Quotidien future finance
              



Baromètre des risques 2020 d’Allianz : les incidents cyber pour la première fois en tête des risques d’entreprise


Baromètre des risques 2020 d’Allianz.



• Cette 9e enquête annuelle sur les principaux risques d’entreprise a enregistré un nombre record de participants, soit plus de 2 700 experts dans plus de 100 pays.
• Les incidents cyber causent des dommages et des frais de plus en plus élevés aux entreprises, entraînant souvent par la suite des poursuites judiciaires et des litiges.
• Les interruptions d’activité se classent en deuxième position, mais demeurent un défi de taille : le développement du numérique et les troubles sociaux sont de nouvelles causes de perturbations et de pertes d’exploitation.
• Le changement climatique n’a jamais été aussi haut placé. Les entreprises sont particulièrement préoccupées par les dommages matériels causés par des événements climatiques extrêmes, mais elles craignent aussi les réactions des consommateurs et le durcissement des mesures réglementaires ou législatives.
• Ce baromètre explore également les principaux risques de différents secteurs industriels, notamment dans la marine et transports maritimes (nº1 Incendies et explosions, nº2 Catastrophes naturelles et nº3 Incidents cyber), et dans l’aviation, le spatial et la défense (nº1 Incidents cyber, nº2 Interruptions d’activité et nº3 Évolutions législatives et réglementaires).

Dans le neuvième Baromètre des risques 2020 d’Allianz, les incidents cyber (39% des réponses) figurent pour la première fois en tête des risques d’entreprises dans le monde, reléguant en deuxième position les interruptions d’activité (37% des réponses), longtemps détentrices de la première place. La sensibilisation au risque cyber s’est rapidement développée ces dernières années, en raison notamment de la dépendance croissante des entreprises aux bases de données et systèmes d’information, et de la médiatisation de plusieurs incidents. Il y a sept ans, ce risque figurait en 15e position, avec seulement 6% des réponses.

Les évolutions législatives et réglementaires (nº3 avec 27%) et le changement climatique (nº7 avec 17%) progressent le plus dans le classement mondial des risques, ce qui témoigne d’une préoccupation accrue des entreprises et des pays concernant la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, le Brexit et le réchauffement climatique. L’enquête annuelle sur les risques d’entreprise dans le monde réalisée par Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) recueille les opinions d’un nombre record de 2 718 experts dans plus de 100 pays, incluant des directeurs généraux, gestionnaires de risques, courtiers et assureurs.
Les dix principaux risques en France

« Les incidents cyber, les interruptions d’activité et les incendies et explosions restent des préoccupations majeures pour les entreprises en France, indique Corinne Cipière, directrice générale d’AGCS France. Toutefois, il n’est pas surprenant que les risques politiques et la violence fassent leur entrée dans le top 10 des risques, le mouvement des gilets jaunes et les récents conflits sociaux touchant l’économie et les entreprises françaises. ».

Les principaux risques d’entreprise dans le monde en 2020

« Le baromètre des risques 2020 d’Allianz montre que les incidents cyber et le changement climatique sont deux grands défis que les entreprises devront surveiller étroitement dans cette nouvelle décennie, souligne Joachim Müller, directeur général d’AGCS. Bien entendu, les entreprises feront face à de nombreux autres scénarios de dommages et de perturbations. Mais si les conseils d’administration et les gestionnaires de risques n’abordent pas les risques liés aux incidents cyber et au changement climatique, les conséquences seront importantes sur le rendement opérationnel, les résultats financiers et la réputation de leurs entreprises auprès des parties prenantes. L’anticipation de ces risques assurera un avantage concurrentiel et la solidité commerciale aux entreprises concernées, à l’ère du numérique et du réchauffement climatique. »

Les risques cyber continuent d’évoluer

Les incidents cyber constituent non seulement le premier risque dans le monde, mais aussi l’un des trois premiers dans la plupart des pays sondés et le premier risque d’entreprise en Afrique du Sud, Autriche, Belgique, Corée du Sud, Espagne, États-Unis, France, Inde, Royaume-Uni, Suède et Suisse. Les entreprises sont confrontées à des violations de données de plus en plus vastes et coûteuses, à une intensification des attaques par ransomwares et des usurpations d’identité, ainsi qu’à la perspective d’amendes ou de litiges liés à la protection de la vie privée à la suite d’un événement. Une violation majeure de données, portant sur plus d’un million d’enregistrements compromis, coûte aujourd’hui en moyenne 42 millions de dollars[1], soit 8% de plus que l’année précédente. « Les incidents causent des dommages plus importants, ciblant davantage les grandes entreprises par des attaques sophistiquées et des tentatives d’extorsion considérables, observe Marek Stanislawski, directeur mondial adjoint du risque cyber chez AGCS. Il y a cinq ans, la rançon exigée se serait généralement élevée à quelques dizaines de milliers de dollars. Aujourd’hui, elle peut atteindre plusieurs millions. »

Interruption d’activité : une menace accentuée par de nouveaux facteurs

Après sept ans en tête du classement, les interruptions d’activité rétrogradent à la deuxième place du Baromètre des risques d’Allianz. Cependant, la tendance aux pertes d’exploitation plus importantes et plus complexes se poursuit. Les causes sont de plus en plus diverses, allant de l’incendie, l’explosion ou la catastrophe naturelle à la défaillance de la chaîne d’approvisionnement connectée, voire la violence politique. « Aujourd’hui, la digitalisation des chaînes d’approvisionnement et plateformes logistiques permet la transparence et la traçabilité des marchandises. Toutefois, un incendie dans un centre de données, un problème technique ou un piratage peuvent entraîner d’énormes pertes d’exploitation pour de nombreuses entreprises dépendant d’un même système informatique et ne pouvant pas revenir aux procédures manuelles », explique Raymond Hogendoorn, directeur mondial de l’indemnisation dommages et risques techniques chez AGCS.

Les entreprises sont aussi de plus en plus exposées à l’impact direct ou indirect des émeutes, troubles sociaux ou attentats terroristes. L’année dernière, les troubles à l’ordre public se sont intensifiés à Hong-Kong, au Chili, en Bolivie, en Colombie et en France. Ils ont entraîné des dommages aux biens, des interruptions d’activité et des pertes d’exploitation d’entreprises locales ou multinationales, dont les magasins ont dû rester fermés pendant plusieurs mois, les commerces ont été désertés par les clients et les touristes, ou le personnel n’a pu travailler pour des raisons de sécurité.

Les évolutions législatives et réglementaires passent de la quatrième à la troisième place du Baromètre des risques d’Allianz. Les tarifs douaniers, les sanctions économiques, le Brexit et le protectionnisme ont été cités parmi les principaux motifs de préoccupation. Environ 1 300 nouveaux droits de douane ont été mis en place dans la seule année 2019. En raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, les tarifs douaniers américains ont presque atteint leurs niveaux de 1970. « La politique commerciale est devenue une nouvelle arme utilisée à différentes fins politiques, à l’instar de la diplomatie économique, l’influence géopolitique ou la politique environnementale », indique Ludovic Subran, chef économiste chez Allianz.

Le changement climatique complique la gestion des risques

Le changement climatique se hisse à la septième place, la plus haute qu’il ait atteinte dans le Baromètre des risques d’Allianz. Il figure déjà parmi les trois principaux risques d’entreprise dans la région Asie-Pacifique, compte tenu de l’avis des experts en gestion des risques dans les pays et territoires tels que l’Australie, Hong-Kong, l’Inde ou l’Indonésie. Les entreprises craignent en premier lieu une augmentation des dommages matériels (49% des réponses). En effet, l’élévation du niveau de la mer, ainsi que l’intensification des sécheresses, des tempêtes et des inondations constituent des menaces pour les usines et autres actifs des entreprises, mais aussi pour les réseaux de transport et d’énergie reliant les chaînes d’approvisionnement. Les entreprises sont également préoccupées par les conséquences opérationnelles (37%), telles que le transfert de sites, et par les impacts potentiels sur le marché et la réglementation (35% et 33%). Elles devront peut-être aussi se préparer à une augmentation des litiges : des affaires liées au changement climatique, visant les grands émetteurs de carbone, ont déjà été portées devant les tribunaux dans une trentaine de pays, la plupart aux États-Unis.

À propos d’Allianz Global Corporate & Specialty
Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) est un leader mondial en assurance des grands risques industriels et l’une des principales entités du groupe Allianz. AGCS fournit aide à la gestion des risques, solutions d’assurance des dommages et transfert alternatif des risques pour un large éventail de risques commerciaux, industriels et spéciaux avec douze branches dédiées.
Nos clients sont aussi divers que les activités économiques, allant des sociétés du classement Fortune Global 500 aux petites entreprises et aux particuliers. Parmi eux figurent les plus grandes enseignes du monde, des sociétés de haute technologie, des compagnies aériennes et maritimes, mais aussi des exploitations viticoles, des opérateurs de satellites et des acteurs de Hollywood. Tous se sont tournés vers AGCS pour obtenir des solutions intelligentes face aux risques les plus importants et les plus complexes, dans un environnement dynamique et international. Ils font confiance à un groupe d’assurance fort d’une longue expérience en matière d’indemnisation. AGCS travaille en permanence à construire les meilleures solutions pour ses clients grâce à son équipe mondiale comptant quelque 4 400 collaborateurs de plus de 70 nationalités dans 34 pays. Elle est l’une des plus importantes entités d’assurance des dommages du groupe Allianz, elle bénéficie de notations financières élevées et stables, ainsi que d’un réseau actif dans plus de 200 pays et territoires. En 2018, AGCS a enregistré un volume mondial de primes brutes de 8,2 milliards d’euros.
agcs.allianz.com

[1] IBM Security, Ponemon, Cost Of A Data Breach Report 2019.


Finyear & Chaineum

Lisez gratuitement le quotidien Finyear & sa newsletter quotidienne.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en finance digitale, corporate finance & crypto finance.

Read for free The daily newspaper Finyear & its daily newsletter.
Receive the Finyear's newsletter every morning by email, a daily snapshot of the best news and expertise in digital finance, corporate finance & crypto finance.

------------------------

Chaineum :
Fondée en 2015, Chaineum est une boutique ICO & STO offrant une expertise de premier plan en matière d’ICO et STO, avec une vision stratégique orientée tant vers le métier de ses clients que sur la technologie blockchain. A ce titre, Chaineum a participé à la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le secteur (ICO Charter, Security Token Network).
La division services blockchain de Chaineum, développe la technologie Chaineum Segment, une blockchain privée orientée objets.

About Chaineum:
Founded in 2015, Chaineum is a ICO & STO Boutique with a strong expertise in ICO and STO, and a strategic focus on both its clients' business and blockchain technology. As such, Chaineum paved the way in the implementation of certain best practices in this sector (ICO Charter, Security Token Network).
Chaineum's blockchain services division, is developing Chaineum Segment technology, an object-oriented private blockchain.

-------------------------

No Offer, Solicitation, Investment Advice, or Recommendations

This website is for informational purposes only and does not constitute an offer to sell, a solicitation to buy, or a recommendation for any security, nor does it constitute an offer to provide investment advisory or other services by FINYEAR.
No reference to any specific security constitutes a recommendation to buy, sell or hold that security or any other security.
Nothing on this website shall be considered a solicitation or offer to buy or sell any security, future, option or other financial instrument or to offer or provide any investment advice or service to any person in any jurisdiction.
Nothing contained on the website constitutes investment advice or offers any opinion with respect to the suitability of any security, and the views expressed on this website should not be taken as advice to buy, sell or hold any security. In preparing the information contained in this website, we have not taken into account the investment needs, objectives and financial circumstances of any particular investor.
This information has no regard to the specific investment objectives, financial situation and particular needs of any specific recipient of this information and investments discussed may not be suitable for all investors.
Any views expressed on this website by us were prepared based upon the information available to us at the time such views were written. Changed or additional information could cause such views to change.
All information is subject to possible correction. Information may quickly become unreliable for various reasons, including changes in market conditions or economic circumstances.


Mardi 14 Janvier 2020
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Newsletter quotidienne gratuite




Finyear - Daily News