Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



Au menu demain : terreur et tyrannie


Ils auront gâché mon dimanche matin ! Lorsque j'ai lu l'article du Conseil National des Barreaux (1) que je vous invite à lire, j'ai ressenti la poussée d'adrénaline et le flux de la colère qui monte. Comment-osent-ils ?



Rémy Mahoudeaux
Rémy Mahoudeaux
Que je sois d'abord clair : je n'ai pas d'opposition de principe à la lutte contre la fraude fiscale. L'état doit y consacrer des moyens suffisants, efficaces et efficients tout en restant dans un cadre conforme aux standards en vigueur dans une société démocratique, et dans une logique acceptable de coût rapporté à la probabilité de recouvrement. Mais j'ajouterai tout de même que la fraude fiscale cause moins de morts ou de blessures en France que l'alcoolisme, la tabagie, le grand banditisme, le terrorisme, les violences policières injustifiées ou la délinquance routière. J'aurais donc tendance à penser qu'une allocation des ressources de l'état à la lutte contre la fraude fiscale ne doit en aucun cas se faire au détriment de cette liste précitée de méfaits objectifs dont je ne garantis pas qu'elle soit exhaustive … Et même sur le plan des délits strictement économiques, je ne suis pas certain que la fraude fiscale coûte moins cher à la collectivité que la corruption dont on parle si peu – hormis lorsque des élus sont rattrapés par leurs turpitudes. Impossible comparaison de toute façon …

J'en viens aux faits :

Un projet de loi N° 1011 tente de donner aux fonctionnaires en charge de cette lutte des pouvoirs exorbitants, démesurés, avec notamment la possibilité de produire des preuves illicites, ou des moyens d'investigations comparables à ceux que l'état se donne en matière de lutte contre le grand-banditisme ou le terrorisme ;
L'immunité serait garantie à un lanceur d'alerte sur fraude fiscale ;
Un amendement à ce projet de loi qui serait en cours d'étude obligerait même un avocat à dénoncer a priori un schéma d'optimisation fiscale réalisé pour son client ! (2)

Je vous renvoie au document du CNB et à celui de l'Institut des Libertés qui sont plus détaillés et plus explicites que je ne saurais l'être … Je vais juste me contenter d'asséner vigoureusement ce que m'inspire ce projet de loi :

Je pense que mettre la fraude fiscale au même rang que le grand banditisme relève soit du désordre mental, soit du souhait délibéré d'établir une dictature (A ce titre j'ignore si l'origine de cette idée fumeuse émane du politique ou des fonctionnaires) ;
Donner l'immunité a priori à un délateur me choque : un salarié malveillant, un banquier éconduit, un quidam sournois doivent avoir à répondre d'une dénonciation de faits non avérés. C'est le principe de la responsabilité individuelle ;
Si le simple fait d'avoir des activités en relation avec l'étranger est constitutif de soupçons de fraude fiscale, pourquoi ne pas directement remettre en cause la liberté de circulation des biens, des capitaux et des personnes ? Ce serait moins hypocrite ;
Je tente une prophétie : ce genre de loi extrémiste risque d'avoir pour effet d'encourager l'exode, fiscal ou non, une partie de la population et les entreprises délocalisables : on vote aussi avec ses pieds ;
J'estime enfin que parmi les critères essentiels qui font qu'un état puisse prétendre être un état de droit et une démocratie, il y a (1) l'intangibilité absolue du secret professionnel qui lie l'avocat à son client, et (2) l'absolue loyauté que ce prestataire doit à son client. Y toucher, c'est franchir une ligne jaune continue dans une montée qui tourne par temps de brouillard avec un précipice à coté.

Comme nous ne sommes pas encore tout à fait en dictature, j'use et j'abuse de ma liberté d'exprimer ce qui n'est que mon opinion. Je ne fais pas mystère des sérieux doutes que j'ai déjà publiquement étalés pour d'autres raisons (3) quand au respect de la démocratie par le pouvoir (certes légitime) qui nous gouverne.

Le Bâtonnier Christian Charrière-Bournazel , Président du Conseil national des barreau, invite les avocats à se mobiliser contre ce texte. Il a raison. Je pense que tous, avocats ou non, nous devons réagir fermement et avec conviction contre un projet de loi liberticide, entre autre en alertant nos députés et sénateurs.

Contribuables d'un seul pays, unissez vous !

(1) cnb.avocat.fr/La-Terreur-fiscale-et-la-nouvelle-loi-des-suspects--Editorial-du-President-Charriere-Bournazel--17-juin-2013_a1656.html
(2) lire les seuls commentaires : institutdeslibertes.org/la-terreur-fiscale-et-la-nouvelle-loi-des-suspects/ (l'éditorial étant identique)
(3) mariage pour tous, répression de la manif pour tous, loi de non-scission des banques

Rémy Mahoudeaux
Managing Director, RemSyx
boss <at> remsyx <dot> com
twitter : @remseeks
 
 

Mardi 25 Juin 2013
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par André le 27/06/2013 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"je n’ai pas d’opposition de principe à la lutte contre la fraude fiscale. L’état doit y consacrer des moyens suffisants, efficaces et efficients tout en restant dans un cadre conforme aux standards en vigueur dans une société démocratique, et dans une logique acceptable de coût rapporté à la probabilité de recouvrement. "

DONC Il suffit que des politiciens et des gens d'influence sabotent par des lois toute tentative de recouvrir les sommes dues pour que VOUS en arriviez à la conclusion que la lutte contre la fraude fiscale soit inutile et doive être donc abandonnée .

C'ets le même principe qui consiste à faire voter des lois au contenu inique ou barbare et affirmer ensuite que puisque c'est la loi , cela n'a rien d'illégal , donc ce n'est pas moralement condamnable .

Si on votait une loi autorisant la pédophilie , les pédophiles pourraient se livrer en toute impunitéet pleinement à leur activité sexuelle PUISQUE CE SERAIT LÉGAL !
Non Monsieur , légal ne veut pas dire moral .
La moralité se moque de l'utilité matérielle . La moralité est une question philosophique , spirituelle . La France , c'est le peuple qui travaille , pas les capitalistes qui ont juste monté une combien pour s'accaparer les richesses créées par les travailleurs ! Les capitalistes ne créént rien , on peut se passer d'eux mais eux ne peuvent se passer des travailleurs ! Le peuple EXIGE DE LA MORALITÉ DE LA PAR DES RICHISSIMES ET DE LEURS PROCHES ! Le peuple éprouve de nouveau des désirs de guillotine en voyant que les riches les insulte , les martyrise tout en leur volant leur argent durement gagné . Un capitaliste ne sait rien faire de ses dix doigts , c'est un inutile ! Le peuple veut se débarrasser de ces sangsues .

ET SI ON VEUT LUTTER CONTRE L'ÉVASION FISCALE AVEC TOUS LES MOYENS NECESSAIRES ET JE NE DIS APS SUFFISANTS , JE DIS NECESSAIRES , ALORS LE RECOUVREMENT SERA ASSURÉ DANS DES PROPORTIONS TRÈS INTÉRESSANTES .

Le but de bien des politiciens et des gens d'influence est évidemment , que ces moyens nécessaires NE SOIENT JAMAIS MIS EN PLACE !

2.Posté par patrick jaulent le 06/09/2013 18:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis d'accord avec André et je contenterrai juste de reprendre ces termes.

" Non Monsieur , légal ne veut pas dire moral .

La moralité se moque de l'utilité matérielle . La moralité est une question philosophique , spirituelle"

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News