Quotidien Fintech, Blocktech, DeFi, Blockchain
              


Mardi 8 Juin 2021

Bitcoin, quelle valeur ajoutée pour l'économie du Salvador ?


Avertissement : Le texte ci-dessous est un communiqué de presse qui n'a pas été rédigé par Finyear.com.
Disclaimer: The text below is a press release that was not written by Finyear.com.



Par Spyros Galanis, chef du département d'économie de la "City, University of London" :

“La principale raison de l’introduction du bitcoin comme monnaie légale au Salvador est d’amener dans le système bancaire les personnes “non bancarisées", car environ 70 % d’habitants du Salvador n'ont pas de compte bancaire, en revanche presque tout le monde possède un téléphone portable. Ainsi, les gens peuvent se connecter à la banque en ligne par le biais d'une application. En outre, une grande partie du PIB du pays (environ 20 %) dépend des envois de fonds de l'étranger, mais les frais de telles opérations restent très élevés. Une solution impliquant le bitcoin peut réduire considérablement ce coût, en créant ainsi une grande valeur ajoutée pour l’économie du Salvador. Enfin, le Salvador en tant que pionnier de cette initiative pourrait attirer des investissements de la part d'entreprises désireuses de créer un écosystème autour de Bitcoin.

D'un autre côté, l'extrême volatilité du prix du bitcoin peut le rendre inadapté aux personnes relativement pauvres qui ne veulent pas prendre de risques excessifs. En outre, le bitcoin est principalement utilisé comme réserve de valeur ou pour la spéculation, mais pas pour l'achat et la vente de biens et de services, et il n'est pas certain que les Salvadoriens l'utiliseront dans leurs transactions quotidiennes.

En conclusion, il s'agit d'une expérience intéressante pour le bitcoin. Les petits pays qui n'ont aucun contrôle sur leur politique monétaire, comme le Salvador dont la monnaie est le dollar américain, regarderont de près et pourraient suivre si les avantages sont significatifs. D'un autre côté, cela créerait un défi pour les principales monnaies de réserve, comme le dollar américain, ce qui pourrait entraîner des contre-mesures de la part des grandes économies.”


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS