Finyear: New Finance & Blocktech Daily News
              



Vendredi 31 Mai 2013

Belgique : plus de huit CFO sur dix mettent la fiabilité des profils LinkedIn en doute


87 % des CFO et directeurs financiers trouvent les profils LinkedIn parfois ou jamais fiables. 83 % jugent les CV traditionnels plus fiables que les profils LinkedIn. L’expérience (65 %), la formation (39 %) et les compétences (38 %) sont perçues comme les éléments les plus importants lors de la consultation des profils sur LinkedIn.



Alors que près d’un million et demi d’individus possèdent un compte LinkedIn[1] en Belgique, près de neuf CFO et directeurs financiers sur dix (87 %) estiment que les informations figurant dans les profils LinkedIn sont parfois (70 %) voire jamais (17 %) fiables. Tel est ce qui ressort d’une enquête réalisée par Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé.

Absence de système de validation

Interrogés sur les raisons pour lesquelles ils jugent l’information non fiable et imprécise, près de quatre CFO et directeurs financiers sur dix (39 %) invoquent l’absence de système permettant de valider les renseignements. Par ailleurs, plus d’un tiers (36 %) citent la possibilité de gonfler son CV. 16 % ne croient pas vraiment dans la fiabilité des informations en raison de l’anonymat relatif des réseaux sociaux, mais aussi de l’absence de mises à jour régulières des profils (10 %).

Le CV traditionnel jugé plus fiable

S’agissant de la comparaison des profils LinkedIn et des CV traditionnels, plus de huit répondants sur dix (83 %) jugent ces derniers plus fiables et plus précis que les profils postés sur LinkedIn. 28 % sont par contre d’avis que les informations contenues dans les profils LinkedIn sont plus fiables et plus précises.

Joël Poilvache, Directeur de Robert Half, commente ces résultats : « En plus d’être un puissant outil de networking, LinkedIn est aussi devenu un instrument de recrutement. Les entreprises et les consultants l’utilisent de plus en plus pour trouver des candidats potentiels. Il est donc de la plus haute importance que les professionnels présents sur LinkedIn gèrent leur réputation en ligne, notamment en tenant leur profil à jour et en veillant à l’exhaustivité des informations publiées. L’enquête démontre néanmoins que l’essor des médias sociaux dans l’univers professionnel n’est pas près de sonner le glas des CV traditionnels. »

L’expérience avant tout

La question suivante a été posée à 200 CFO et directeurs financiers : « Parmi les éléments suivants, lesquels jugez-vous importants lorsque vous consultez des profils sur LinkedIn ? »
Expérience 65%
Formation initiale 39%
Compétences 38%
Références 35%
Données du profil à jour 33%
Recommandations 27%
Nombre de connexions 13%
Mises à jour du statut 12%
Groupes d’appartenance 6%
Source : enquête de Robert Half réalisée auprès de 200 CFO et directeurs financiers en Belgique – plusieurs réponses possibles

Interrogés sur les éléments qu’ils estiment importants lors de l’évaluation des profils LinkedIn, près de deux tiers (65 %) des CFO et directeurs financiers citent en premier lieu l’expérience, suivie de la formation et des compétences avec 39 % et 38 % respectivement.

Robert Half a publié un guide qui expose les règles de conduite à suivre sur les réseaux sociaux et fournit des conseils sur la manière de gérer les situations les plus délicates sur Internet.

À propos de l’enquête
L’enquête est une initiative de Robert Half et a été menée en tout anonymat entre décembre 2012 et janvier 2013 par Market Probe, un bureau d’étude indépendant, auprès de 200 CFO et directeurs financiers partout en Belgique.

Robert Half

Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Finyear: latest news, derniers articles


Morning Newsletter



Le marché des cryptos




Finyear - Daily News