fonctionnels et plus rapides », indique Solmaz Altin, qui dirige la transformation numérique du Groupe Allianz en tant que Directeur digital. « La blockchain est, de toute évidence, une technologie fascinante et nous commençons à explorer les possibilités d’utilisation qu’elle offre dans différents domaines », déclare Michael Eitelwein, Directeur des technologies de rupture du Groupe Allianz.

À propos d’Allianz Risk Transfer
Allianz Risk Transfer AG (ART) est le centre de compétences dédié à l’activité de transfert de risque alternatif du Groupe Allianz, offrant des solutions sur mesure en matière d’assurance, de réassurance et de gestion du risque non traditionnelle aux clients industriels et financiers dans le monde entier. Fondée en juin 1997, la société est une filiale exclusive d’Allianz Global Corporate & Specialty SE. ART opère via des sociétés affiliées sises à Amsterdam, dans les Bermudes, à Dubaï, Londres, New York et Zurich. Son répertoire client couvre l’ensemble des secteurs et la société propose des solutions efficaces pour les risques inhabituels ou complexes, auxquels les produits classiques d’assurance, de réassurance et financiers ne sont pas adaptés. Actuellement, la note Standard & Poor’s d’ART AG est AA- et sa note A.M.Best est A+. art.allianz.com

À propos de Nephila Capital Limited
Nephila Capital Ltd. est un gestionnaire d’investissement leader, spécialiste de la réassurance et du risque climatique. Nephila gère un encours d’environ 9,5 milliards USD au 1er avril 2016 et gère des actifs institutionnels dans ces secteurs depuis sa création en 1998. La société compte 100 collaborateurs à travers le monde, situés dans les Bermudes (siège), à San Francisco (Californie), à Nashville (Tennessee) et à Londres.
nephila.com

Pour lire tous les articles Finyear dédiés Blockchain rendez-vous sur www.finyear.com/search/Blockchain/

Participez aux prochaines conférences Blockchain éditées par Finyear :
Blockchain Vision #4 + Blockchain Pitch Day #1 (28 juin 2016)
Blockchain Hackathon #1 (octobre 2016)

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 17 Juin 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear