Corporate Finance News / Quotidien
              


Lundi 12 Mai 2014

Banques : excès de réglementation et interventions politiques sont les deux principaux risques devant l’environnement macro-économique


L'étude « Banking Banana Skins » identifie les principaux risques pour les banques.



2014 (classement 2012 entre parenthèses)

1 Excès de réglementation (6)
2 Interventions politiques (5)
3 Conjoncture économique (1)
4 Risque technologique (18)
5 Rentabilité (7)
6 Évaluation des risques (11)
7 Risque de crédit (2)
8 Gouvernement d’entreprise (9)
9 Criminalité (24)
10 Disponibilité des capitaux (4)
11 Qualité de la gestion des risques (10)
12 Taux d'intérêt (17)
13 Back-office (13)
14 Gestion du changement (15)
15 Liquidité (3)
16 Pratiques de vente (20)
17 Marchés émergents (22)
18 Produits dérivés (8)
19 Médias sociaux (-)
20 Système bancaire parallèle (-)
21 Incentives pour le management (14)
22 Devises (19)
23 Ressources humaines (28)
24 Dépendance envers des tiers (29)
25 Durabilité (25)
26 Actions (21)
27 Matières premières (26)
28 Poursuite de l'activité (12)

Selon la 11ème édition de l’étude biennale du CSFI, Banking Banana Skins, réalisée en association avec PwC, l’excès de réglementation et les interventions politiques sont les deux principaux risques identifiés par les dirigeants du secteur bancaire interrogés, devançant l’environnement économique mondial, identifié comme le principal risque en 2012.
Dans cette nouvelle étude sur les risques bancaires, le message des répondants est clair : le poids de la nouvelle réglementation devient excessif et pourrait pénaliser la croissance économique.
Les résultats de l'étude reposent sur les réponses de plus de 650 banquiers, régulateurs bancaires et observateurs proches du secteur bancaire dans 59 pays.

Les interventions politiques sont perçues comme des sources de coûts et de contraintes par le secteur bancaire. Les dirigeants du secteur bancaire européen sont parmi les plus concernés, au regard des nombreuses mesures réglementaires proposées ou adoptées aux niveaux européen et étatique afin de rendre les banques plus sûres.

Toutefois, l'étude révèle également que, pour la première fois en sept ans, les inquiétudes quant aux perspectives économiques des banques ont commencé à se dissiper, signe que l’environnement commence à s'améliorer.
L'étude montre que les préoccupations exprimées dans les enquêtes précédentes sur la disponibilité des capitaux, la liquidité, le risque de crédit et les produits exotiques au sein du système bancaire ont commencé à s'atténuer.

Malgré un regain de confiance sur les perspectives macroéconomiques, les inquiétudes restent fortes concernant la stabilité de la zone euro. Les marchés émergents, notamment la Chine dont le système bancaire est jugé sous pression, sont source de préoccupations croissantes. La réduction progressive du programme d'assouplissement quantitatif par les banques centrales est globalement considérée comme un facteur crucial pour les perspectives économiques mondiales.

Selon l'étude, le risque technologique, qui est passé de la 18ème à la 4ème place, prend rapidement de l'ampleur, principalement en raison des inquiétudes accrues concernant la cybercriminalité. Comme le souligne l'un des participants, ce problème «ne peut que s'aggraver » et lourdement peser sur les banques, tant en termes financiers que de réputation. Mais si la technologie suscite également de fortes préoccupations du fait du vieillissement des systèmes, elle ne constitue pas pour autant une priorité d'investissement.

Des préoccupations différentes selon les répondants
L’étude montre que la plupart des répondants – toutes catégories confondues (banquiers, directeurs des risques et observateurs) - sont très préoccupés par l’excès de réglementation et les interventions politiques, ainsi que par la situation économique mondiale.
Toutefois, les directeurs des risques et les observateurs sont davantage préoccupés par les risques institutionnels dans les banques, tels que la qualité de la gouvernance et du management ; de leur côté, les banquiers tempèrent ces risques.

Des disparités régionales marquées
Sur le plan régional, les réponses révèlent que c'est en Europe et en Amérique du Nord que les préoccupations concernant la réglementation et les facteurs politiques sont les plus fortes. Et c’est en Europe que les répondants considèrent que les banques sont le moins bien préparées à faire face aux menaces qui pèsent sur elles.
En Asie-Pacifique, les facteurs macroéconomiques et les fluctuations brutales des taux d'intérêt se situent en tête des inquiétudes.
« Bien que cette étude montre des signes encourageants, l'importance des inquiétudes sur l’excès de réglementation doit être prise très au sérieux. Ce serait un comble que les nouvelles règles bancaires étouffent toute chance de reprise », déclare David Lascelles, éditeur de l'enquête.

Jacques Lévi, associé PwC responsable du secteur des Services financiers, explique : « Si certains jugent que le renforcement de la réglementation est nécessaire, la majorité des répondants estime que le processus est allé trop loin, entraînant des coûts superflus pour les banques et produisant des conséquences imprévues. Une réglementation contraignante pourrait peser sur la rentabilité et l'innovation à une période où la contribution des banques à la reprise économique mondiale est indispensable. »

À propos du Centre for the Study of Financial Innovation (CSFI)
Le CSFI est un groupe de réflexion à but non lucratif basé à Londres qui effectue des recherches sur l'avenir des services financiers. Il possède une filiale à New York, le New York CSFI. Depuis 1995, le CSFI publie régulièrement des études Banana Skins. csfi.org.uk

A propos de PwC France et pays francophones d'Afrique
PwC développe en France et dans les pays francophones d'Afrique des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 184 000 personnes dans 157 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de la qualité de service pour leurs clients et partenaires.
Les entités françaises et des pays francophones d'Afrique membres de PwC rassemblent 5 000 personnes couvrant 25 pays.
« PwC » fait référence au réseau PwC et/ou à une ou plusieurs de ses entités membres, dont chacune constitue une entité juridique distincte. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site pwc.com/structure




Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Finyear: latest news, derniers articles


Finyear Coffee: Your Morning Newsletter

Flux RSS