Quotidien Corporate & Crypto Finance - Daily News


              



Audition de représentants de la firme Goldman Sachs au sénat américain (III)


Ce texte est un « article presslib’ » (*)



Paul Jorion
Paul Jorion
La performance la plus attendue aujourd’hui était bien sûr celle du P-DG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein. Disons tout de suite que la commission n’est pas parvenue à tirer grand-chose de lui : il a fait l’anguille d’une voix geignarde, suggérant simultanément qu’il était trop stupide pour comprendre les questions qui lui étaient posées et que son interlocuteur était trop stupide de son côté pour comprendre les réponses qu’il pouvait apporter.

Comme je le supposais dans mon billet pour BFM lundi, Blankfein a adopté la stratégie d’affirmer que sa firme se contente d’être un « market maker » : vend un produit à qui veut bien l’acheter et l’achète à qui est prêt à le lui vendre, sans avoir d’opinion précise sur la qualité de ces produits financiers, la question de la qualité n’étant pas pertinente.

Chaque fois que son interlocuteur lui rappelait que le problème n’était pas là : qu’il était que Goldman Sachs avait dans certains cas constitué à la demande de l’un de ses partenaires le pire produit possible, pour parier ensuite avec lui sur sa perte, tout en le vendant à ses clients, il répondait inlassablement : « Nous sommes market maker, je sais que c’est un peu compliqué à expliquer et je comprends que vous ayez des difficultés à saisir comment cela fonctionne exactement, mais je vous assure qu’il n’y a rien de plus ». Le président de la sous-commission, Carl Levin, ne se laissa pas démonter et le prit au mot en le traitant comme un arriéré mental à qui il faut tout expliquer en s’y prenant très lentement et en répétant cent fois si nécessaire.

Le seul moment où Blankfein fut en difficulté fut quand on lui demanda pourquoi il avait décidé de faire circuler des mails personnels de Fabrice Tourre et de lui uniquement. Le sentiment que j’ai eu à ce moment-là, et il fut probablement partagé par d’autres, fut celui d’un immense mépris envers les perdants, même et peut-être surtout quand ils firent partie des alliés d’hier.

Merci à Mme le sénateur McCaskill d’avoir rappelé au patron de Goldman Sachs la différence entre une assurance et un pari. Blankfein lui a répondu que pour le market maker il n’y a pas de différence, à quoi elle lui a répondu très justement que pour l’Américain moyen, le problème est probablement là.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez.

(*) Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions.
Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez.


Votre soutien peut s’exprimer ici :
www.pauljorion.com/blog/?page_id=647

Jeudi 6 Mai 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News