Corporate Finance News
              


Dimanche 7 Novembre 2021

Alternative au tabac : le CCC soutient le vapotage et rejette tout conflit d’intérêt


Ce jeudi 4 novembre, Fred Roeder, Directeur général du Consumer Choice Center (CCC), l’agence pour le Choix du Consommateur, a publié un édito reprochant aux journalistes du Monde de se désintéresser des politiques associées aux méfaits du tabac, pour se focaliser sur un possible conflit d’intérêt, lié aux financements du CCC, qui impacterait l’indépendance de l’agence et influencerait ses missions.



Le ton monte au sein de l’agence pour le Choix du Consommateur (CCC). Le CCC, et plus précisément son Directeur général Fred Roeder, a pris la parole le 4 novembre pour dénoncer un article du quotidien Le Monde. Selon Fred Roeder, les journalistes, suite à une enquête menée auprès de l’agence au sujet de sa campagne sur les réductions des risques liés au tabagisme, ont focalisé leur écrit sur l’influence qu’exerceraient les bailleurs du CCC sur ses initiatives. L’agence pour le Choix du Consommateur dénonce un article malhonnête qui évite les questions politiques entourant les alternatives aux cigarettes classiques, défendues par le CCC.

Le CCC : une organisation qui lutte contre les méfaits du tabac :

L’agence pour le Choix du Consommateur soutient l’idée que la réduction des méfaits du tabac est favorisée par des politiques innovantes et intelligentes à travers le monde. Elle considère que les alternatives au tabagisme classique, à l’image des cigarettes électroniques ou vapoteuses, « sont jusqu’à 95% moins nocives que la cigarette traditionnelle. Elles ont même permis à près de 70 millions de fumeurs d’arrêter grâce au vapotage ».

Selon Fred Roeder « ces innovations représentent probablement la plus grande victoire de santé publique depuis l’invention du vaccin contre la polio ». Aux yeux du dirigeant, il faut laisser les consommateurs libres de choisir ces technologies alternatives qui leur permettent de consommer la nicotine d’une manière moins nocive.

Le CCC : une agence indépendante :

Les journalistes du quotidien national ont enquêté sur l’agence pendant trois mois. « Nous voulions leur parler de questions de fond. Mais ils n'étaient visiblement pas intéressés par le travail que nous faisons sur le choix des consommateurs et les politiques associées », regrette le Directeur général. Et de continuer : « au lieu de cela, la grande histoire qu'ils voulaient cibler est que nous recevons de l'argent de sociétés à but lucratif. C'est vrai, nous l’indiquons sur notre site internet et nous avons répondu cent fois à ces questions ».

Fred Roeder assume et précise que ces financements n’entament en rien l’indépendance du CCC. L’homme dénonce même une calomnie. « Malgré leurs affirmations ambiguës, nous n’avons aucun lien avec la famille Koch (milliardaire pétrolier controversée), leurs entreprises ou leur argent. Ils ont consacré la grande majorité de leur enquête à essayer de forcer un lien qui n’existe pas », s’insurge Mr Roeder.

Un traitement de l’information orienté :

Aux dires du Directeur général, les journalistes du Monde ont mené leur enquête dans un seul but : décrédibiliser l’action de l’agence. « Les journalistes activistes cyniques ne semblent pas se soucier du potentiel de sauvetage des fumeurs lié au vapotage, mais visent plutôt à calomnier les personnes qui l'approuvent et l'utilisent. Où est la solution alternative apportée par ces hommes de presse ? », questionne le rédacteur de l’édito. A lire son écrit, les journalistes du Monde ne se souciaient pas du combat de l’agence pour « sauver la vie de millions de fumeurs ».

Pire, leur traitement de l’information serait orienté par l’idéologie de Michael Bloomberg. L’homme d’affaires milliardaire américain, ouvertement contre les alternatives à la cigarette, « financerait les journalistes », selon Fred Roeder. Et le dirigeant du CCC de conclure en affirmant que cette enquête n’est ni du travail honnête ni des reportages factuels, « mais correspond à la vision du monde antilibéral et moralisatrice d'une secte de journalistes, et à leur sens artificiel du bien et du mal. Par conséquent la voix des consommateurs qui veulent accéder à des produits innovants et décider par eux-mêmes s’affaiblit ».



dernières opinions & actus / latest opinions & news